Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par le chevalier démasqué

  Critique image

 

Entre prises de vue actuelles et documents d'archive, le documentaire Tondues en 44 est adroitement mis en image. Les nombreux films et photos d'archives en noirs et blancs sont remarquablement conservés. Ils conservent malgré le poids des années leurs puissances émotionnelles, rares et bouleversantes. Les prises de vues actuelles des différents entretiens sont très colorées et soulignent encore plus le grand écart entre la condition de ces femmes entre 1944 et 2008. Aucun problème de compression ni de gène apparente à la lecture du film.

 

 

Critique Son

 

La captation des différentes voix lors des nombreux entretiens est optimale. L'émotion se marie à la force des témoignages. Clair et distinct, on ne peut rien reprocher à la qualité générale du mixage sonore, n'accusant jamais ni de souffle, ni de différence de niveau. Le montage sonore ne fait jamais dans le larmoyant, donnant une tonalité juste, conviant la puissance dramatique.

 

 

Interactivité

 

L'édition DVD est servie par de précieux documents qui s'inscrivent directement dans le prolongement du film. Ce sont dans l'ensemble les passages des entretiens non inclus dans le montage final du film.

 

Il s'ouvre naturellement avec l'interview de l'historien Fabrice Virgili qui a consacré plusieurs années à ce sujet. Il en résulte un livre "La France Virile" qui dévoile de manière inédite une approche historique, sociale et politique de la tonte des femmes aillant commis l'adultère avec l'ennemi allemand.

 

La suite des suppléments se compose des interviews des différentes femmes non incluses au montage final du document. On retrouve ainsi le témoignage de Madelaine Wolf, Marie-Josée Panier, Mylène Lannegrand et Suzane Lardreau. Chacune d'elles évoque avec émotion leur passé trouble face caméra avec humanité. Toujours aussi émouvantes, ces vieilles dames restent dignes malgré l'humiliation "injuste" qu'elles ont subie au sortir de la guerre de la main des hommes.

 

Gwenael Tison

 

1944. Elles avaient à peine 20 ans à l'époque, et leur seul tort était d'avoir fréquenté de trop près les militaires allemands occupant le sol français en temps de guerre. Insouciantes, inconscientes, pour manger à leur faim... les raisons de ce délit d'adultère avec l'ennemi seront considérées comme inacceptables au moment de la libération de la France. Elles ont toutes été tondues sur la place publique, humiliées, et exhibés comme des animaux des heures durant dans les rues au milieu des badauds qui les frappaient et leur crachaient aux visages.

 

Tondues en 44 est un film profondément bouleversant qui jette un violent coup de projecteur sur un événement sombre de l'histoire française et dont la France n'est pas très fière. L'image des femmes tondues à la libération reste pourtant très forte, mais pourtant peu d'études se sont intéressées au sujet. Cette pratique bestiale fut généralisée sur l'ensemble de l'hexagone, et ce pendant plus d'un an entre 1944-1945. Des pratiques extrajudiciaires, révélatrices de châtiments corporels qui font vaciller la frontière entre vie privée et vie publique. Mais que représentait la tonte des femmes dans ce contexte précis ?

 

Destins croisés de femmes qui témoignent de différentes villes (Paris, Fouras, Saint-Flour Aix-Les-Bains, etc.) elles répondent le plus souvent face caméra aux questions de l'historien Fabrice Virgili. Le film articule adroitement trois doubles facettes : La faute – la collaboration, le châtiment – l'épuration et la vision de l'avenir – la reconstruction. Une manière adroite qui éclaire mieux l'évidence d'une telle exaction commise par des civils contre d'autres civils sans le moindre jugement d'un tribunal. Le film donne habilement la parole aux femmes aillant subit pareil outrage, ce qui permet de cerner les enjeux de la revalorisation des corps féminins après cette tonte. Hélas comme le souligne si justement le livre de Fabrice Virgili " La France Virile", ce comportement des hommes envers les femmes ne se réalisa que dans un sens : les prisonniers français en Allemagne eurent aussi des relations amoureuses avec l'ennemi, mais ils n'eurent jamais les cheveux tondus, et ne subir aucune humiliation en public. D'où le nom du livre " La France Virile", et son prolongement Tondues en 44.

 

Tondues en 1944

Réalisateur: Jean-Pierre Carlon

Acteurs :

Durée : 52 minutes

Suppléments : Entretiens avec Fabrice Virgili (Historien) & Entretiens avec plusieurs témoins (Madelaine Wolf, Marie-Josée Panier, Mylène Lannegrand et Suzane Lardreau) (90mn)

Date de sortie DVD : 04 Juin 2008

 

www.dvdrama.com/rw_fiche-9849-.php


Les femmes tondues en Dordogne

http://www.coeurssansfrontieres.com/index.php?option=com_content&task=view&id=45&Itemid=49

 

Les tondues de la Libération en Périgord

http://storage.canalblog.com/18/67/534743/32449603.pdf

 

Les femmes tondues de Nîmes exposées à la populace.

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-30168520.html

 

La terrible humiliation des femmes tondues-TARN : Après la Libération d'Albi, le 26 août 1944

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-28852607.html

 

Les « tondues » de la France machiste

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-27758389.html

 

La répression des femmes coupables d'avoir collaboré pendant l'Occupation

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-27861392.html

 

Les « tondues » à la Libération : le corps des femmes, enjeu d'une réappropriation

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-28627726.html

 

Enfants de Boches

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-29042194.html

 

Après 60 ans dans l'ombre, l'Allemagne reconnaît les "enfants de la guerre"

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-29106777.html

 

Fille de rien

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-30925037.html

 

Femmes dans les guerres (63)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article