Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le site était enfoui depuis deux siècles. Sous le sable, les archéologues ont découvert les traces de la société créée par des esclaves oubliés pendant quinze ans sur un îlot désert. Ils furent sauvés en 1776 par le Breton Tromelin.


U
n banc de sable, tout juste un îlot les jours de cyclone quand les vagues déferlent, une petite terre complètement isolée, à 450km à l'est de Madagascar, 535 kilomètres de La Réunion. Quelle surprise pour le chevalier de Tromelin quand il découvre ces survivants. Il sait que des naufragés ont été repérés sur le sable et vient les sauver. Ce 29novembre 1776, le spectacle n'en est pas moins incroyable. Sept femmes (et un enfant de huit mois) accueillent leurs sauveurs. Elles sont vêtues de plumes tressées, ont survécu quinze ans, sur cette île sans arbres, sans abri, conservant miraculeusement le feu.



Une page de l'histoire de l'esclavage


Cet épisode marque l'épilogue d'une page de l'histoire de l'esclavage. Elle commence donc quinzeans plus tôt, en juillet1761, quand le navire négrier L'Utile fait naufrage sur les récifs qui entourent l'îlot désert. Le navire, parti de Madagascar, achemine des esclaves à l'Ile de France (Ile Maurice). C'est le sauve-qui-peut. Il y a de nombreux noyés. Une vingtaine d'Européens et une soixantaine de Malgaches se réfugient sur l'île. Les débris du vaisseau sont récupérés. La survie s'organise sur cette terre d'1km², de forme ovale, longue de 1.700m et large de 700m. Les Européens s'affairent à construire une chaloupe et deux mois après le naufrage, ils prennent la mer, laissant sur place les 60 Malgaches avec la promesse qu'ils reviendront les chercher. Quatre jours plus tard, la chaloupe arrive à Madagascar. La promesse est oubliée. Pendant de longues années, les oubliés de l'île de sable vont survivre difficilement, se nourrissant d'oeufs, d'oiseaux, de tortues. Par chance, ils ont sauvé le feu. Un puits a été creusé qui fournit un peu d'eau douce. Trois ans après leur arrivée, 18 naufragés embarquent sur un radeau de fortune. On ne les reverra pas. Finalement, un bateau qui croise au large, découvre la présence des naufragés.



Affranchis une fois arrivés sur l'Ile de France


Quatre tentatives pour les récupérer ont lieu, en vain, en 1775 et 1776. Les récifs rendent l'île intouchable jusqu'à ce que le chevalier de Tromelin réussisse. Nous sommes le 29novembre 1776. Sept femmes dont la mère et la grand-mère d'un bébé de 8mois sont sauvées. Arrivés à l'Ile de France, ils seront affranchis. Le bébé sera baptisé Jacques Moïse... Les traces de cette histoire tragique et émouvante viennent d'être exhumées à la suite d'une expédition qui s'est achevée en décembre.

 

26 janvier 2009

Ronan Larvor

 

Une véritable petite société recréée

Max Guérout, ancien officier de la Royale, co-fondateur du Groupe de recherche en archéologie navale en 1982, raconte l'histoire d'une campagne de fouilles particulièrement productive.


Y a-t-il beaucoup de Bretons impliqués dans l'histoire?


Le capitaine de L'Utile, le navire naufragé, Jean de la Fargue, est né à Port-Louis près de Lorient, d'une famille originaire du Sud-Ouest. L'écrivain du bord, Keraudic, était aussi de Lorient. Quant à Tromelin, qui a sauvé les survivants, les recherches ont permis de rectifier des données erronées sur sa famille. Il y avait trois frères Tromelin, une famille normande installée dans le pays de Morlaix au début du XVIIIesiècle, naviguant dans l'océan Indien et souvent sur les mêmes bateaux. Ils ont été confondus. C'est JacquesMarie Boudin de Lanneguy de Tromelin, né en 1751 et décédé en 1798, qui a sauvé les esclaves à bord de la corvette La Dauphine. 


Quel a été le moment le plus fort de l'expédition?


Nous avons trouvé des vestiges de constructions inattendus. La cuisine était en ordre avec des ustensiles bien rangés. Une petite société s'était créée malgré les conditions très difficiles. On a même retrouvé des bijoux, ce qui prouve que l'on était au-delà de la survie.


Ils n'ont pas eu de difficultés à se nourrir?


Ils n'ont jamais manqué de viande grâce aux tortues et aux oiseaux. Il y avait aussi les oeufs. Ils ont aussi, sans doute, consommé un tubercule aujourd'hui disparu et du pourpier, riche en vitamineC.

Et l'eau???


l'arrivée sur l'île, les esclaves n'ont pas eu à boire. 28 sont morts en quatre jours. Ce sont les Européens qui ont creusé le puits. On ne l'a pas retrouvé. En fait, on estime qu'après le départ des Européens, les Malgaches les plus faibles physiquement et psychologiquement sont morts rapidement. Seule une quinzaine de personnes a survécu pendant les dix dernières années.


Cette expédition a été fructueuse?


Pour la première fois, il y a eu des fouilles sur un lieu habité par des esclaves, dans un contexte historique bien connu. Pour la première fois, nous avons un cas documenté d'archéologie de la détresse (des naufragés). Enfin, l'expérience intéresse les archéologues sur le plan théorique. Ils ont rarement un site avec un nombre de personnes connu pendant une durée connue.


Les fouilles sont terminées?


Après l'évacuation des esclaves en 1776, l'île est restée vide quasiment deux cents ans. Le site a été recouvert par le sable. C'est pour cela que l'on a retrouvé tout en l'état. Il y a encore des bâtiments qui ne sont pas fouillés. Une troisième mission serait utile, si on réunit les moyens.



Un roman d’Irène Frain

Les Naufragés de l'île Tromelin d'Irène Frain

Editeur : Michel Lafon

Publication : 26/2/2009

 

Résumé du livre


Un minuscule bloc perdu dans l'océan Indien. Cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans. C'est là qu'échouent, en 1761, les rescapés du naufrage de L'Utile, un navire français qui transportait une cargaison clandestine d'esclaves. Les Blancs de l'équipage et les Noirs de la cale vont devoir cohabiter, trouver de l'eau, de la nourriture, de quoi faire un feu, survivre. Ensemble, ils construisent un bateau pour s'enfuir. Faute de place, on n'embarque pas les esclaves, mais on jure solennellement de revenir les chercher. Quinze ans plus tard, on retrouvera huit survivants : sept femmes et un bébé. Que s'est-il passé sur l'île ? A quel point cette histoire a-t-elle ébranlé les consciences ? Emu et révolté par ce drame, Condorcet entreprendra son combat pour l'abolition de l'esclavage…

 


Bagnes portuaires et pontons (13)

Commenter cet article

for more details 12/08/2014 10:11

Hey! The game town is finally back! I have been waiting for a long time to witness this moment. Reminds me of the 90s! I guess that was the golden era. I guess we can expect something more similar this time too.