Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Naples est à la fin du Moyen Âge la capitale d'un prospère royaume, objet de toutes les convoitises. Une dynastie issue de Charles d'Anjou, frère de Saint Louis, s'y maintient tant bien que mal depuis la fin du XIIIe siècle.


André de Hongrie, époux de la reine Jeanne 1ère de Naples, est assassiné dans la nuit du 18 au 19 septembre 1345, deux jours avant son couronnement. Il est retrouvé étranglé près de la chambre de la reine...

 

André Larané

 

Les deux Jeanne


Née à Naples en 1326, Jeanne d'Anjou et de Sicile succède à 17 ans à son grand-père Robert le Sage sur le trône de Naples. Elle recueille par la même occasion les comtés de Provence et de Forcalquier (au nord de la Provence). Belle et intelligente, mais de mœurs légères, elle épouse peu après son cousin André de Hongrie. L'assassinat de ce dernier marque le début d'une incroyable tragédie à rebondissements.


Narguant la rumeur, Jeanne 1ère se remarie peu après avec un autre cousin, Louis de Tarente, sans doute impliqué dans le meurtre. Le roi Louis de Hongrie, désireux de venger la mort de son frère, marche sur Naples avec son armée. Il a peint sur son étendard l'image de son frère tombant sous les coups des assassins !


Les Hongrois s'emparent de Naples et Jeanne ne peut rien faire d'autre que se réfugier auprès de ses sujets provençaux. Elle en profite pour se rendre à Avignon, auprès du pape Clément VI et obtient d'être disculpée du meurtre de son premier mari.


En contrepartie, car on n'a rien sans rien, Jeanne cède Avignon au pape à titre définitif pour la somme de 80.000 florins. Nous sommes dans la première phase de la guerre de Cent Ans mais tandis que la France du nord renoue avec les horreurs de la guerre, l'Italie découvre la Renaissance. Jeanne peut rentrer dans son beau royaume de Naples, dont la prospérité ne le cède en rien aux autres États de la péninsule italienne.


À nouveau veuve, la reine se remarie avec le roi de Majorque Jacques III en 1363. Comme elle a déjà 36 ans et aucun enfant, elle désigne son cousin Charles de Duras comme héritier. Et la voilà veuve une troisième fois ! Un condottiere, Othon de Brunswick, ose l'épouser malgré le sort qui s'acharne sur ses maris. Il est vrai que la couronne de Naples mérite que l'on prenne des risques. C'est aussi ce que pense Charles de Duras. Craignant que son héritage ne lui échappe, il s'allie avec le roi Louis 1er de Hongrie.


Comme la papauté se divise par le Grand Schisme, Charles de Duras gagne le soutien du pape de Rome Urbain VI, lequel déclare la reine Jeanne hérétique et schismatique. Rien que ça ! Le souverain pontife délie ses sujets de leur serment de fidélité et, le 1er juin 1381, donne le royaume à Charles de Duras. Celui-ci s'en empare avec une armée hongroise et, pour couronner son triomphe, fait étrangler la reine le 22 mai 1382.


Le nouveau roi n'est pas au bout de ses peines. Avant de mourir, Jeanne 1ère a cédé ses droits à Louis 1er d'Anjou. Celui-ci se dresse contre le nouveau roi mais il est battu. Il croit alors s'en tirer en se faisant élire sur le trône de Hongrie, affaibli par la mort de Louis 1er le Grand (11 septembre 1382). Mais il est assassiné sur ordre de la veuve de ce dernier le 27 février 1386.


Charles IV de Duras lègue le royaume de Naples à son fils Ladislas (ou Lancelot) de Duras. Celui-ci doit à son tour combattre l'autre prétendant à la couronne, Louis II d'Anjou, fils du précédent !


Enfin maître du royaume, Ladislas pousse l'audace jusqu'à entrer dans Rome et songe à se faire couronner empereur du Saint Empire romain. Il est finalement vaincu par la mort le 6 août 414. Sa sœur Jeanne lui succède sur le trône. Cette deuxième Jeanne a un destin aussi étourdissante que la première...


L'Aragon ramasse la mise


Âgée de 33 ans à son avènement, elle traîne une réputation sulfureuse. Après la mort de son premier mari Guillaume de Habsbourg, duc d'Autriche, elle s'acoquine avec différents amants dont un certain Pandolfo Alopo. Sa couronne fait d'elle, malgré cela, un parti convoité. Jacques II de Bourbon l'épouse mais fait aussitôt après décapiter ledit Alopo et emprisonner la reine elle-même ! Jeanne II ne se tient pas pour battue.


De sa prison, elle multiplie les contacts et cherche des soutiens extérieurs en reconnaissant successivement pour héritier Alphonse V d'Aragon puis Louis III d'Anjou, enfin le jeune frère de celui-ci, René 1er d'Anjou, qui conservera de son aventure napolitaine le surnom définitif de «bon roi René» !


Après la mort de la reine, le 2 février 1435, Aragonais et Angevins vont se disputer la couronne napolitaine. Alphonse V l'emporte en 1442 et réunit dès lors ses royaumes de Naples et de Sicile sous le nom de royaume des Deux-Siciles. Ce nom quelque peu bizarre perdurera jusqu'au XIXe siècle.


19 septembre 1345

Jeanne de Naples soupçonnée du meurtre de son mari

http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=13450919

Commenter cet article