Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En raison de leur histoire particulière (anciennes colonies d’esclavage, passées du statut de colonies à celui de département d’outre-mer), les Antilles françaises présentent aux observateurs une situation politique peu banale. Les idéaux républicains y ont laissé un héritage politique complexe qui influence les aspirations d’aujourd’hui. L’actualité récente doit être éclairée dans une perspective historique et politique.

« …Presque aucun effort n’a été fait pour assurer au travailleur antillais ou réunionnais un statut économique et social en harmonie avec le statut politique dont il jouit depuis un siècle. » [
1] Cette interpellation, qui semble faire écho aux rudes mouvements sociaux commencés en Guadeloupe le 20 janvier dernier, suivis de ceux de la Martinique depuis le 5 février (étendus maintenant à la Réunion), est celle d’Aimé Césaire, le 27 février 1946, dans l’une des pages du rapport qu’il écrit pour soumettre à l’Assemblée Nationale le projet d’une loi « tendant au classement comme départements français de la Guadeloupe et de la Martinique ». Cette loi du 19 mars 1946 s’inscrit non seulement dans le contexte général de l’Empire français où est débattue l’idée d’Union française, mais aussi et surtout dans un contexte antillais où des revendications sociales anciennes traversent (non sans débat contradictoire, loin de là !) autant les élites que les couches populaires. Ce qui situe d’emblée l’ambiguïté d’une trajectoire historique et politique qui ne se comprend pas de la même manière, selon que l’on étudie les choses du point de vue de la Métropole ou des Antilles...

L'intégralité de cet article est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous
http://www.laviedesidees.fr/Les-Antilles-francaises-ou-les.html

par Silyane Larcher [20-02-2009]

Commenter cet article