Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




René Vietto (1914-1988), coureur cycliste français, deuxième du Tour de France 1939, effectuant un tour d'honneur au Parc des princes, à Paris. RV-343950

© Roger-Viollet - Lire les conditions générales d'utilisation des photos


 

Un enfant des classes moyennes n’a eu que des exemples de gloire sportive. Pourtant ses parents sont professeurs, mais il les a retrouvés seulement dans l’après-guerre. Et d’ailleurs son père, d’une culture encyclopédique, ne parlera jamais à son fils que de légendes sportives.

 

 

Il ne sort de son mutisme que pour comparer les mérites de Coppi et de Bartali, mais, remontant vers sa jeunesse sportive, il préfère évoquer Antonin Magne et André Leduc, Binda et Guerra, Romain et Sylvère Maës…

 

 

René Vietto, vingt ans après

Jacques Lecarme

Document en version format PDF de 9 pages

http://www.mediologie.org/collection/05_bicyclette/lecarme.pdf

 

 


 

Dans le Tour de France 1934, un petit coureur cannois, inconnu, ancien chasseur d'hôtel au Palm Beach et répondant au nom de René Vietto, allait soudain s'envoler dans la montagne. Il s'était préparé sur les routes des Alpes et triomphait avec aisance dans les cols les plus ardus. De montagne en montagne, la renommée du jeune champion, brun de peau et de poil, volontiers taciturne, ne cessait de grandir et atteignit son apogée lorsque, dans les Pyrénées, il s'arrêta délibérément et tendit sa roue à Antonin Magne, son leader accidenté. Ce geste, d'une noblesse infinie, fit pleurer la France entière. Devant l'image du gamin de vingt ans sacrifiant ses propres chances de gagner le Tour de France, la popularité de Vietto redoubla.

 


Par malheur, ennuis de santé et accidents se succédèrent. Sa vie ne fut que plaies et bosses. La Deuxième Guerre mondiale mit entre parenthèses le sport et le Tour de France. En 1947 pourtant, René Vietto revint dans le peloton comme grand favori du premier Tour de France d'après-guerre. Mais la malchance continua jusqu'au bout à lui interdire le mot « victoire ».

 


« En perdant, sur défaillance, le Tour 1947, alors sur le bout de sa route, il est devenu le "Roi René", un titre qui le comblait. Qui l'a couronné ? La rumeur publique sans doute, subjuguée par la foi de cet ascète dont le temple était le Tour de France, lequel, au bout des ans, s'acharnait à l'en expulser au moment de la consécration », écrira le regretté Robert Chapatte.

 


Où la légende puise-t-elle ses sources ?

 


Jean-Paul Ollivier retrace une nouvelle et exemplaire « Véridique Histoire », celle de René Vietto, le « Roi René », dont la carrière mouvementée enjambe la Deuxième Guerre mondiale. Sous la plume privilégiée de « Polo-la-Science », le petit groom cannois entre au Panthéon cycliste.

 

  Auteur : Jean-Paul Ollivier

  Date de parution : 21/05/1997

  ISBN : 9782723423649

  Editeur : Glénat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article