Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mieux que des mots et des longs récits, ses dessins et lithographies ont permis de graver pour toujours la vie toulonnaise du XIXe siècle dans son bouillonnement, ses personnages, ses scènes uniques de la vie de tous les jours et ses paysages. Pierre Letuaire fut d'une aide précieuse aux historiens et chercheurs d'hier et d'aujourd'hui.

Des travaux de l'Arsenal au fameux bagne de Toulon et la vie des forçats, en passant par l'activité dans la rade et ses navires, et les grands travaux d'architecture du Second Empire, l'artiste a fait de son oeuvre une mine inépuisable de renseignements précieux, inscrit au patrimoine toulonnais.


Aux Amis du Vieux Toulon où ont été conservés 97 de ses cahiers et près de 800 de ses dessins, Françoise Arnould se souvient encore que sa grand-mère lui racontait avoir suivi des cours auprès de ce grand professeur comme bon nombre de jeunes toulonnais de l'époque.


La chance a été pour Toulon de voir naître un être de génie si attaché à sa ville qu'il préféra y demeurer pour son bonheur au détriment de la gloire qui l'attendait s'il s'était exilé.


Chef de famille à 16 ans, il met à profit son talent


Pierre Letuaire est né le 6 août 1798 à Toulon dans une maison située rue du Pradel (laquelle porte aujourd'hui son nom). Son père est maître taillandier à l'Arsenal. Plus tard, la famille emménage dans les trois derniers étages de l'immeuble du 46, rue des Chaudronniers (rue d'Alger aujourd'hui) où le jeune Letuaire, aîné d'une fratrie de trois enfants, installera plus tard son atelier sous les toits.


À la mort de son père, Pierre Letuaire devient soudainement chef de famille à l'âge de 16 ans. Sa mère paralysée, il est obligé d'abandonner ses études au collège et choisit d'utiliser son talent de dessinateur pour subvenir aux besoins de sa famille en confectionnant des en-têtes de papier à lettres, des motifs de broderie très à la mode à l'époque, des étiquettes de liquoristes et autres modèles pour potiers, jusqu'à la réalisation de galets peints.

L'artiste enseigne aussi le dessin à la jeunesse toulonnaise en donnant des cours privés, dans des écoles ou à son atelier.


Professeur au collège à 23 ans


Après la mort de son propre maître-enseignant en dessin et ami de son grand-père maternel, Laurent Julien, Pierre Letuaire reprend à l'âge de 23 ans son poste de professeur au collège qu'il occupera jusqu'en 1867.


Alors que le lycée de Marseille et l'école navale d'Angoulême lui proposent des postes plus honorifiques, l'artiste préfère décliner les propositions par attachement à sa ville et sa famille. Ce qui ne l'empêche pas, en 1835, d'innover en créant des cours gratuits de dessin linéaire et industriel ouverts aux maçons, charpentiers et autres professionnels. Une initiative qui lui vaudra de recevoir la Croix de la Légion d'honneur des mains de Napoléon III pour son action pédagogique.


Dessinateur, professeur, caricaturiste, Pierre Letuaire participe également comme correspondant aux illustrations de nombreux journaux et revues parisiennes (L'Illustration, le Monde illustré, Provence artistique et pittoresque, le Mistral), retraçant ainsi les événements de la vie toulonnaise et maritime, les lancements de bateaux, les sites varois, les fêtes et jeux populaires, les expéditions en Crimée, en Italie, aux colonies, les visites impériales...

Un des plus brillants artistes de Toulon

En 1868, Pierre Letuaire est aussi conseiller municipal après avoir reçu les Palmes académiques à son départ du collège.

En 87 ans d'existence, cet observateur infatigable - un des plus brillants artistes que connaît Toulon - a consigné dans ses cahiers et ses nombreux dessins la mémoire vive de la cité. Il décède dans sa ville natale le 2 septembre 1885.


Son ami et compatriote, Charles Poncy, dira de lui qu'« il préféra un rayon de bonheur à un soleil de gloire ». La célébrité, Pierre Letuaire l'aura toutefois connu différemment, apprécié de tous et d'illustres personnages tels Alexandre Dumas, David d'Angers, Eugène Sue, Capus, Michelet, Mery qui adoraient séjourner à Toulon.


Enfin, pour preuve de son talent, plusieurs peintres qui furent ses élèves sont très recherchés aujourd'hui : Cordouan, Lauvergne, Coste, et aussi Gensolen, Leydet, Emeric, Bonifay parmi les moins connus. Divers graveurs travaillèrent également sur les dessins de Pierre Letuaire.


Un artiste attaché à Toulon


6 août 1798 : naissance à Toulon de Pierre Letuaire, rue du Pradel (qui porte aujourd'hui son nom). La famille s'installe au 46 de la rue des Chaudronniers (rue d'Alger).


A 6 ans, Pierre ne rêve déjà que de papiers et de couleurs et, pour s'en acheter, arrache les vieilles étoupes sur les démolitions de bateaux pour les revendre aux chiffonniers.


1814 : mort de son père. Pierre devient chef de famille à l'âge de 16 ans et use de son talent pour subvenir aux besoins de sa famille.


1815 : Allié au marquis de Clinchamp, il réalise ses premières lithographies.


1818 : Il professe dans plusieurs écoles de Toulon.


1822 : Il est nommé professeur au collège au poste de son maître, Laurent Julien, jusqu'en 1867. Celui-ci avait étudié à Rome et peint en 1765 le Saint-Charles-Borromée de la cathédrale de Toulon.


1828 : Il obtient le brevet d'imprimeur-lithographe.


1835 : Il créé des cours gratuits de dessin linéaire et industriel pour des maçons, charpentiers et professionnels qui lui vaudront la croix de la légion d'honneur.


1836 et 1840 : Publications des lithographies des Travaux de l'Arsenal de Toulon.


1844 : Correspondant de presse local pour L'Illustration jusqu'en 1869 et pour d'autres revues. 250 gravures réalisées d'après ses dessins ou croquis paraîtront dans l'hebdomadaire L'Illustration.


1860 : Il est chargé de la décoration des appartements de Napoléon III, en visite à Toulon.


1862 : Son Album provençal est publié par Guesdon.


1864 : Il est inscrit dans la section artistique du Félibrige.


1868 : Il est nommé conseiller municipal.


2 septembre 1885 : Mort à Toulon de Pierre Letuaire.

Ambre Mingaz
1er mars 2009
Var Matin

(Les dessins de Letuaire ont permis de conserver la mémoire de ce que furent jadis la rade de Toulon et ses navires, et les départs de grandes expéditions.)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article