Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Dans La Montée des incertitudes, Robert Castel actualise la thèse qu’il développait il y a déjà une quinzaine d’années dans ses Métamorphoses de la question sociale. Le fond de la théorie reste le même : la société moderne traverse depuis les années soixante-dix une « grande transformation » digne de celle que décrivait Karl Polanyi en 1944. Là où ce dernier évoquait la rupture dans la cohésion entre les individus provoquée par la mise en place d’une économie de marché autorégulée et déconnectée des institutions communautaires, Castel décrit, cinquante ans plus tard, celle que l’effritement du salariat fait peser sur cette même cohésion. On retrouve également inchangée la forme de l’argumentation : Castel, comme Polanyi, procède à grosse maille, à mi-chemin entre histoire longue et sociologie, par synthèse d’ouvrages déjà généralistes, pour mettre à nu l’évolution des grandes lignes de fracture de notre société.

 

La Montée des incertitudes constitue une simple actualisation d’un ouvrage phare. Simple actualisation, et rien de plus, car Métamorphoses de la question sociale posait déjà un diagnostic si pénétrant qu’il reste largement valable : le salariat reste le ciment des sociétés modernes, alors que divers mouvements de fond contribuent à l’effacement de ses frontières, interrogeant les modalités de l’intervention sociale, et notamment le rôle de l’Etat comme garant de la cohésion sociale. La puissance de cette thèse ne réside pas tant dans son contenu, aujourd’hui perçu comme une évidence, que dans ce qu’elle contredit. Et d’abord, l’explication marxisante d’une société où le grand marché serait en passe de tout détruire. Le salariat est bien le produit du marché et il est, plutôt qu’un ouvriérisme idéalisé, le principal facteur de cohésion de notre société. Ensuite, l’effritement de la cohésion sociale n’est pas une déflagration généralisée de la société salariale, mais bien la disparition progressive des frontières de cette société au profit d’un continuum qui, entre le cadre parfaitement intégré et le sans-abri totalement désaffilié, en passant par le travailleur précaire en voie de marginalisation, fait coexister des individus dont les statuts offrent des liens sociaux et des couvertures extrêmement inégales face aux risques de la vie. Enfin, les sociétés modernes ne sont pas des sociétés excluantes comme ont pu l’être les sociétés de castes, de féodalité, ou encore le monde ultralibéral de l’Europe occidentale du 19ème siècle. Elles sont en revanche des systèmes où, en dépit d’un niveau de protection convenable pour la majorité, subsistent, voire se renforcent, des inégalités inacceptables.

 

Ce diagnostic, déjà posé dans les Métamorphoses de la question sociale, n’est remis en question ni par l’évolution du contexte socio-économique (précarisation croissante de certaines catégories de personnes, salariées ou inactives, flexibilisation des formes d’emploi, développement de la concurrence, accroissement de la contrainte sur les finances publiques), ni par les réformes successives des politiques sociales (introduction et réformes du revenu minimum d’insertion, décentralisation des politiques d’insertion et de formation, mise en place de la couverture maladie universelle, introduction d’une prise en charge du risque dépendance…). Ce constat est largement repris dans la Montée des incertitudes. Pour autant, l’ouvrage apporte des éléments nouveaux au discours de Robert Castel. L’ouvrage, synthèse plutôt réussie de divers travaux récents du sociologue, s’ouvrant sur une longue introduction où l’on retrouve la hauteur de vue et le sens de la formule qui lui sont si caractéristiques, nous éclaire sur quelques points majeurs.

 

La question sociale en suspens

[jeudi 23 avril 2009 - 14:00]

 

L’intégralité de l’article de Thomas AUDIGE est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous

http://www.nonfiction.fr/article-2435-la_question_sociale_en_suspens.htm

 

Titre du livre : La montée des incertitudes : Travail, protections, statut de l'individu

Auteur : Robert Castel

Éditeur : Seuil

Collection : Couleurs Idées

Date de publication : 05/03/09

N° ISBN : 9782020510424

Commenter cet article