Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'approche historique des films souffre en France d'une double myopie : soit on sauve selon des critères cinéphiliques hérités de la « politique des auteurs » quelques chefs-d'œuvre qui transcendent leur époque ; soit on évalue les films selon des critères politiques ou idéologiques exogènes, comme « reflets » des débats de l'heure. Nous avons tenté d'élaborer des hypothèses à partir de ce dont parlent la plupart des films de fiction en France : les relations entre les hommes et les femmes.

 

Or l'analyse des représentations des rapports hommes / femmes dans le cinéma de fiction de l'après-guerre1 fait apparaître l'épisode des tondues et de la recrudescence des divorces à la Libération comme une partie (à peine) visible d'un iceberg : celui d'une crise profonde des rapports sociaux de sexe dont l'équilibre traditionnel a été ébranlé par la défaite militaire et les nouvelles responsabilités prises par les femmes sous l'Occupation. Malgré le droit de vote (enfin) accordé aux femmes en 1945, le discours politique de l'après-guerre, de droite comme de gauche, va se contenter de remettre en place, à quelques nuances près, la traditionnelle division sexuelle des rôles sociaux, mais les productions culturelles et en particulier cinématographiques témoignent abondamment de la crise que tente de recouvrir ce consensus.

 

Les femmes exemplaires du cinéma français des années noires2 s'inversent en effet brutalement dans un déferlement d'images féminines diaboliques, dont on peut pointer le modèle dans Manèges d'Yves Allégret (1949), et trouver encore, en 1956 dans Voici le temps des assassins de Duvivier, une paroxystique illustration, pendant qu'émergent des représentations, minoritaires certes, mais d'une vigueur sans précédent, de femmes « en émancipation », comme dans Antoine et Antoinette de Becker (1946), Le Carrosse d'or de Renoir (1952) ou l' Amour d'une femme de Grémillon (1954) …

 

Le texte intégral est disponible en libre accès depuis le 26 mars 2003.

http://clio.revues.org/index522.html

 

Fantasmes du temps de la Libération

Geneviève SELLIER et Noël BURCH

 

Geneviève SELLIER et Noël BURCH, « Fantasmes du temps de la Libération », Clio, numéro 1-1995, Résistances et Libérations France 1940-1945, [En ligne], mis en ligne le 26 mars 2003

 

 

Affiche / Voici Le Temps Des Assassins

www.ozap.com/.../78064

 

(Chatelin, un restaurateur prospère du quartier des Halles à Paris, voit arriver dans son restaurant Catherine, une jeune femme désemparée. Très vite, il en tombe amoureux. Mais il ignore que Catherine est guidée par Gabrielle, son ex-femme, afin de le séduire et de lui soutirer toute sa fortune...)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article