Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Crédit photographique - © Lizzie Sadin Isolateur d’instruction de LEBEDEVA (Préventive) Quartier des mineurs. Enfants et adolescents sont enfermés 23h/24h dans une même cellule avec des adultes qui font office de kapos


 

Archives - « Les enfants du bagne » : une série de trente-six clichés en noir et blanc évoque un univers carcéral à la Dickens : carreaux cassés, pain noir et bol de kasha (orge bouilli) deux fois par jour. Des crânes rasés, des visages de clowns tristes, des corps juvéniles déjà marqués par des maladies de peau et cette tristement célèbre cellule 90 où vingt-quatre adolescents se partagent huit lits. 

 

Lizzie Sadin témoigne « Les autorités pénitentiaires ont fini par lâcher les autorisations parce qu’elles voulaient sensibiliser l’opinion et recevoir davantage de subventions du ministère de la Justice. Quant à l’argent que je leur ai versé par le biais du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD, j’ai été assurée qu’il ne servirait pas de bakchich mais qu’il serait consacré à l’achat de barres protéinées, de serviettes hygiéniques pour les femmes et de papier pour que les prisonniers puissent écrire à leurs familles ! » En revanche, le discours anesthésiant de la direction ne la convainc guère quand elle est témoin de la brutalité des gardiens, sans compter celle « des adultes détenus avec les plus jeunes et qui agissent comme des kapos ». Elle reste impressionnée par la séance au réfectoire « Le déjeuner débute et termine par un coup de sifflet, trois minutes montre en main ! J’ai été tellement surprise que je n’ai pas eu le temps de saisir mon appareil au premier service. Et à la fin de cette frugale collation (qui ne couvre que 30% de la ration quotidienne selon l’OMS), ils lèvent tous les mains en l’air pour montrer qu’ils n’ont pas emporté un bout de pain noir! » 

 

Exposition du 16 janvier au 08 février 2003 - Fnac St Lazare / Les Enfants du Bagne / Lizzie Sadin / Présentation

 

En savoir plus...

www.amnesty.asso.fr

Commenter cet article