Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation de l'éditeur en 2008

Lorsqu'elle meurt à Stockholm en 1891, Sofia Kovalevskaya n'a que 41 ans. Elle a pourtant eu une vie d'une rare intensité. Ses études, puis sa carrière scientifique, l'auront conduite, de Moscou à Berlin, Paris ou Stockholm, à travers l'Europe. Elle aura soutenu une thèse de mathématiques, été nommée professeur d'université, édité une importante revue, écrit des livres, milité pour la cause des femmes, élevé sa fille... Aujourd'hui presque classique, un tel parcours était à l'époque hors du commun. Un peu plus d'un siècle plus tard, Michèle Audin, elle-même mathématicienne, universitaire et écrivain, retrace la vie exceptionnelle de cette femme exceptionnelle, avec un respect, une admiration et une affection qui ne peuvent qu'emporter l'adhésion des lecteurs. Avec elle, ils partageront les passions et les indignations de Sophie, ils se plongeront dans le monde qui l'entourait. Ils découvriront aussi ses mathématiques. Michèle Audin n'hésite pas, en effet, à nous exposer en détail les questions que Sophie a traitées, donnant ainsi aux amateurs de mathématiques de quoi alimenter leur passion. Quant aux autres, qui omettront peut-être certains passages trop techniques, ils ne se sentiront jamais laissés à l'écart. Avec une rare exigence de rigueur, alliée à un grand talent de conteuse, Michèle Audin nous offre une authentique œuvre d'historien, un grand témoignage humain et un récit captivant.

Biographie de l'auteur

Michèle Audin est professeur à l'Université de Strasbourg. Normalienne, puis élève de François Latour, elle soutient sa thèse d'état en 1986 à l'Université Paris-Sud (Orsay). Conférencière de talent, elle est l'auteur de nombreux articles de recherche en topologie algébrique et en géométrie symplectique, ainsi que de plusieurs livres, dont l'un, " Spinning tops " (toupies) a été traduit en russe et en japonais, et un autre, " Géométrie " (qui a été traduit en anglais), est une référence de choix et un grand classique du genre.

Relié: 220 pages
Editeur : Calvage et Mounet (16 octobre 2008)
Collection : Orizzonti
Langue : Français
ISBN-10: 2916352058
ISBN-13: 978-2916352053


Rencontre entre deux femmes mathématiciennes, engagées dans leur temps
[lundi 23 février 2009 - 15:00]

Ce n’est pas un livre d’histoire et il n’y a pas de sources nouvelles mises à jour. Mais le propos est toujours rigoureusement avancé à partir de documents originaux, textes autobiographiques et correspondances, largement cités et référencés. Il s’en dégage un paysage impressionniste du monde mathématique et du monde révolutionnaire de l’Europe de la seconde moitié du XIXe siècle.


Ce n’est pas un roman et pourtant Michèle Audin  use d’un indéniable talent de conteuse lorsqu’elle parle des mathématiques ou lorsqu’elle décrit certaines scènes de la société. Bien plus, elle nous fait partager les romans qu’elle aime, en nous livrant quelques textes de sa plume, inspirés par ses lectures de fiction qu’elle appelle joliment  "pauses" et qui sont autant de petits tableaux colorés et de moments de respiration. Ils sont, dans l’imaginaire, légèrement décalés par rapport au texte propre mais en rapport avec lui ; l’humour, la drôlerie, la poésie s’y retrouvent, et le plaisir d’écrire y affleure.

Ce n’est pas un livre de mathématiques mais les trois articles de la thèse de Sofia Kovalevskaya et les deux articles sur le solide qui lui feront obtenir le prix Bordin de l’Académie des sciences sont soigneusement analysés ; l’actualité et la modernité de ce travail sont passées au crible. Michèle Audin n’hésite pas à exposer en détail les questions posées et à les prolonger par les travaux récents qui leur sont liés. Spécialiste des systèmes intégrables et  de géométrie symplectique, elle nous livre sa propre histoire dans le dernier chapitre du livre, celle de son travail mathématique, du cheminement de ses idées et de ses échanges avec d’autres mathématiciens. Elle dit avoir rencontré  le cas de "la toupie de Kowalevski" en 199, a travaillé à éclaircir les "mystères" du célèbre article sur le solide et a fourni des résultats nouveaux sur l’intégrabilité des systèmes. Sans tout connaître des notions auxquelles il est fait allusion, le lecteur écoute se raconter comment  les mathématiques actuelles se font dans une sorte de processus de régénération.

On l’aura compris, ce livre est à la fois l’exposé de belles mathématiques difficiles et peu accessibles sans quelques années d’université, la peinture d’une communauté scientifique européenne saisie à un moment de son histoire et le roman vrai des aventures d’une jeunesse, particulièrement d’une femme, très intelligente, contestataire, révolutionnaire même, assoiffée de liberté et de savoir, déterminée à exister pour elle-même en dehors du mode de vie bourgeois. La structure du livre et le talent de l’auteure rendent possible cet équilibre. La forme très soignée dégage clairement les différents niveaux du texte, les photos et les figures ; elle concourt à unifier l’ensemble.

Lire l'intégralité de cet article en cliquant sur le lien ci-dessous
http://www.nonfiction.fr/article-2214-rencontre_entre_deux_femmes_mathematiciennes_engagees_dans_leur_temps.htm

Commenter cet article