Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un ouvrage collectif fait le point sur la notion d’étranger depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Il dévoile les stratégies de différenciation auxquelles se livre une société dans le but de démontrer sa puissance. L’étranger est cet Autre qui permet à l’Un d’exister, mais il est surtout un individu privé de droits.


Recensé : Pilar González-Bernaldo, Manuela Martini, Marie-Louise Kaplan (dir.), Étrangers et sociétés : représentations, coexistences, interactions dans la longue durée, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.


Face au surinvestissement de la catégorie « étranger » dans le débat contemporain, cet ouvrage a pour ambition de redonner toute son épaisseur temporelle à une forme de désignation de l’Autre qui remonte à l’Antiquité. Procédant de manière à la fois chronologique et thématique, l’ouvrage réunit les communications d’un colloque organisé par l’université Paris VII au printemps 2006. Elles sont nombreuses (trente-trois), multipliant les angles d’attaque d’une notion pour le moins complexe. De l’étranger comme catégorie juridique de la Rome antique au Moyen Âge, le lecteur est conduit à envisager les multiples représentations de l’Autre dans les formes littéraires ou artistiques, aussi bien qu’à appréhender les rôles spécifiques qui lui sont assignés par nos sociétés – commerçant, immigré, sans-papiers, etc. Toutes nous permettent de voir à l’œuvre les stratégies de différenciation auxquelles se livre une société dans le but de démontrer sa puissance et son droit d’exister.


Etrangers et sociétés : Représentations, coexistences, interactions dans la longue durée

 

De Pilar Gonzàlez Bernaldo, Manuela Martini, Marie-Louise Pelus-Kaplan, Collectif


Editeur : PU Rennes

 

Parution le : 8 Janvier 2009


On n'en finira jamais de découvrir l'extrême complexité des liens entre étrangers et sociétés, de leurs rapports mutuels, de leurs représentations et interactions réciproques, que cet ouvrage collectif étudie dans la longue durée et dans un cadre géographique très vaste. Tenter de définir " l'étranger ", une catégorie qui recouvre une multiplicité de situations très diverses à travers le temps, l'espace, mais aussi dans un même lieu et au même moment ; montrer la diversité des perceptions des étrangers par les sociétés d'accueil, mais aussi de celles-ci par les étrangers qui les observent, ainsi que la diversité des contacts et des visions réciproques des divers groupes d'étrangers ; mettre en valeur les phénomènes de concurrence, d'hostilité, ou bien de solidarité entre les étrangers dans le cadre des économies et du travail, de l'Antiquité à nos jours. Telles sont les ambitions de cet ouvrage qui, en questionnant à la fois l'histoire et le temps présent, apporte des éléments de réponse nuancés, avec pour objectif de rompre avec une vision trop simple de l'altérité.

Commenter cet article