Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Mise en place par le gouvernement de Vichy dès l’été 1940, la politique antisémite est officiellement lancée avec le statut des Juifs en octobre 1940. Dès lors, l’antisémitisme devient une norme pour l’ensemble des administrations françaises – centrales comme locales – qui participent toutes, à des degrés divers, à sa mise en œuvre. Il ne s’agit pas là des professionnels de l’antisémitisme, tels que le furent les agents du commissariat général aux Questions juives, mais bien des fonctionnaires de toutes catégories : agents des préfectures, policiers, personnels judiciaires ou encore employés municipaux, tous se sont vus confier des prérogatives visant à « épurer » la société française des Juifs. Ce livre apporte un éclairage original sur cette dimension essentielle et paradoxalement mal connue du régime de Vichy. S’appuyant notamment sur des archives jusque-là négligées, l’auteur s’intéresse tout d’abord à la manière dont le gouvernement a défini et mis en place, en quelques mois, les bases de la politique antisémite. Puis, en analysant en particulier la langue administrative, les méthodes de travail, les instructions et leur application, il rapporte précisément la façon dont les fonctionnaires se sont adaptés, le plus souvent sans états d’âme, à leur nouvelle tâche. Leurs missions en matière de politique antisémite furent considérables, au premier rang desquelles le contrôle et le fichage de la population juive. C’est cette activité des administrations dans ce qui fut la zone libre, puis la zone sud à la suite de son occupation par les Allemands et les Italiens, que l’auteur évoque dans ce livre, à travers de nombreux exemples locaux …

 

 


Au bureau des Affaires juives

L'administration française et l'application de la législation antisémite (1940-1944)

Tal BRUTTMANN


 

Collection : L'espace de l'histoire

Parution : mai 2006

Nb de pages : 288

 

 

Tal Bruttmann est chercheur auprès de la Commission d’enquête de la ville de Grenoble sur les spoliations de biens juifs. Spécialiste de la Collaboration et de l’antisémitisme durant la Seconde Guerre mondiale, il prépare actuellement une thèse consacrée à la Milice française. Membre de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, il est auteur de plusieurs ouvrages, dont La logique des bourreaux, 1943-1944 (Hachette Littératures, 2003).

 

 

« Chercheur auprès de la Commission d'enquête de la ville de Grenoble sur la spoliation des Juifs et auteur d'une thèse sur la Milice, Tal Bruttmann traque l'antisémitisme de Vichy au ras de sa mise en œuvre, dans les bureaux et derrière les guichets. Comment, analyse-t-il dans Au Bureau des affaires juives, des employés qui étaient tout sauf des idéologues de l'antisémitisme se rendirent-ils complices d'un crime d'État ? »

 

 

Extraits de presse

 


L'HISTOIRE

 


« Un ouvrage tout bonnement remarquable, consacré à la manière dont l'administration française (et particulièrement iséroise) appliqua la législation antisémite de Vichy. »

 

 

LES AFFICHES

 


« C'est "un antisémitisme quotidien, consciencieux", celui d'agents ordinaires en poste ordinaire, qui est scruté et mis en lumière. Il y eut, bien sûr, aussi des comportements résistants dans l'administration. Tal Bruttmann, tout en expliquant pourquoi ils ne sont pas aisés à repérer et à authentifier, en donne quelques exemples. Un beau travail qui ouvre de prometteuses perspectives. »

 

 

 

LE MONDE

 


« Au cœur de cet ouvrage fort instructif, une question : comment l'administration de l'État républicain est passé en quelques semaines du service de la République à celui de l'État français ? [...] Tal Bruttmann scrute l'administration face au statut des juifs, après avoir précisé les étapes de la politique antisémite de Vichy, qui informe dès la mi-juillet 1940 les représentants du Reich de sa volonté de régler la question juive [...]. L'auteur montre que le statut des juifs est bien œuvre gouvernementale globale, à preuve le contre-seing de tous les ministres [...]. »

 

 

 

L'HUMANITÉ



« Les historiens se sont penchés sur la législation antisémite de l'Etat français, mais son application, au niveau le plus humble, restait encore ignorée. En se fondant sur les archives de l'Isère, Tal Bruttmann comble cette lacune.»

 

 

LIBÉRATION



« En évitant tout anachronisme, le lecteur peut parfois trouver des analogies avec les phénomènes contemporains.



CLIONAUTES

« Le livre de Tal Bruttmann apporte un éclairage nouveau et tout à fait bienvenu sur l'un des aspects de la persécution des juifs de France qui a été sous-estimé. Il s'agit de l'application par les administrations françaises du statut des juifs et des autres instructions émanant du gouvernement de Vichy concernant le traitement des nouveaux parias. L'originalité du livre est bien d'être uniquement de l'histoire administrative, dans la foulée des travaux de Marc Olivier Baruch, auxquels d'ailleurs l'auteur se réfère souvent. [...] Il faut souhaiter que ce livre suscite de nouvelles recherches dans la même direction. »

 

 

VINGTIÈME SIÈCLE

 


« Cette étude dispense un éclairage net sur la politique antisémite dans un département particulier. Mais si ce résultat a été obtenu, c'est que son auteur s'est livré à une analyse très fine de la structure des documents administratifs et du fonctionnement des différents services préfectoraux. [...] Cette connaissance approfondie des réalités locales évite des extrapolations abusives comme l'auteur en a relevé dans le rapport Rémond sur Le Fichier juif publié en 1966. Au bureau des affaires juives vaut sans doute par les lumières qu'il apporte sur l'antisémitisme français et sur Vichy. Il démontre aussi de façon éclatante la validité d'une démarche micro-historique qui reste encore peu développée. »

 


BULLETIN CRITIQUE DU LIVRE EN FRANÇAIS

 

Commenter cet article