Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France a du mal à reconnaître les erreurs du passé : c’est le cas de celle, monumentale, du bagne de Poulo-Condor construit dans les années 1880 à l’image de celui de Cayenne (Guyane). Et les Américains, dans les années 1960, et les Vietnamiens de l’Oncle Ho eux-mêmes après leur indépendance ont utilisé ce même bagne, il faut le dire. En effet, les premiers ont été à l’origine d’une extension des camps d’internement qui étaient déjà nombreux sur l’îlot montagneux (environ 100 km2 de surface) ; les seconds s’en sont servis pour se débarrasser des opposants au régime communiste.

 

Cet archipel, à l’origine inhabité, situé en mer de Chine (appelée maintenant par les Vietnamiens "Mer de l’Est") à180 km au sud-est du Cap Saint-Jacques a un climat chaud et humide avec une végétation luxuriante et subtropicale. Au début des années 1700, c’était un "Établissement anglais" ; l’Empereur d’Annam "Gia Long" le céda à Louis XVI en 1787 mais "Poulo-Condor" (Pu Lao Kundur, en malais, veut dire "île aux courges") ne fut effectivement occupé par les Français qu’en 1861 (Second Empire). L’idée d’y construire un pénitencier d’où les bagnards n’auraient pas la possibilité de s’échapper s’imposa d’elle-même dans les années 1880. J’en ai eu la preuve, personnellement, car, jeune officier de marine pendant mon service militaire, j’ai participé à l’opération de sauvetage de quelques bagnards fugitifs qui avaient tenté de prendre le large en barque au début du mois de février 1953 et qui eussent été dévorés par les requins si nous n’avions pas été là !

 

Dans les années 1990, le gouvernement vietnamien décida de transformer l’archipel en lieu touristique et le bagne en musée du souvenir. Idée intéressante : en effet, la baie abritée par un cirque de montagnes est magnifique, les touristes sont attirés par les plages , avec possibilité de plongée sous-marine et par le parc national. Nous y sommes allés, mon épouse et moi, le jour du Nouvel An 2008. Elle, en touriste fort intéressée, et moi en pèlerinage : 55 ans après, les souvenirs étaient encore très proches, en particulier ma colère d’alors devant l’impossibilité où je me trouvais de témoigner mon indignation. (Crédit photographique sur le site de la revue en ligne Etudes Coloniales - http://etudescoloniales.canalblog.com/)

 

 

Jean-Michel Rocard

Toulouse le 9 janvier 2008

 

Un rappel historique sur Poulo-Condor

Jean-Michel ROCARD

http://etudescoloniales.canalblog.com/archives/2008/01/30/7770566.html

 

 

Statistiques diverses sur l'Indochine - Période 1913-1922

http://belleindochine.free.fr/Statistiques.htm

 

Archipel du Vietnam : du bagne historique à la nouvelle zone de développement économique / Maurice Demariaux. - Paris : L'Harmattan, 1999. - 257 p.-[8] p. de pl. : ill., cartes ; 22 cm.ISBN 2-7384-8254-6

http://jacbayle.club.fr/livres/Nouveau/Demariaux.html

 

Retour à Poulo Condore, l'île du Diable

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-29445566.html

 

 

 Extraits : « A la mémoire de Nguyên An Ninh, mort au pénitencier à quarante trois ans

 

Mesurer avec un minimum de pertinence la place d’un pénitencier singulier dans la répression carcérale à l’intérieur du domaine colonial français supposerait réunies au moins deux conditions qui, reconnaissons le, sont loin de l’être. La première serait un travail d’élaboration historienne des mots, des notions, des concepts les plus couramment employés, tels que « prison », « pénitencier », « internement », de même que des peines infligées et de leur sens en situation coloniale. Nombre de ces termes restent imprécis au regard de leur définition, de leurs usages tant par le droit, la législation, la criminologie, que par la sociologie et l’histoire. L’opacité du langage judiciaire masque les réalités de l’emprisonnement. L’autre condition consisterait en une évaluation comparatiste et généalogique du système pénitentiaire indochinois : de son rapport avec la tradition et l’expérience proprement françaises de la répression par l’enfermement, comme avec ses pratiques non françaises, britannique, espagnole, hollandaise ; plus encore peut-être de ses éventuelles filiations avec les usages de l’enfermement dans la longue histoire ante coloniale des sociétés colonisées par la France ; enfin de son devenir après la décolonisation.

 

Ne sera donc proposé ici, au terme d’une courte enquête, qu’un simple fragment de l’histoire asiatique de l’internement colonial. Que fut Poulo Condore dans l’expérience pénitentiaire coloniale, quel présent s’y jouait, quel avenir s’y prépara ? »

 

Terre de bagne en mer de Chine : Poulo Condore (1862-1953)

Hemery Daniel

 

Texte éventuellement disponible sur le site suivant :

 

ESSF est une association de solidarité internationale. Son site est en français et anglais. Traitant d'un large éventail de questions, il présente une information militante sur de nombreuses luttes et campagnes ; ainsi que des articles de fond, des éléments de débats, des documents de nature divers. Il se veut un outil utile à toutes celles et ceux qui luttent pour un monde solidaire.

 


Bagnes coloniaux (35)

Commenter cet article