Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Entretien avec Marie Monique Robin, auteure d'un livre et d'un film documentaire intitulés « Escadrons de la mort, l'école française ». fruit d'une enquête de deux ans, menée en amérique latine et en Europe, son travail révèle les dessous des guerres d'algérie et d'indochine et l'exportation des méthodes des militaires dans les dictatures d'amérique latine jusqu'en afrique.

 

Le titre de votre ouvrage, dont vous avez également tiré un film, éclaire peu le sujet que vous traitez. Les militaires français, avec l'accord du gouvernement, ont développé, d'abord en Indochine, des techniques de guerres « antisubversives », techniques qu'ils ont ensuite exportées en Amérique latine, et même en Amérique du Nord. Vous avez raison, le terme fait plutôt penser à l'Amérique latine, mais ce qu'on ne sait pas, c'est que le modèle des escadrons de la mort vient de l'expérience des français en Indochine, et surtout, en Algérie.

 

Aujourd'hui, un certain nombre de travaux intéressants sur l'histoire coloniale de la France sont publiés. Cependant, vous reliez différents contextes, relativement éloignés, tels que l'Algérie, l'Amérique latine, l'Amérique du Nord. 

 

Comment avez-vous commencé votre enquête ? Comment avez-vous tiré le fil ?

 

Au début, je travaillais sur l'opération Condor (voir article page 29). Quand j'ai commencé à me documenter, à prendre des contacts avec les chercheurs qui travaillaient sur le même sujet, on m'a dit tout de suite : « Oui, c'est très bien, mais savez-vous que la genèse de l'opération Condor [voir article page 29] vient de France ». J'ai donc commencé à essayer de comprendre pourquoi et j'ai complètement changé de sujet en remontant jusqu'à l'histoire des guerres coloniales de la France, jusqu'à la guerre d'Indochine, parce que c'est là que tout a commencé.

 

Votre livre est composé de deux grandes parties. Une partie sur les guerres coloniales et une autre sur l'Amérique latine. Qu'est-ce qui se joue pour la France dans cette guerre d'Indochine à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, avec tout le mythe de la France résistante… ?


Justement, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la France vote la création des Nations unies, elle reconnaît le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes… mais quand la guerre d'Indochine s commence, elle refuse de trouver une solution politique pour résoudre ce conflit. Par contre, elle envoie un corps expéditionnaire, des militaires professionnels. Là, ils se rendent vite compte qu'ils sont plus nombreux que le Vietminh, qu'ils sont mieux équipés, mais qu'ils n'arriveront pas à bout de cette guérilla. Ils s'interrogent donc, et vont élaborer le concept de « guerre moderne », qu'ils appelleront aussi « guerre révolutionnaire » ou « guerre antisubversive ». Celui-ci est théorisé par le colonel Lacheroy qui deviendra, par la suite, chef de l'OAS et putschiste à Alger.


Pourquoi cette guerre est-elle moderne, selon eux ?

 

Avant, il y avait un front, il fallait soit avancer, soit repousser le front. Il y avait un ennemi en uniforme facile à identifier. Là, il n'y a rien de tout cela. L'ennemi est disséminé sur tout le territoire et il n'y a pas de front. Ils utilisent le terme de « guerre de surface ». Ils ajoutent à leurs observations une réflexion politique dans ce contexte de début de « guerre froide ». L'ennemi, le Vietminh, lui, s'appuie sur un appareil idéologique de contrôle des populations. C'est ainsi que naît le concept de « guerre révolutionnaire ». Les militaires français vont par la suite dire à leur état-major que ce n'est pas la peine d'envoyer des chars, des avions, etc., qu'il faut quadriller le territoire contre ce nouvel ennemi au cœur de la population : l'ennemi interne. Ce peut être un paysan qui va couper les poteaux électriques la nuit ou une femme qui va transmettre un message… Ils essayent de convaincre leurs supérieurs. Le colonel Lacheroy demande à être renvoyé sur Paris pour signifier l'erreur. Et ces militaires, « humiliés », selon eux, en Indochine, qui passent par la défaite de Dien Bien Phu, par les camps de rééducation pour certains d'entre eux, se retrouvent tous en Algérie dès septembre 1954.

