Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

26 octobre 1944. Adjudant-Chef Conchonnet, commandant la brigade de Tulle (Corrèze). Rapport sur «des atrocités commises par les troupes allemandes»

Le 7 juin 1944, à 4 h 30, les troupes allemandes qui stationnaient à Tulle ont été attaquées par les Forces françaises de l'intérieur. […] A la tombée de la nuit, […] la ville était presque entièrement libérée. La population était descendue dans la rue pour manifester sa joie. Vers 22 heures, l'avant-garde de la Panzer division ?Das Reich?, venant de la direction de Brive, débouche rue du Docteur-Valette. Aussitôt, les canons et les mitrailleuses des engins blindés entrent en action et tirent sur toutes les personnes rencontrées. Partout, c'est le sauve-qui-peut général. […]

Le 9, vers 6 heures, les blindés allemands circulent dans les principales rues de la ville. Des soldats allemands entrent dans toutes les maisons et font sortir tous les hommes qui s'y trouvent. […] [Ils] sont conduits place de Souilhac, en face de la manufacture d'armes, [et] introduits au nombre de 2 000 environ à l'intérieur de cet établissement. […] Un Alsacien, du nom de W., bien connu à Tulle, passe dans les groupes et, examinant attentivement chacun d'eux, il en fait sortir un certain nombre. […] A 13 h 30, un haut-parleur parcourt les rues. Il annonce qu'il n'y aura pas d'otages et que la vie normale va reprendre. Un soulagement momentané se produit et chacun se remet à espérer. […]»

Vers 16 h 30, l'adjudant-chef Conchonnet et trois gendarmes sortent de la Kommandantur, où ils étaient également retenus. Ils relatent alors ce qu'ils voient dans la rue à la troisième personne. Pour une meilleure compréhension, nous avons remplacé «ils» par «nous»:

«Nous entendons un haut-parleur qui annonce que 120 personnes seront pendues et que leurs corps seront jetés dans le ?fleuve?. [...] Nous sommes tout d'abord conduits avenue de la Gare, où nous constatons qu'à tous les balcons où des cordes ont pu être attachées, des hommes sont pendus. […] Nous comprenons alors que nous allons être pendus également. 21 gendarmes du Lot, amenés par la division Das Reich, s'attendaient également à être exécutés. La plupart avaient même quitté leurs cravates pour être plus vite pendus. […]

Au milieu de ce spectacle horrible, les soldats allemands rient, fument et font preuve d'une gaieté écœurante. Un appareil de musique (pick-up ou phonographe) joue des airs gais.»

Grâce à l'intervention des autorités de la ville, tous les gendarmes furent épargnés.

« A tous les balcons, des pendus »

Publié le 06/10/2005 - mis à jour le 04/10/2005

L’Express

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article