Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation de l'éditeur en 2002

Au-delà de la peur de manquer, de la famine, angoisse prégnante en Occident jusqu'à une période encore récente, il y a la crainte de manger du corrompu, du malsain, de l'immonde. Notre comportement contemporain vis-à-vis de la nourriture a donc une longue histoire que Madeleine Ferrières s'attache à reconstituer et analyser. Des règlements médiévaux de boucherie, aux perspectives géniales de Giovanni Lancisi, médecin de la cour pontificale au début du XVIIIe siècle, du conflit entre symbolique faste ou néfaste des aliments et médecine et hygiénisme, mais aussi plus tard chimie et science vétérinaire, de la peur des poisons, des levures, des plantes ou légumes importés d'autres horizons, de la suspicion à l'endroit du cuivre ou des conserves à la mise en cause de l'air vicié des villes, l'Occident invente, avec précaution et prévention, un ordre alimentaire illustré de manière éloquente au début du XXe siècle par le Pure Food and Drug Act américain. Mais cette invention n'est pas allée sans une autre : celle du consommateur rassasié et donc revendiquant une « bonne bouffe », prudent, voire même savant ou se croyant tel. Figure utopique de l'abondance et de la sécurité, fille de l'illusion que quelque chose dans l'histoire soit acquis. Miroir formidable de notre « Occidental Way of life » que cette histoire des peurs alimentaires !

Cet ouvrage a regu le Prix André SOUBIRAN du MEDEC 2003.

L'auteur vu par l'éditeur

Madeleine Ferrières est professeur d’histoire moderne à l’université d’Avignon.

Broché: 472 pages
Editeur : Seuil (14 septembre 2002)
Collection : L'Univers historique
Langue : Français
ISBN-10: 2020476614
ISBN-13: 978-2020476614



De la viande pour les pauvres

Du porc fumé plutôt que du mouton frais, de la vache plutôt que du boeuf ... Contrairement à l'idée reçue, dans l'ancienne France, les pauvres mangeaient de la viande. Mais pas n'importe laquelle : sa consommation restait le reflet des distinctions sociales...

L'intégralité de cet article est disponible dans l'Histoire n°293, décembre 2004, p. 64-69

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article