 

Pendant cette période, dans ce contexte de « guerre froide », le PCF possède une forte influence, au sortir de la guerre 39-45, ce qui va exacerber une paranoïa inhérente aux militaires. Quand on étudie les archives militaires de l'École de guerre de Paris ou les revues et documents disponibles au service historique de l'armée de terre, la paranoïa est très apparente. Il faut considérer que, dans un premier temps, les maquisards communistes ont été intégrés dans l'armée par de Gaulle. Mais, petit à petit, les militaires se persuadent que le PCF, ce qu'ils appellent « la cinquième colonne », préparent un coup d'État. Plus encore, tout ce qui se passe dans le monde est un travail construit et cohérent pour imposer une hégémonie communiste. Cela joue beaucoup.

 

On voit donc des militaires français tels que Lacheroy et Trinquier qui élaborent une doctrine, qui écrivent des livres. Lacheroy écrit beaucoup d'articles. Il théorise sur la guerre révolutionnaire et son antidote, la guerre contre-révolutionnaire. Trinquier, lui, écrira plus tard. Mais ce n'est qu'en Algérie que l'on va trouver des textes sur les techniques militaires d'élimination du terrorisme ou de la subversion. Le rôle des militaires est d'arriver à démanteler un réseau terroriste. C'est, en fait, la mise à jour d'une véritable matrice d'un pouvoir dictatorial dont l'une des tentatives est le putsch d'Alger, qui sera par la suite exporté en Argentine.

 

Quel est l'état d'esprit de ces militaires qui arrivent en Algérie ?

 

C'est un département français, et il n'est pas question de se faire avoir comme en Indochine. Ils arrivent avec la rage et appliquent tout de suite la grille de lecture de l'Indochine. Il s'agit, selon eux, d'un avatar de la guerre froide : le FLN travaillerait pour Moscou (ce qui est, historiquement, complètement à côté de la plaque). C'est une guerre révolutionnaire et il faut développer de nouvelles techniques.


Est-ce le moment où apparaît la notion d'action psychologique ?

 

Non, elle est apparue en Indochine. Les militaires se sont aperçus que le Vietminh devait son pouvoir au contrôle et aux manipulations qu'il exerçait sur les populations. Ils ont vite compris l'enjeu de cette nouvelle forme de guerre. Ils ont développé des campagnes d'action psychologique, avec des tracts, mais surtout des services de santé, d'alphabétisation. L'idée était de conquérir l'âme des populations. Mais il est vrai qu'en Algérie, le service d'action psychologique aux mains de Lacheroy, nommé par le ministre des Armées, prendra d'emblée une ampleur considérable. Ils continuent, au début de cette guerre, à dire que les méthodes ne sont plus adaptées... Et ils obtiennent gain de cause. Le 7 janvier 1957, le gouvernement, qui a déjà voté les pouvoirs spéciaux, les confie aux militaires, notamment à Massu, chef des parachutistes. C'est important, car cela permet aux militaires d'être investis de tous les pouvoirs, y compris des pouvoirs de police. Ils ont carte blanche. C'est donc cette bataille d'Alger, de janvier 1957 à septembre 1957, qui va constituer le modèle de la guerre antisubversive.

