Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par le chevalier démasqué

En charge, de 1608 à 1625, de la Conciergerie du Palais de justice à Paris, Barthélémy Dumont est l'un des inconnus de l'histoire, rencontrés au hasard des archives, et dont le témoignage nous informe sur la vie dans la Conciergerie à cette époque : surpopulation, violences, risques liés à la présence de détenus atteints de troubles mentaux, évasions spectaculaires, etc.

 

Quatrième de couverture

 

Surpopulation, violence, risques liés à la présence de détenus atteints de troubles mentaux, évasions spectaculaires : on croirait lire le sommaire d'une enquête sur les prisons de France en ce début de XXIe siècle. Or ceci se passe au début du XVIIe et, sans un certain Barthélémy Dumont, nous n'en saurions rien.

 

Qui est Barthélémy Dumont ? Un de ces inconnus de l'histoire rencontrés au hasard des archives et dont le témoignage est d'autant plus précieux qu'il n'était pas destiné à la postérité. En charge, de 1608 à 1625, de la Conciergerie du Palais de justice de Paris, il a été confronté aux mêmes problèmes que n'importe quel directeur d'établissement pénitentiaire actuel... plus quelques autres qui ont disparu.

 

Car, à l'époque et si incroyable que cela puisse paraître, on entre à la Conciergerie comme dans un moulin, on en sort presque aussi facilement. Une masse bigarrée de prisonniers allant du sorcier de village au prince polonais en passant par Ravaillac. Des personnels en nombre dérisoire, dépourvus de toute formation et payés au rabais. La hantise des catastrophes (incendies, inondations) qu'il faut gérer avec les moyens du bord. Surtout, le contrôle tatillon de la justice qui ouvre une enquête au moindre incident.

 

C'est d'ailleurs grâce à ce contrôle que Barthélémy Dumont et, avec lui, la vie au quotidien de la Conciergerie sont sortis de l'oubli. De là, ces Mémoires qu'il aurait pu écrire et qui jettent un coup de projecteur inattendu sur la plus célèbre prison de l'Ancien Régime.

 

Fiche technique

 

    * Famille : Histoire thèmes et grandes périodes

    * Sous famille : XVIIème siècle, Ancien Régime

    * Sous sous famille : XVIIème siècle : généralités

    * Reliure : Broché

    * Page : 119 p

    * Format : 21 x 12 cm

 

 

Edité chez Perrin, portant sur son bandeau en sous titre « Le geôlier de Ravaillac » vous lirez avec plaisir ces fausses mémoires où tout est vrai, rédigées avec talent par Madame Arlette LEBIGRE, professeur (et non pas professeure) d'histoire de nos universités.

 

Vous vous demandez sans doute comment est-on passé de la justice retenue à la justice déléguée ? Attention aux a priori, vous serez dessillé.

 

Vous vous étonnerez de la multiplicité des juridictions spécialisées au XVIIème siècle, de l'étendue de la compétence territoriale du Parlement de Paris, des mœurs de la prison dite de la Conciergerie et des correspondances que vous trouverez avec les problèmes contemporains de nos prisons. L'histoire du droit et des institutions sert à cela. Madame LEBIGRE nous procure avec un rare talent un enseignement riche et motivant.

 

Vous apprendrez avec surprise à travers la détention de Ravaillac, du grand incendie du 7 mars 1618, des derniers jours de l'intrigante Galigaï, (de Galigaï selon le registre d'écrou) beaucoup des us et coutumes judiciaires, politiques, sociales de l'époque, et des détails qui éclairent des énigmes historiques d'un jour nouveau.

 

Ce livre court et dense offre un moment de lecture qui vous transportera dans le temps, propre à vous procurer un moment d'évasion, pardon Barthélémy Dumont, savoureux, léger, délectable et érudit. Sans aucun doute, au moment de refermer cet ouvrage, vous plongerez aussi dans une incontournable réflexion sur l'évolution de notre époque dite moderne.

 

« Moi Barthélémy Dumont, geôlier de la Conciergerie »

Par Gilles.Huvelin le 04/05/09


Prisons anciennes (72)

Commenter cet article