Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le 26 octobre 1553, Michel Servet est condamné au bûcher comme hérétique par le Grand Conseil de la république de Genève. Il est brûlé le lendemain à Champel, aux portes de la ville.

Génial mais imprudent

Ce médecin de génie est né en 1509 ou 1511 en Aragon, à Villanueva de Sigena (Villeneuve d'Aragon, Espagne).

Il est le premier à entrevoir le système de la circulation sanguine (près d'un siècle avant l'Anglais Harvey).

Mais il ne s'en tient pas à des recherches scientifiques et se laisse happer par les guerres religieuses de son temps, entre catholiques et protestants.

Dès l'âge de 20 ans, il a le front de développer des idées très personnelles sur le dogme de la Sainte Trinité dans un petit livre publié en 1531 sous le titre De trinitatis erroribus (Les erreurs de la Trinité). «L'essence divine est indivisible... il ne peut y avoir dans la Divinité diversité de personnes», écrit-il notamment.

Il entame une correspondance discrète avec le réformateur protestant Jean Calvin et publie en 1553 Christianismi restitutio (Restitution chrétienne) en réplique au livre fondamental de Calvin (L'Institution chrétienne).

Ses détracteurs l'accusent d'aller dans ce livre jusqu'à nier la divinité du Christ, comme les arianistes du IVe siècle.

Tandis que Michel Servet sert l'évêque de Vienne (Dauphiné) en qualité de médecin, un ami de Calvin le dénonce à  l'Inquisition catholique en dévoilant la correspondance entre les deux hommes.

Il est arrêté mais arrive à s'échapper et ne trouve rien de mieux que de se cacher à... Genève, où Calvin impose au nom de la Réforme protestante une très sévère discipline morale.

Il est arrêté encore une fois. Son procès donne lieu à un débat très vif. Le Grand Conseil de Genève consulte les autres villes suisses avant de se prononcer sur la peine : la mort.

Calvin, qui a pris Servet en haine, se rallie aux partisans de la condamnation à mort. L'époque ne se prête guère à la tolérance et à la libre discussion, tant du côté protestant que du côté catholique.

En 1903, une stèle a été érigée à Champel, sur l'emplacement du bûcher, avec ces mots :

«Fils respectueux et reconnaissants de Calvin, notre grand réformateur, mais condamnant une erreur qui fut celle de son siècle et fermement attachés à la liberté de conscience selon les vrais principes de la Réformation et de l'Évangile, nous avons élevé ce monument expiatoire».

26 octobre 1553 : Michel Servet est condamné au bûcher

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=15531026


René Castillon

Commenter cet article