 

Lors de la bataille d'Alger, Les militaires vont pouvoir appliquer les mains libres ce qu'ils avaient auparavant théorisé.Oui, ils n'ont plus d'entraves. Bigeard dira : « Le FLN posait des bombes, on ne pouvait pas entrer dans la casbah la nuit parce qu'il nous fallait un mandat du juge, comment voulez-vous qu'on travaille dans ces conditions ? ». Avec les pouvoirs spéciaux qu'ils obtiennent, ils n'ont absolument plus besoin de passer par la justice. Ils sont seuls maîtres à bord. Rappelons que la population est suspecte et que l'ennemi est interne. Tout le monde est suspect, donc le renseignement devient l'arme fondamentale de cette guerre.Qui dit renseignement dit torture et, quand les torturés sont morts ou agonisants, il faut les faire disparaître. C'est le rôle d'Aussaresses qui dit : « J'ai créé les premiers escadrons de la mort ». C'est la première fois, dans cette bataille d'Alger, qu'une armée va développer un modèle de répression urbaine… en sept mois. Pour en revenir aux méthodes, il y a le renseignement, la torture, mais il y en a d'autres, le quadrillage des quartiers, de chaque maison, le contrôle de la population, etc.Si la population est suspecte, il faut la contrôler. C'est le colonel Trinquier qui s'en occupe. Il va devenir le grand théoricien, en écrivant La Guerre moderne, qui va être traduit dans toutes les langues et, en quelques sortes, devenir la bible, le manuel de la guerre antisubversive. Trinquier, lui, a une idée : il quadrille l'ensemble du territoire avec des unités qui agissent partout, sur plan. D'ailleurs, l'historien Pierre Vidal-Naquet dira que c'est « une guerre des capitaines ». Effectivement, ils commencent tous à « interroger », à faire disparaître des gens, à abattre les prétendus fuyards, etc. Dès le début, se met en place toute une série de pratiques totalement contraires aux lois de la guerre. Ajoutons qu'ils abattent les prisonniers, qu'ils déplacent les populations. À Alger, ils vont quadriller la casbah tout entière, cela représente plus de 80 000 personnes. Chaque maison est numérotée ; à l'intérieur de chacune, la population est recensée avec des fiches qui seront distribuées dans les différentes unités de contrôle des quartiers. Tout cela se passe la nuit car alors les gens sont censés être chez eux.

 

C'est en fait toute une réflexion depuis « l'Indochine » qui prétend que ce type de guerre se passe la nuit.Tout à fait, en Indochine, Lacheroy, n'a cessé de dire que les militaires ne sont pas des fonctionnaires de l'armée qui se couche à dix-neuf heures, mais qu'ils devraient commencer à travailler à cette heure-là. En Algérie, ils ont compris. Bigeard, Aussaresses, etc., disent tous qu'ils travaillaient la nuit. Ils faisaient des rafles et la gégène fonctionnait à plein la nuit. Mais, pour en revenir au quadrillage, ils débarquent la nuit, ils regardent la fiche. Ils vérifient que les personnes présentes sont bien recensées. Toute personne qui n'est pas de la maison est embarquée. Quand une personne manque, toute la maisonnée est embarquée, torturée, pour savoir où elle se trouve. Tout cela va être exporté par la suite, en Irlande, par exemple. C'est d'ailleurs Trinquier qui sert de référence dans toute la guerre qui va être menée contre l'IRA. Cela sera également exporté en Argentine, à Buenos Aires.

 

Il y avait également la pratique du retournement de prisonnier…

 

