Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

" ... Vous avez écrit un article sur les Apaches, qu'en était-il de la place des femmes dans les mouvements marginaux urbains ?

 

 Ce sont des phénomènes dont il ne faut pas exagérer l'idéologie intrinsèque. Les Apaches n'étaient pas des libertaires. C'étaient des bandes de jeunes – j'ai écrit à tort qu'il s'agissait de "premières" bandes, alors que la bande est une forme de sociabilité juvénile beaucoup plus ancienne, qui s'est manifestée dès le Moyen Âge –, revendiquées par les libertaires comme signe de révolte de la jeunesse. Il s'agit d'une construction médiatique ambiguë, œuvre d'une grande presse en plein essor avide de "faits divers " et de récits de crimes, comme l'a montré Dominique Kalifa, et exploitée par ceux qui tentent de faire de la sécurité un enjeu politique. Au moment où les radicaux au pouvoir, appuyés par les socialistes, déposent un projet de loi abolissant la peine de mort (1908), la droite met en exergue les chiffres de la délinquance, juvénile surtout, et souligne l'insuffisance d'une répression "énervée". "Comment abolir la peine de mort avec la jeunesse que nous avons ?", clame, par exemple, un certain Dr Lejeune qui propose de revenir à des châtiments corporels publics : "Faut-il fouetter les Apaches ?", s'interroge-t-il pour répondre "oui".

 Le terme d' "Apache" avait été utilisé d'abord par un membre du tribunal, pour stigmatiser la violence des jeunes, lesquels l'avaient repris à leur compte pour s'en glorifier. On vit alors fleurir les Apaches des Batignolles, de Ménilmontant, de Belleville, etc.

Il ne faut pas davantage idéaliser la place des filles dans ces bandes. Leur rôle se situait souvent à la limite de la prostitution : les "marmites" avaient à cœur de rapporter de l'argent à leurs amis, de jeunes souteneurs censés les protéger en vivant de leurs charmes. Quelques-unes ont pu devenir chefs de bande, par exemple la fameuse Casque d'Or, dont l'histoire a inspiré Colette (la Casque de Cuivre de L'Ingénue libertine), Armand Lanoux ou le cinéaste Jacques Becker (Simone Signoret interprétant l'héroïne). On a publié en feuilleton des mémoires attribuées à Casque d'Or, mais visiblement apocryphes. Quelle réalité dans ces représentations ? Il est, en tout cas, intéressant de noter cette volonté, peut-être perverse, de montrer l'émancipation des "femmes Apaches".


Propos recueillis à Paris, par Corinne Martin et Thierry Paquot, le 17 juillet 2001.

 

Document en version format PDF - michelle_perrot

 


Affaires criminelles - Criminalité (66)

Commenter cet article