Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives de presse - Un roi qui aurait enlevé des enfants de moins de 10 ans pour les utiliser comme sacrifices après des nuits de débauche à la cour. Surnommé le Bien-Aimé au début de son règne, Louis XV fut vite méprisé pour son dévergondage et sa frivolité: initié au libertinage par son précepteur, le cardinal de Fleury, l'arrière-petit-fils du Roi-Soleil cède trop de son pouvoir à ses favorites, notamment aux quatre sœurs Nesle - Louise, Félicité, Adélaïde et Marie-Anne - puis à la marquise de Pompadour - Jeanne Antoinette Poisson. Pendant près de vingt ans, celle-ci dicte son style de vie au roi fainéant. Surnommée «la Grisette du roi» par la noblesse, «la Poule» par les enfants royaux, elle recrute les amantes éphémères de Sa Majesté, favorisant non seulement les passades amoureuses, mais aussi les ébats du Parc-au-Cerf, une maison de rendez-vous qu'il avait fait installer à Versailles.

 

Le 16 mai 1750, un enfant est arrêté par la police et conduit au poste. Sa mère lance la rumeur: c'est le roi débauché qui l'aurait fait enlever. Paris se soulève, la foule menace d'aller à Versailles. Pour protéger le roi, l'enquête est aiguillée vers un vague cousin, le comte de Charolais. Louis XV fait construire une voie de contournement, surnommée la «route de la Révolte», pour priver les Parisiens de sa présence: une portion deviendra l'actuel boulevard de Dixmude…

 

XVIIe arrondissement de Paris

Le roi du libertinage

par Sarah Sissmann, publié le 30/08/2004 - mis à jour le 04/03/2008 – L’Express

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article