Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Malheureusement peu distribué en France, le film d’Andrzej Wajda retrace la vie des victimes directes et indirectes de la barbarie communiste, à la suite du pacte germano-soviétique de 1939. Prise dans un étau, dépecée entre l’Allemagne et la Russie, la Pologne va être l’objet d’un crime de guerre incarné dans le charnier de Katyn où des milliers de corps furent retrouvés. Chacune des victimes avait été exécutée d’une balle de marque allemande dans la tête...

 

Longtemps occulté, attribué généralement à la barbarie nazie, cet acte impuni va être finalement avoué et reconnu le 13 avril 1990 par Mikhaïl Gorbatchev qui remit une partie des archives sur la question au général Jaruzelski. Pourtant, l’événement aurait pu faire l’objet d’une réhabilitation historique dès après la guerre. Des intérêts politiques pendant le conflit et à l’occasion du procès de Nuremberg en décidèrent autrement. Par cette injustice, les victimes du régime communiste furent bien tuées une deuxième fois. L’excellent film de Wajda, vu par plus de 3 millions de Polonais, montre cette quête de la vérité au delà des mensonges dans la période de chaos que fut la Deuxième Guerre mondiale. Certes académique, Katyn n’en reste pas moins poignant et constitue à la fois une réflexion sur sur le deuil et la mort, l’absence et la perte des repères, le devoir ou même l’insouciance dans un temps de peur et de mensonge. Surtout, au centre de ce long-métrage bouleversant, cette Pologne catholique, son identité, assassinée par le totalitarisme soviétique pendant et après la guerre.

 

 

Katyn : crime de guerre, crime de mémoire, la barbarie en Pologne

Du film de Wajda et de la littérature historique, avec Alexandra Viatteau

31 mai 2009

 

L’intégralité de cette émission est téléchargeable en cliquant sur le lien ci-dessous

http://www.canalacademie.com/Katyn-la-mort-des-hommes-et-de-la.html

 

 

Membre de l’Académie des Beaux-Arts, le cinéaste et metteur en scène Andrzej Wajda nous livre avec son dernier film Katyn un véritable testament spirituel. Le film raconte l’histoire de l’exécution de plus de 20 000 Polonais, officiers pour la plupart, par ordre de Staline et de Beria ; un acte d’une barbarie inouïe longtemps attribué aux nazis. Crime de guerre mais aussi crime contre la mémoire, l’événement est ici éclairé par Alexandra Viatteau, spécialiste de l’histoire polonaise sous les totalitarismes et auteur d’un livre intitulé Katyn, Crime de guerre contre l’armée polonaise.

 

L’invitée.

 

Alexandra Viatteau est docteur en Lettres russes et polonaises à l’Université de Paris IV-Sorbonne, diplômée de troisième cycle sur l’URSS et l’Europe orientale à la Fondation Nationale des Sciences Sciences politiques. Elle a enseigné à l’Institut français de Presse (Paris II), à l’Université de Marne-La-Vallée et est aujourd’hui conseiller scientifique du Centre de Géopolitique à Paris. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages sur la Pologne : Staline assassine la Pologne 1393-1947(Seuil, 1999) ; L’insurrection de Varsovie, la bataille de l’été 1944 (PUPS, 2003), La société infantile (Hora Decima, 2007). Elle vient de publier chez André Versaille Editeur Katyn, Crime de Guerre contre l’armée polonaise (2009)

Commenter cet article