Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Daniel Rouxel, né en 1943 de l'union d'une Française et d'un soldat allemand, est le premier «enfant de la guerre» à se voir accorder la double nationalité par Berlin.

«Ce que je ressens est inexplicable.» Daniel Rouxel, 66 ans, peine à exprimer l'émotion éprouvée lorsqu'il a obtenu la nationalité allemande, la semaine dernière, au consulat d'Allemagne à Paris. Après quinze ans d'efforts auprès des deux gouvernements, la décision de Berlin d'accorder la double nationalité à ceux que l'on a longtemps appelés «enfants de boches» lui a permis d'obtenir gain de cause. Né en 1943 de l'idylle «rendue impossible par la guerre» d'un lieutenant en poste au camp militaire allemand de Pleurtuit (Ille-et-Vilaine) et d'une Française qui y travaillait comme cantinière, il dit accéder en devenant allemand à «la deuxième moitié de [son] identité» qui lui a tant manqué.



L'historien Fabrice Virgili estime à 200 000 le nombre de ces enfants nés entre 1940 et 1944 ou dans l'immédiat après-guerre. Fils et filles de soldats allemands, appelés de la Wehrmacht ou prisonniers de guerre à la Libération, ces «enfants maudits» sont élevés dans la honte de la «faute» maternelle. Pour ces «bâtards de boches», qui subissent brimades et insultes à l'école, leurs origines s'apparentent à une tare. Grands oubliés de la réconciliation franco-allemande, ils sont les victimes d'un conflit qu'ils n'ont pas connu.


Procédure allégée

Il a fallu du temps aux «enfants de la guerre», aujourd'hui âgés de 64 à 69 ans, pour sortir du silence. En 2004, le journaliste Jean-Paul Picaper, ancien correspondant du Figaro en Allemagne, leur consacre un livre (Enfants maudits, aux éditions des Syrtes). Plusieurs centaines d'entre eux, découvrant qu'ils ne sont pas seuls, se fédèrent au sein de l'Amicale nationale des enfants de la guerre (Aneg) ou de l'association Cœurs sans frontières. S'adressant aux services d'information des Archives de la Wehrmacht à Berlin, 139 des 253 membres de l'Aneg ont retrouvé leur famille allemande, selon sa présidente Jeanine Nivoix-Sevestre.



Ce sont ces «enfants»-là qui, d'après l'ambassade d'Allemagne à Paris dont le service consulaire traite une vingtaine de demandes, sont concernés par la décision du gouvernement fédéral. Celui-ci a annoncé le 19 février qu'il examinerait «avec bienveillance» les demandes de double nationalité des «enfants de la guerre». Cet accord fait suite à l'appel du ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, qui avait affirmé en 2008 la nécessité pour les «enfants de boches» de pouvoir «faire de leur identité franco-allemande une réalité positive».



Ceux-ci bénéficient, selon l'ambassade, d'une procédure allégée, sans frais de dossier et examinée de façon «prioritaire» par Berlin. Au-delà de l'aspect administratif, c'est surtout la reconnaissance symbolique de leur situation difficile qui réjouit les «enfants de la guerre». Même si beaucoup d'entre eux préfèrent toujours garder le silence, comme cet ami de M. Rouxel dont ni la femme ni les enfants ne connaissent les origines allemandes. Mme Nivoix-Sevestre se réjouit quant à elle de la levée du silence mais elle appelle de ses vœux la même reconnaissance pour les enfants nés en Allemagne de Français prisonniers de guerre ou soldats de la zone française d'occupation.


 

Un «fils de boche» obtient la nationalité allemande

Marie Colinet

10/08/2009 - Le FIGARO


 

Crédit photographique : Daniel Rouxel brandissant son certificat de nationalité au consulat d'Allemagne à Paris, mercredi. Crédits photo : AFP

 

"Enfants de boches"

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-29042194.html

 

La terrible humiliation des femmes tondues-TARN : Après la Libération d'Albi, le 26 août 1944

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-28852607.html

Les « tondues » de la France machiste

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-27758389.html

La répression des femmes coupables d'avoir collaboré pendant l'Occupation 

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-27861392.html

 

Les « tondues » à la Libération : le corps des femmes, enjeu d'une réaproppriation

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-28627726.html

 

Après 60 ans dans l'ombre, l'Allemagne reconnaît les "enfants de la guerre"

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-29106777.html

 

Fille de rien

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-30925037.html

 

Les femmes tondues en Dordogne

http://www.coeurssansfrontieres.com/index.php?option=com_content&task=view&id=45&Itemid=49

 

Les tondues de la Libération en Périgord

http://storage.canalblog.com/18/67/534743/32449603.pdf

 

Les femmes tondues de Nîmes exposées à la populace.

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-30168520.html

 

Tondues en 1944, un documentaire de Jean-Pierre Carlon

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-31015223.html

Commenter cet article