Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

« ... C'est du fond de sa cellule de la prison St-Joseph que Louise Chardon écrit son autobiographie. Elle l'intitule La vie d'une femme galante. Sur deux petits cahiers d'écolier, elle noircit d'une écriture maladroite une quarantaine de pages. Manuscrit aux nombreuses ratures, ce discours à la première personne est écrit dans un proche de l'oralité ; l'écriture de Louise est une parole qui déparle, une parole que le format du cahier ne peut contenir et qui s'étend au delà des marges de la page. On ne peut lire le récit de Louise, il faut le dire. Que dit-on alors ?  On dit ses rencontres successives avec des hommes plus âgés qu'elle ; on dit les abus dont elle fut l'objet, on dit sa détresse, son impossibilité de sortir de l'emprise de ses amants. On dit l'existence d'une femme qui n'a jamais été en mesure de quitter ces hommes dont elle était financièrement dépendante. On dit cette vie sous influence qui la conduit un jour à suivre Lejour dans son crime... »


11-2000. Parler, chanter, lire, écrire

 

L'impossible demoiselle
http://clio.revues.org/index217.html
Philippe Artières

 


Affaires criminelles - Criminalité (72)

Commenter cet article