Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

36, quai des Orfèvres. Adresse mythique. On s'est bien marrés avec les collègues. Et la passion était là pour faire oublier les mauvais jours, les planques interminables, les moments où ça défouraillait, les coups en vache de la pègre, et puis quelques histoires venues de l'intérieur de la police. Tout un programme !

 

D'origine ardennaise, Gérard Billy est né en 1933. Sa grand-mère veut qu'il soit prêtre, son père veut qu'il intègre les douanes comme lui ; résultat, il entre dans la police le mai 1958 comme gardien de la paix ! Affecté dans le nord de Paris, il porte alors képi, bâton blanc et pèlerine, mais cela n'a rien d'une panoplie en ces temps de guerre d'Algérie où la Goutte-d'Or est un fief nord-africain.

 

Après un intermède dans le XVIe arrondissement où il lui faut aider Claude François à échapper à ses fans, Gérard quitte l'uniforme en 1968 pour intégrer en civil le 36, quai des Orfèvres. " Avec ton caractère de con et ta vue basse, lui a dit un supérieur, tu te feras moins chier à la PJ. " De fait, il est confronté à des affaires de braquage qui se terminent parfois dans le sang, mais il lui faut aussi savoir planquer longtemps et filocher.

 

En 1973, à cause d'une prise de bec avec le célèbre commissaire Ottavioli, il est muté à la Section autos de la Brigade de répression du banditisme. Ce qui semble d'abord une sanction se révèle être un poste clé car les délits de toute nature impliquent bien souvent l'emploi de véhicules volés. Le Marquis, comme l'appellent ses collègues, va donc remonter la piste des merguez (voitures maquillées) et autres farcies (nanties d'une fausse carte grise).

 

C'est avec une gouaille irrésistible que Gérard Billy nous raconte cet aspect méconnu de l'épopée du quai des Orfèvres et, au-delà, toute une carrière de flic parigot.

 

La police dans la peau

Billy-G (Auteur)

Broché: 165 pages

Editeur : Payot (6 mai 2009)

Collection : PAYOT GD FORMAT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article