Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


AFFAIRE GOUFFE - GABRIELLE BOMPARD

Affaire Gouffé. Gabrielle Bompard se constitue prisonnière dans le cabinet du préfet de Police. Paris, 1890. RVB-936413

© Roger-Viollet - Lire les conditions générales d'utilisation des photos


 


AFFAIRE GOUFFE - CONFRONTATION RUE TRONSON-DU-COUDRAY

Affaire Gouffé. Confrontation rue Tronson-du-Coudray. Paris, décembre 1890. RVB-936408

© Roger-Viollet - Lire les conditions générales d'utilisation des photos



 

Un dimanche d’août 1889, un cantonnier longeant la route départementale reliant Vernaison à Millery fait une sinistre découverte dans un buisson en contrebas : un colis volumineux exhalant une odeur atroce et renfermant un corps humain décomposé. Quelques jours plus tard, un chercheur d’escargots découvre vers Saint-Genis-Laval les débris d’une malle tout aussi nauséabonde... Ainsi commence la fameuse affaire Gouffé, qui est peut-être celle qui passionna le plus l’opinion publique, il y a juste un siècle.


 

Gouffé est un huissier parisien très coureur de jupons, qu’un couple d’escrocs, Michel Eyraud et sa maîtresse Gabrielle Bompart, ont décidé de dévaliser.


 

Attiré dans un rez-de-chaussée discret par la belle, le libidineux huissier est promptement étranglé par Eyraud. Mais le couple ne réussit pas à ouvrir le coffre de Gouffé et doit se débarrasser du cadavre qui est mis dans une malle, convoyé en train jusqu’à Lyon, puis jeté au lieu-dit la Tour-de-Millery, avant que le couple parte pour l’Amérique.

 

 

Sur la foi d’une première expertise, nul ne fait la relation entre la disparition de Gouffé et l’inconnu de Millery. C’est le professeur Lacassagne qui, faisant exhumer le corps putréfié et réalisant une nouvelle et brillante expertise sur les restes subsistants, permet d’identifier le corps dont les caractères physiques sont ceux de l’huissier disparu.

 


Gabrielle Bompart, rentrée en France pour nier effrontément toute participation au meurtre, est cependant arrêtée. Elle accable son complice, lequel est appréhendé à Cuba où il se cache.

 

 

Le public se passionne pour l’enquête, ses rebondissements et un procès à sensation aux détails croustillants, où la perverse Gabrielle affirme que son compère l’avait hypnotisée avant le crime, ce qui provoque une vigoureuse bataille d’experts. Eyraud est condamné à mort, sa maîtresse à seulement vingt ans de travaux forcés.

 

 

Huit ans plus tard, elle est libre.

http://www.bm-lyon.fr/expo/virtuelles/sang/crime7.htm

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article