Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Tragique mésaventure que celle subie par l'abbé Paul d'Astros, brillant ecclésiastique aixois, neveu du ministre des Cultes Portalis. En 1800, il vit à Paris chez son oncle et lui sert de chef de cabinet. Portalis le charge de préparer la liste des nouveaux évêques que Napoléon doit nommer dans le cadre du Concordat. Il le fait tout en consultant secrètement l'abbé Emery et des ecclésiastiques acquis à la cause du pape. En 1806, il reçoit la mission de rédiger le catéchisme impérial pour enseigner les mystères de la foi et les mérites de Napoléon qui, nouveau Constantin, a rétabli la religion en France. Les paragraphes sur les devoirs des Français envers l'Empereur frisent l'idolâtrie :


« Question : Quels sont les devoirs des chrétiens à l'égard des princes qui les gouvernent et quels sont en particulier nos devoirs envers Napoléon premier, notre Empereur ?

 

Réponse : Les chrétiens doivent aux princes qui les gouvernent et nous devons en particulier à Napoléon premier, notre Empereur, l'amour, le respect, l'obéissance, la fidélité, le service militaire, les tributs ordonnés pour la conservation et la défense de l'Empire et de son trône ; nous lui devons encore des prières ferventes pour son salut et pour la prospérité spirituelle et temporelle de l'Etat.

 

Question : Que doit-on penser de ceux qui manqueraient à leurs devoirs envers notre Empereur ?

 

Réponse : Selon l'apôtre saint Paul, ils résisteraient à l'ordre établi par Dieu même et se rendraient dignes de la damnation éternelle. »

 

Une autre question précise que Dieu donne les empires « non seulement à une personne en particulier mais à sa famille » ! La Saint-Napoléon est fixée au 15 août. On fête ensemble la Vierge et l'anniversaire de l'Empereur !

 

Napoléon doit être satisfait de la docilité de l'abbé d'Astros. Mais l'un et l'autre ne vont pas tarder à déchanter. Même thuriféraire, l'abbé demeure fidèle au pape. A la mort de l'archevêque de Paris, le quasi-centenaire Mgr de Belloy, Paul d'Astros est choisi comme vicaire capitulaire pour gérer la vacance. Napoléon, en conflit avec le pape, nomme sans son accord le cardinal Maury archevêque de Paris. Astros, secrètement averti par le pape, refuse d'« installer l'intrus » ! Le pape est prisonnier à Fontainebleau et les cardinaux qui ont refusé d'assister au remariage de Napoléon avec Marie-Louise sont dégradés, privés de la pourpre et deviennent « cardinaux noirs » exilés en province. Dans ce climat tendu, le 1er janvier 1811, l'abbé d'Astros venu présenter ses voeux à l'Empereur, à la tête du chapitre de Notre-Dame, est arrêté sur-le-champ et enfermé à Vincennes. Il restera en prison jusqu'en avril 1814 et devra s'enfuir à Londres pendant les Cent-Jours pour éviter de nouvelles poursuites. Sous la Restauration, puis sous la monarchie de Juillet, sa carrière reprendra un cours moins orageux, malgré ses démêlés avec Lamennais, ses combats contre l'Université pour la liberté de l'enseignement. Devenu archevêque de Toulouse, promu cardinal, il meurt le 29 septembre 1851, auréolé d'une réputation de sainteté personnelle.

 

Jean Chélini


L'auteur du catéchisme impérial jeté en prison !

http://www.historia.fr/content/recherche/article?id=15697

01/11/2004 - Historia

Commenter cet article