Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par le chevalier démasqué

1. Dominique KALIFA, Biribi Les bagnes coloniaux de l’armée française, Perrin, 342 pages, (21 €).

 

Présentation de l’éditeur : « Ce livre retrace, pour la première fois, l’histoire des « corps spéciaux » de l’armée française – compagnies disciplinaires, bataillons d’Afrique, détenus des ateliers de travaux publics, sections d’exclus, sections spéciales, etc. – et l’expérience douloureuses des dizaines de milliers d’hommes qui y furent envoyés, fortes têtes, condamnés des conseils de guerre, jeunes délinquants, opposants politiques, homosexuels ou faibles d’esprit. »

 

Très belle étude de ces bagnes militaires très mal connus

 

 

2. Christophe CAPUANO, Vichy et la Famille. Réalités et faux-semblants d'une politique publique, Rennes, PUR, 2009 (20 Euros)

 

4e de couverture :

 

Que savons-nous de la politique familiale entreprise sous Vichy ? Dans l'affichage officiel du régime, la Famille est placée au premier rang des priorités politiques, présentée comme l'objet d'un programme d'action de grande ampleur et mobilisant l'ensemble des forces gouvernementales derrière le maréchal Pétain. Cette action familiale constituerait même le principal succès de l'État français. Cette image, véhiculée par une importante propagande, a durablement marqué les travaux consacrés à la période. Or elle est loin de correspondre à la réalité historique. Fondé sur des archives publiques et privées inédites, cet ouvrage met au jour les faux-semblants d'un système qui tente de dissimuler non seulement les nombreuses contradictions au sein de l'appareil d'État et les entraves à l'élaboration d'une politique publique cohérente mais également les menaces sur le fonctionnement même de son administration familiale et les échecs de ses projets familiaux, le recours massif aux finances privées comme l'utilisation des forces extra-étatiques. Pour lever ce voile, l’auteur ouvre et analyse la « boîte noire » de l'État, explore l'entrelacs des relations entre les acteurs étatiques et le champ associatif. Il s'interroge aussi sur la diversité des expériences et pratiques dans les territoires, qu'il s'agisse des zones occupée, non occupée ou réservée - un espace particulièrement compartimenté étant étudié à cette fin, la Bourgogne et la Franche-Comté. Ainsi mises à nu, quelles réalités se dévoilent ? Quel sens prend désormais l'action familiale menée sous Vichy ?

 

C'est tout l'enjeu du livre qui analyse cette politique publique en construction

 

(PS : cet excellent travail me donne l’opportunité de rappeler l’existence d’un livre qui intéressera fort les « amis de la police » puisqu’on y retrouve cette dernière (ces dernières plutôt) aux prises avec la prostitution (et des politiques bien différentes du côté allemand et français) et occupée à traquer avec des succès divers, ces crimes et délits que Vichy exècre (pour des raisons évidemment différentes) que sont l’adultère et surtout l’avortement : là encore, une fine analyse des archives montre une réalité nuancée en dépit des deux condamnations à mort et des 14 condamnations au bagne à perpétuité prononcées par le Tribunal d’état à l’encontre d’avorteuses) = Cyril OLIVIER, Le Vice ou la vertu. Vichy et les politiques de la sexualité, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2005)

 

 

Le renseignement — surtout politique — n’est jamais loin de la police (voir les suites de l’affaire Dreyfus, les mémoires de Paillole ou la récente « fusion » de la DST et des RG…) et, de fait, le livre dirigé par Sébastien Laurent qui reprend les interventions d’un colloque tenu en octobre 2007 dans le cadre d’un projet ANR (« Information ouverte, information fermée »), n’est jamais éloigné de « notre » objet qui suscite autant de fascination, de fantasmes que de critiques et d’envie dans les rangs des partis ou groupements quelles que soient leurs places sur l’éventail politique. Ainsi de la Ligue et de la Fronde à l’intervention en Irak, du SAC au RPF, de l’OAS à la Ve République, en passant par la Résistance (sans oublier des ex-cursus bienvenus sur Heydrich, le fascisme, et une mise au point et synthèse passionnantes de Guillaume Bourgeois sur l’Orchestre rouge qui permet de balayer la fantasmagorie de G. Perrault …), l’ouvrage et ses 19 contributions balaient large ! On apprend évidemment beaucoup de choses (les Intelligence studies sont un genre récent en France) et on découvre d’étranges collaborations ou collusions, mais surtout une confirmation : gouverner c’est vouloir tout savoir pour mieux contrôler

 

Sébastien LAURENT (dir.), Politiques du renseignement, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2009. (28 €uros)

 

Lettre aux amis… de la police

Extraits – mai 2009

Jean-Marc Berlière

 


Lettre aux amis
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article