Oui, des militaires comme le capitaine Léger faisait la tournée des centres de torture en essayant de récupérer ceux qu'il pensait pouvoir retourner. Il devait par la suite diffuser de fausses informations, faire savoir qu'ils avaient changé de camp et, finalement, faire en sorte que les Algériens se massacrent entre eux. Léger dira dans un des ses livres que « ce n'est certes pas très moral, mais [que] si l'ennemi a cette capacité de s'automassacrer, pourquoi s'en priver ». Cette technique du retournement de prisonnier sera exportée en Argentine et au Chili. On me dit souvent : « Il ne faut pas exagérer, ce ne sont pas les français qui ont inventé la torture ». Certes… La grande différence, c'est que la torture, l'interrogatoire, dans les documents officiels, sont érigés comme une arme principale et systématique. Trinquier est le seul à avoir théorisé cela, à tel point qu'aujourd'hui encore, pour la guerre en Irak, ils ont ressorti Trinquier. Que dit-il ? C'est très simple… « Le terroriste dans la guerre moderne, par son mode opératoire, parce qu'il ne porte pas d'uniforme, parce qu'il pose des bombes dans les lieux publics, ne respecte pas les lois de la guerre. Il n'y a donc aucune raison de les appliquer. De plus, si j'ai entre les mains une personne qui peut avoir une information sur un attentat qui va avoir lieu, j'ai le droit de le torturer et d'éviter ainsi la mort d'innocents. » Voilà. C'est encore une bible pour les militaires en Irak, à Guantanamo…


Une autre dimension du conflit est aussi dans la politisation, et l'idéologisation. Des militaires français vont se rapprocher du lobby national catholique.

 

Oui, tous ces arguments techniques s'accompagnent d'un retour aux sources de la civilisation chrétienne. J'ai en effet découvert le rôle très important que va jouer le lobby national catholique auprès de l'armée, notamment un organisme qui s'appelle la Cité catholique, créé par un certain Jean Ousset, secrétaire éphémère de Charles Maurras. La Cité catholique repose sur des cellules censées occuper l'ensemble du terrain social à partir de grands groupes professionnels : enseignants, agriculteurs, militaires, etc., à la Mussolini. Ils se réunissent secrètement et travaillent à la revue Verbe, dans le but de préparer des arguments, pour convaincre. Dans l'armée, il y aura à un moment plus de deux cents cellules. C'est l'endroit où il y en aura le plus, notamment en Algérie. Il est intéressant de noter que tout ceux qui font circuler la revue sont aussi ceux qui sont proches de l'« action psychologique » et de cette réflexion sur la « guerre contre-révolutionnaire ». On retrouvera encore les mêmes au moment du putsch et dans l'Organisation armée secrète (OAS). Au moment où Témoignage chrétien, France observateur et L'express commencent, en France, à dénoncer la torture en temps réel, Verbe fait une campagne de justification théologique de l'utilisation de la torture. Quand vous la lisez, vous avez l'impression d'avoir à faire à un argumentaire de l'Inquisition. La Cité catholique sera dénoncée, cela fera scandale, ce qui n'empêchera pas Jean Ousset de créer une filiale en Argentine, la Ciudad Católica, et une revue, El Verbo, autrement dit, exactement la même chose. Il y envoie pour ce faire un curé nommé Georges Grasset, un des chefs spirituels de l'OAS, un de ceux qui vont organiser la fuite des gens de l'OAS en Argentine.

 

Après le putsch et la création de l'OAS, beaucoup de militaires vont être condamnés à mort…Il y aura à peu près quatre cents militaires destitués de l'armée, ce qui est minime par rapport à tous ceux qui ont participé au putsch. Quant aux condamnés, très peu seront exécutés.


Où vont passer tous ces gens ?


