Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lorsque le 20 novembre 1953 les parachutistes du groupement aéroporté No 1 (1er et 6e BPC, II/1er RPC) prennent pied dans la cuvette de Diên Biên Phû, la guerre d’Indochine entame sa neuvième année. En effet, si on lit encore très souvent que le conflit ne commence vraiment que le 19 décembre 1946 par l’attaque générale des troupes viêt-minh contre toutes les garnisons françaises, il faut bien savoir que les premiers accrochages entre des éléments vietnamiens et des soldats français remontent en réalité à la fin de l’été 1945 au Tonkin.

 

En 1953, après de longues années de lutte dans des conditions très difficiles, le corps expéditionnaire subissait la contre-attaque générale de l’APVN, contrant les coups, parfois les anticipant. En dépit de son renforcement constant et de la mise sur pied des armées des États associés, les Franco-Vietnamiens cédaient régulièrement du terrain, et même dans les zones dites contrôlées, le Viêt-minh était capable de monter des opérations et de prendre en mains les populations dans les filets de ses hiérarchies parallèles. Après la stabilisation de la situation sous le commandement du général de Lattre, le général Salan avait dû plier dans de nombreux secteurs devant les offensives menées par Giap. En mai 1953, son successeur, le général Navarre, trouva une situation délicate qui, selon lui, était pire que ce qu’on lui avait présenté. Le nouveau commandant en chef inspecta, se rendit compte sur le terrain et finit par présenter une suite cohérente de propositions qu’on résume sous la formule de plan Navarre. Au niveau stratégique, il envisageait dans un premier temps de tenir en 1953-1954 avec une attitude plutôt défensive au Nord du 18e parallèle de façon à protéger au maximum les régions du Sud où pourraient être engagées des opérations offensives, puis en 1954-1955, de prendre l’initiative au Nord lorsque le corps de bataille serait aguerri. Il souhaitait développer des éléments mobiles aptes à affronter partout le Viêt-minh, s’appuyer sur les armées nationales pour avoir des hommes et engager ainsi un peu plus l’indépendance des États associés [1]

 

 Crédit photographique : Indochine – 1953 - Le commandant Bigeard recevant une nouvelle palme sur le fanion du 6e Bataillon de Parachutistes Coloniaux. ECPA.

 

L’intégralité de cet article est disponible en cliquant sur le lien ci-dessous

 

Le corps expéditionnaire français à la veille de la bataille de Diên Biên Phû

Michel Bodin

Docteur ès lettres.

http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=GMCC_211_0011

 

 

Expériences d'Indochine

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-28379353.html

 

Le pasteur. Un rouage essentiel du transport des troupes dans la guerre d’Indochine, 1945-1956

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-27798717.html

 

Gendarmes-parachutistes en Indochine 1947-1953

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-27553392.html

 

Geneviève de Galard, une femme dans l’enfer de Dien Bien Phu

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-27696929.html

 


Guerre d'Indochine - camps viets (11)

Commenter cet article