Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://img850.imageshack.us/img850/5306/fournier.jpgFrançois Fournier (1772-1827) est un officier de cavalerie du Premier Empire connu pour ses charges tant en Espagne qu'en Russie et dont la littérature et le cinéma ont dressé un portrait peu flatteur, de séducteur brutal, de duelliste effréné, de pilleur sanguinaire. Reprise par de nombreux historiens, cette légende s'est développée en se déformant au fur et à mesure du temps, chacun voulant apporter sa touche pour mieux noircir le personnage. Son caractère entier, ses colères soudaines et son tempérament orgueilleux ont fait de lui un excentrique que ses contemporains ont peu apprécié et à qui les historiens n'ont su rendre justice. Reprenant les sources disponibles une par une, interrogeant les témoins de l'époque, confrontant les uns avec les autres, l'auteur établit quelques vérités, qui font de l'homme un élégant cavalier, un tireur incomparable, courageux et cultivé, loin de l'image qu'on a voulu lui coller. Fidèle aux convictions républicaines de sa jeunesse, opposant à Napoléon, il a gardé toute sa vie durant une constance remarquable, sachant cultiver ses amitiés. Son nom aurait dû être inscrit sur l'Arc de Triomphe.

 

Fournier Sarlovèse : un général d'Empire républicain

par Pierre-Henri Zaidman

Réf. : DECO50

ISBN: 978-2-7178-5986-7

Nombre de pages : 280

Format : 16 x 24 cm

Date de parution : 1 janv. 2011

 


Premières armes - Fils de cabaretier, François Fournier est né à Sarlat le 6 septembre 1773. Très tôt, il révèle des prédispositions exceptionnelles pour l’étude. Il excelle en latin - ce qui lui sera très utile en Espagne – et se surpasse en chant religieux. Ces dons s’accompagnent dès le départ d’une grande indiscipline et d’un goût du combat. A quinze ans, il quitte le collège et entre comme petit clerc auprès d’un procureur de Sarlat. Là encore, il étonne par sa capacité d’assimilation du droit. Sous la Révolution, il gagne Paris. C’est la révélation lorsqu’il croise un escadron de hussards. Il sera de ces hommes là mais, en attendant, il se transforme en un sans-culotte infernal. Après un court passage dans la garde du roi, au milieu de fils de nobles qu’il méprise, il est nommé en janvier 1792 sous-lieutenant au 9e régiment de dragons, stationné près de Lyon. Il passe le plus clair de son temps dans les clubs, mène une vie de patachon et oublie même de rejoindre son régiment. Malgré ses absences illégales et une sordide affaire de détournement de fonds de la caisse du régiment, il saute les grades de lieutenant et capitaine pour être nommé chef d’escadron au 16e chasseurs à cheval, à Reims.


Ses provocations et ses délations en haut lieu sur la tiédeur des officiers rendent l’atmosphère du régiment intenable. Le 9 thermidor chasse les anarchistes, Fournier est emprisonné en octobre 1794 puis envoyé dans sa province. Rendu à la vie civile, il n’a de cesse de se faire réintégrer dans l’armée avec son grade. A force d’intrigues, il obtient mieux. Il est nommé colonel et aide de camp du général Augereau, à Strasbourg. En Alsace, Fournier reprend ses frasques, la fête recommence, son arrogance n’a aucune limite. Son goût pour la séduction de femmes mariées ou non lui cause de nombreux duels, devenus son jeu favori.

Colonel au 12e hussards - En 1799, après une manœuvre insensée, il se fait « plébisciter » par les hommes du 12e hussards pour devenir leur colonel en titre. Tel est l’homme qui va maintenant tenir tête au Premier Consul puis à l’Empereur.


Lors de la seconde campagne d’Italie, il se distingue. Sa conduite est signalée au Premier Consul. Lors de la revue des troupes,(...)

 

 

 

Le général Fournier-Sarlovèze, « le plus mauvais sujet de l’armée »

L’officier cavalier le plus extravagant de l’Empire


Remarquable officier de cavalerie, Fournier joint à sa bravoure un charme et des dons exceptionnels. Ils sont cependant gâtés par un esprit fantasque et un goût maladif de la démesure et de la provocation qui le privent à jamais d’une gloire qu’il ne cesse de poursuivre. François Malye, historien des guerres napoléoniennes en Espagne, en dresse le portrait.


 

Pour en savoir plus :

 

Le général Fournier-Sarlovèze, « le plus mauvais sujet de l'armée »

www.canalacademie.com/ida2603-Le-general-Fournier-Sarloveze-le-...

Remarquable officier de cavalerie, Fournier joint à sa bravoure un charme et ... Le général Fournier-Sarlovèze, « le plus mauvais sujet de l'armée » ... Rendu à la vie civile, il n'a de cesse de se faire réintégrer dans l'armée avec son grade.

 

  1. 2/2 Le général Fournier (1800-1814) Premier Empire - YouTube

    www.youtube.com/watch?v=CVJdwNwERIc
    10 déc. 2011 - Ajouté par PierreBraquemard
    Le général Fournier-Sarlovèze, « le plus mauvais sujet de l'armée » (2/2). Un jour dans l'histoire sur Canal ...
  2. 1/2 Le général Fournier (1800-1814) Premier Empire - YouTube

    www.youtube.com/watch?v=LnIxTVvfWzE
    10 déc. 2011 - Ajouté par PierreBraquemard
    2/2 Le général Fournier (1800-1814) Premier Empireby PierreBraquemard342 views · (1804-1815) Premier ...
  3. Autres vidéos pour 2/2 Le général Fournier (1800-1814) Premier ... »

Commenter cet article