Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RESUME — Le 10 juin 1987, un article du quotidien Le Monde intitulé « Les asiles de la mort » révélait au grand public le drame occulté du « génocide des aliénés » dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation. Ce texte virulent déclencha une violente polémique dans les milieux psychiatriques. Relayée depuis le milieu des années 90 par des intervenants extérieurs à la psychiatrie, cette polémique n’est toujours pas retombée. C’est ce dont témoigne la pétition « Pour que douleur s’achève », lancée le 1er mars 2001, réclamant la reconnaissance par l’État français de l’abandon à la mort des malades mentaux et l’inscription de cette histoire tragique dans les programmes scolaires. Notre contribution se propose de restituer la chronologie et les enjeux d’une controverse à laquelle les historiens ont participé sans engager un travail d’enquête approfondi. Elle présente également les principales orientations d’un projet de recherche porté par l’hôpital psychiatrique du Vinatier (Lyon/Bron), le Conseil général du Rhône et le groupe de recherche « Enfermements, Marges, Société ».

Le 10 juin 1987, un article du quotidien Le Monde intitulé « Les asiles de la mort » révélait au grand public le drame occulté du « génocide des aliénés » dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation. Ce texte virulent déclencha une violente polémique dans les milieux psychiatriques. Relayée depuis le milieu des années 90 par des intervenants extérieurs à la psychiatrie, cette polémique n’est toujours pas retombée. C’est ce dont témoigne la pétition « Pour que douleur s’achève », lancée le 1er mars 2001, réclamant la reconnaissance par l’État français de l’abandon à la mort des malades mentaux et l’inscription de cette histoire tragique dans les programmes scolaires. Notre contribution se propose de restituer la chronologie et les enjeux d’une controverse à laquelle les historiens ont participé sans engager un travail d’enquête approfondi. Elle présente également les principales orientations d’un projet de recherche porté par l’hôpital psychiatrique du Vinatier (Lyon/Bron), le Conseil général du Rhône et le groupe de recherche « Enfermements, Marges, Société ».


ABSTRACT — On June 10, 1987, an article in the daily newspaper Le Monde headlined “The asylums of death”, brought to the attention of the general public the hidden drama of the “genocide of the lunatics” in french psychiatric hospitals during the occupation. This virulent text triggered a violent debate in psychiatric circles. Carried on since the mid 1990s by people outside of psychiatry, this controversy is still going on. The petition “For the pain to subside”, launched on March 1, 2001, demanding that the French government recognize that it left mentally ill people to die and that this tragic history be included in textbooks. Our contribution is to provide the chronology and the stakes of a controversy in which historians participated without making a serious investigation. It also offers the main orientations of a research project by the Psychiatric Hospital of Vinatier (Lyons/Bron), the Conseil général du Rhône (General Council of the Rhône department) and the research group “Enfermements, Marges, Société” (Commiting, Margins, Society).

On June 10, 1987, an article in the daily newspaper Le Monde headlined “The asylums of death”, brought to the attention of the general public the hidden drama of the “genocide of the lunatics” in french psychiatric hospitals during the occupation. This virulent text triggered a violent debate in psychiatric circles. Carried on since the mid 1990s by people outside of psychiatry, this controversy is still going on. The petition “For the pain to subside”, launched on March 1, 2001, demanding that the French government recognize that it left mentally ill people to die and that this tragic history be included in textbooks. Our contribution is to provide the chronology and the stakes of a controversy in which historians participated without making a serious investigation. It also offers the main orientations of a research project by the Psychiatric Hospital of Vinatier (Lyons/Bron), the Conseil général du Rhône (General Council of the Rhône department) and the research group “Enfermements, Marges, Société” (Commiting, Margins, Society).

Les « aliénés » morts de faim dans les hopitaux psychiatriques français sous l’Occupation
Isabelle von Bueltzingsloewen 

Vingtième siècle 2002- 4 (no 76)| ISSN 0294-1759 | ISSN numérique : en cours | ISBN : 2-7246-2920-5 | page 99 à 115

L' intégralité de cet article est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous
http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2002-4-page-99.htm

 

Folie - aliénés - expertises - Hystérie (8)

 

Commenter cet article