Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

" ... En novembre 1811, on compte à la maison d'arrêt 32 filles vagabondes et prostituées. Quatorze d'entre elles souffrent de maladies vénériennes, trois d'entre elles sont enceintes. En 1836, la maison d'arrêt contient de 71 à 88 prisonniers dont 1/3 de femmes. La maison de Justice, quant à elle, héberge, selon les époques de l'année, de 11 à 59 détenus.

 

Ainsi près d'une centaine de détenus est présente à Quimper tout au long de l'année. La présence d'enfants et d'aliénés est courante.

Parmi les femmes, certaines mères condamnées demandent à conserver leur enfant nouveau-né à leur côté en dépit des conditions difficiles de la détention. A l'exemple de Jeanne Tourmen, enceinte, et emprisonnée pour deux ans en juillet 1836. Elle va, après son accouchement, conserver son enfant en prison pendant quatre mois (durée de l'allaitement maternelle) puis celui-ci lui est retiré pour être placé au rang des enfants abandonnés à l'hospice civil.  Jeanne, quant à elle, est transférée à la prison de Rennes ... "

(Photographie : détail de l'architecture intérieure du couvent Saint-Antoine)

Les anciennes prisons de Quimper de la fin de la Révolution au Second Empire
http://storage.canalblog.com/40/85/534743/32480374.pdf

 


Prisons anciennes (62)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article