Lacheroy, par exemple, raconte comment il passe en Espagne franquiste. Il est d'abord aidé par la police et des marins pour passer dans le Sud de la France. Puis c'est une femme des services secrets français, le Sdece, qui va lui faire passer la frontière espagnole en voiture. Prenons un autre condamné à mort nommé Gardes, il prend un voilier et gagne l'Argentine. Ils sont bien condamnés à mort, mais personne ne leur court après.Les chefs de l'OAS vont donc jouer un rôle de conseillers auprès de la dictature argentine, mais il y aura aussi des assesseurs militaires français…Pour bien comprendre, disons que l'École française en Amérique du Sud commence à l'École de guerre de paris. C'est entre 1954 et 1962, quand la théorie de la guerre antisubversive est à son apogée, que le nombre d'officiers étrangers est le plus important. C'est ainsi que le général Rosas, un Argentin, va y passer deux ans, à partir de 1955, et convaincre l'école de prendre davantage d'Argentins en formation, et même de créer une mission militaire française permanente en Argentine. Son unique but sera d'enseigner les techniques de la guerre antisubversive. Cette mission s'installe en 1959 à Buenos Aires, au siège de l'état-major. Elle y restera jusqu'en 1981. Voilà donc le premier pays où la France va exporter ses nouvelles techniques. Au même moment, Kennedy, avant d'être élu, fait un voyage d'étude en Algérie, en pleine guerre. Il a entendu parler de la théorie et, obsédé par le communisme, s'y intéresse. Après son élection, il demande à son secrétaire d'État, McNamara, de contacter Pierre Messmer, ministre des Armées, pour accueillir aux États-Unis des experts de la guerre antisubversive. C'est ainsi que le général Aussaresses part à Fort Bragg, le siège des forces spéciales américaines. À l'époque, les Américains étaient dans une conception classique de la guerre, ils se préparaient à un affrontement avec les Soviétiques. Ce sont les Français qui introduisent ces nouvelles manières.

 

On parle de l'Argentine, mais d'autres pays ont-ils été formés à l'École française dans les années soixante ?

 

Oui, Aussaresses, après son passage aux États-Unis et à l'Otan, est envoyé comme attaché militaire au Brésil de 1973 à 1975, pays qui est, depuis 1964, une dictature militaire. Et il forme à plein temps des militaires chiliens qui viennent au Brésil. Depuis l'Argentine également, l'École française « rayonne ». Elle va former des Uruguayens à Montevideo, des Péruviens chez eux. Les Français étaient installés à Buenos Aires et allaient où on les appelait pour distribuer la « bonne parole » antisubversive sur tout le continent.


Est-ce que l'École française est influente au Chili, pendant la dictature de Pinochet ? On pense plutôt aux États-Unis, à la CIA qui joue un grand rôle.

 

En ce qui concerne le général Contreras, chef de la Dina, la police politique de Pinochet, une chose m'a frappée : son admiration pour l'OAS. Revenons quelques instants sur l'OAS... Un certain nombre de chefs s'installent à Lisbonne, au Portugal, à l'époque de la dictature de Salazar, et créent une espèce d'agence de presse bidon qui sert de couverture. Cette agence loue ses services, envoie des mercenaires, etc. Au Chili, par exemple, ils encadrent la création d'un groupe fasciste appelé Patria y Libertad qui va participer à l'assassinat du général, loyaliste et démocrate, juste avant le coup d'État de Pinochet. Ils vont aussi en Argentine, au Nicaragua, au Salvador.

 

Pouvez-vous préciser implications de l'influence française en Argentine ?

 

Les Français sont en Argentine en 1957, alors qu'il n'y a aucune guérilla, ni parti communiste. Quand la dictature s'installe, en 1976, tout est en place depuis longtemps. Le quadrillage du territoire a été fait dès la fin des années cinquante. Les militaires vont se comporter comme une armée d'occupation dans leur propre pays. Ils vont tout appliquer au pied de la lettre. Y compris la méthode des « crevettes Bigeard », qui consistent à se débarrasser des prisonniers en les jetant d'un hélicoptère. Tout est repris, mais de manière industrielle. « Les vols de la mort » auront lieu en Argentine tous les mercredis avec vingt, vingt-cinq bonshommes jetés à la mer. Il faut rappeler l'influence de l'École française dans d'autres pays comme l'Irlande, le Rwanda, la Tchétchénie et l'Irak.

 

http://offensive.samizdat.net/

Escadrons de la mort, l'école française

(Extrait de Offensive n°7 Parution: 2005-10-01)

 

Crédit photographique – colonel Roger Trinquier

http://accel7.mettre-put-idata.over-blog.com/1/82/45/98//Colonel-Roger-Trinquier.jpg

 

Commenter cet article