Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici un livre d’une qualité rare, et qui assurément fera date. Paris révélé par sa nuit. La manière est inattendue d’écrire son histoire ; elle eut assurément plu à Hugo : c’est à lui d’ailleurs qu’est emprunté le titre, comme en forme de dédicace.

 

Le projet était audacieux ; la réussite est remarquable. On nous offre une histoire d’une étonnante richesse, qui porte le regard (la lumière ?) dans les directions les plus variées : histoire des faits et des regards sur les faits, du social et des représentations du social, du temps et des façons de le vivre, des lieux de plaisir et de loisirs, des anxiétés bourgeoises, et aussi d’une sensibilité qui s’affine, d’une réceptivité croissante à la nuit, de la sensibilité à l’obscur du “nouvel individu nocturne”. Histoire au fond qui est celle des incertitudes de la nouvelle société post-révolutionnaire, entrant dans l’ère ambiguë de la modernité.

 

Cette histoire très neuve se fonde sur une maîtrise exceptionnelle de l’information, sur une connaissance du Paris du XIXe siècle qu’on prend rarement en défaut, avec une remarquable qualité de présentation synthétique des travaux existants. L’écriture est d’une rare élégance, un rien précieuse, et qu’on envie : c’est exactement celle qui convient à des analyses aussi fines que nuancées. Le livre --que ne saurait épuiser une seule lecture, et surtout pas hâtive--, se savoure. Il est d’une telle densité et d’une telle subtilité qu’on peut parfois s’y perdre, à force de nuances et de nuances dans la nuance, jamais inutiles pourtant. L’auteur a toujours l’inquiétude, ou le remords, d’une explication trop simple. D’où l’ambiguïté souvent de cette histoire, qui pourrait bien être en vérité celle de toute histoire…

 

Le texte intégral est disponible en libre accès depuis le 28 juin 2005.

http://rh19.revues.org/index328.html

 

Livre numérique

http://www.numilog.com/fiche_livre.asp?id_livre=47310&id_theme=&format=3&id_collec=&rubzone=STD

 

Simone Delattre, Les Douze heures noires. La nuit à Paris au XIXe siècle

Paris, Albin Michel, 2000, 679 p.

 

Jacques Rougerie

p. 253-258

 

 


 


Le XIXe siècle a été un long apprentissage des Lumières. Dans un Paris capitale des révolutions et de la modernité, on s'interroge sur la menace de l'ombre sociale. C'est pourquoi, de l'époque romantique à la révolution haussmannienne, la nuit de la grande ville, dont les aspects archaïques défient la raison, devient objet de discours et de conquête.

 

Cette histoire de l'humanisation et de la rationalisation des nuits parisiennes révèle ainsi des formes inédites de sensibilité citadine. Dans les battements les plus intimes d'une cité qui ne dort jamais que d'un oeil, elle explore le nouveau rapport des Parisiens au temps et à la rue.


Paris invente alors le noctambulisme mais se prend aussi d'affection pour la silhouette vacillante du chiffonnier et se délecte au récit des crimes sanglants commis par les "escarpes". Entre privé et public, solitudes et multitudes, oisiveté et labeur, bas-fonds et scintillements, errances et élégances, misérables et dandies, indécences et vigilances, le Paris nocturne du XIXe siècle pourrait trahir les hantises, les tensions et les aspirations secrètes de la société post-révolutionnaire, celle du clair-obscur. C'est peut-être durant ces "douze heures noires" que Paris dévoile son âme, c'est-à-dire la vitalité et la fragilité mêlées de son peuple.

 

Les Douzes Heures noires : La Nuit à Paris au XIXème siècle

Simone Delattre

Broché: 674 pages

Editeur : Albin Michel (2 octobre 2000)

Collection : Evolution Humanité

Commenter cet article