Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le vendredi 25 août 1944, à 15h 30, le général Philippe Leclerc de Hauteclocque (43 ans) reçoit à Paris, devant la gare Montparnasse, la capitulation des troupes d'occupation de la capitale.

 

Le document est signé par le général Dietrich von Choltitz, commandant du 84e corps d'armée. Il est aussi contresigné par le colonel Henri Rol-Tanguy, chef régional des FTP-FFI (Francs-tireurs et partisans des Forces Françaises de l'Intérieur).

 

Une heure plus tard, le général Charles de Gaulle lui-même arrive à la gare et se voit remettre par Leclerc l'acte de capitulation.

 

Il se rend ensuite à l'Hôtel de Ville où il est reçu par Georges Bidault, président du Conseil national de la Résistance. Comme celui-ci lui demande de proclamer le rétablissement de la République, de Gaulle rétorque qu'elle n'a jamais cessé d'exister.

 

Sur le perron, devant une foule enthousiaste et joyeuse, sous un beau soleil estival, il célèbre en des termes flamboyants la Libération de Paris : «Paris martyrisé ! mais Paris libéré !...». Son discours improvisé est aussitôt retransmis à la radio.

 

Le soir, de Gaulle s'installe au ministère de la Guerre en qualité de chef du gouvernement provisoire de la République française et le lendemain, le chef de la France libre descend en triomphe les Champs-Élysées, suivi de Leclerc et de ses fidèles de la première heure auxquels il a recommandé de se tenir derrière lui.

 

Dans une joyeuse pagaille, acclamé par deux millions de Parisiens, il arrive à la Concorde. Là éclatent des coups de feu sporadiques. Puis le général gagne Notre-Dame pour un Te Deum passionné.

 

 

Lourd bilan



La Libération de Paris a débuté le 10 août 1944 avec la grève des cheminots.

 

Entre cette date et l'entrée des troupes du général Leclerc dans la capitale le 25 août suivant, elle aura causé la mort de 76 soldats de la 2e division blindée ainsi que de 901 résistants des FFI et de 3.200 Allemands (12.800 soldats allemands sont aussi faits prisonniers).

 

Parmi les drames les plus désolants, gardons en mémoire le souvenir de 35 garçons et filles qui avaient maladroitement confié à un agent double leur désir de combattre. Dans la nuit du 16 au 17 août, ils sont livrés par celui-ci à la Gestapo (police allemande) qui les fusille sans délai près de la cascade du bois de Boulogne.

 

25 août 1944 : La Libération de Paris

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19440825

 

Le général Leclerc et la 2ème D.B.

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35129806.html

 

Madeleine Riffaud, lieutenant FTP

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35111995.html

 

L'acteur français Jean Marais dans la 2e D.B.

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35045611.html

 

Jean Gabin, un p'tit gars de la 2e DB

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35008763.html

 

Ces Espagnols qui ont libéré Paris : Histoire d’un oubli

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35077063.html

 

Cécile Rol-Tanguy, une combattante de la liberté

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-32525140.html

 

Le colonel Rol-Tanguy, une vocation militaire

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-30001828.html

 

Chaban-Delmas. L'autre général du gaullisme.

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35150216.html

 

L'attaque de la prison et la libération de Fresnes

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35162744.html

 

Jacques Massu : sept ans avec Leclerc ...

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35179476.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article