Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Portrait de femme - Restée célèbre sous son nom de code, « La Chatte », cette femme, agent secret pendant la seconde guerre mondiale, se nommait en réalité Mathilde Carré. Dotée d’un fort tempérament, d’un culot à toute épreuve et de nerfs d’acier, elle fut formée à Londres mais, en 1941, lors d’une mission en France, elle fut arrêtée par les Allemands et devint la maîtresse du sergent de l’Abwehr chargé de l’interroger. Connue des services alliés comme agent double, elle fut néanmoins contactée par un résistant français qui la « retourna » et en fit un agent triple.

 

C’est à ce moment qu’elle participa à une étrange opération qui se déroula au Moulin de la Rive dans la nuit du 11 au 12 février 1942. Il s’agissait de transférer dans les deux sens des agents alliés dans des conditions tellement rocambolesques que les Allemands en étaient semble-t-il informés. Mais l’affaire tourna au désastre en raison de l’état de la mer et de la fragilité des deux canots chargés de l’accostage qui chavirèrent sous les yeux des Allemands aux aguets sur la falaise. Un officier anglais fut arrêté et La Chatte, furieuse et dégoulinante dans son manteau de fourrure, fut elle-même embarquée par l’occupant.

 

Deux agents anglais parvinrent à s’échapper et allèrent se réfugier près de là dans la ferme de Run Gwenn où demeurait un dénommé André Geffroy connu pour son activisme au sein du mouvement Breiz Atao. Ils furent arrêtés peu après.

 

Bien que s’étant toujours défendu d’avoir livré les deux agents, André Geffroy fut jugé à la Libération et condamné à mort. Il fut gracié un jour de 1954 par le Président Auriol. Ce même jour, une certaine Mathilde Carré bénéficiait elle aussi de la grâce présidentielle et échappait à la peine capitale à laquelle elle avait été condamnée pour ses activités clandestines décidément peu claires. Après la guerre, sa vie aventureuse a servi de sujet à plusieurs romans et films. - http://www.guimaec.com/saviez_aff.php?ID=15


 

 


 

Résumé

 

 Le Paris des années noires. Une patrouille allemande repère un poste émetteur, envahit la maison. Un homme tente de se sauver par la fenêtre, se suspend à une gouttière, lâche prise, tombe et se tue. Il s'appelait Massimier et était le mari de la jeune femme qui parvient à s'enfuir. On retrouve Cora peu après. Résolue à venger son époux, elle entre dans son réseau de Résistance et se fait connaître sous le surnom de la Chatte. Intelligente et audacieuse, elle réussit pour son coup d'essai à s'emparer des plans d'une fusée et rencontre le même soir un soi-disant journaliste suisse Werner, en réalité officier allemand en civil à la recherche d'une aventure galante.

 

 Cet officier va se trouver peu après devant le portrait-robot de celle que les Allemands recherchent. Il ne dissimule pas sa surprise, affirme qu'il connaît cette femme. On le charge de l'arrêter ainsi que tous les membres de son réseau. Mais l'Allemand aime Cora. Il livrera les résistants sous promesse que " la Chatte " aura la vie sauve. On le lui promet. Les résistants sont pris à l'exception du capitaine qui les commande. Persuadé de la trahison de Cora, il l'abat dans la rue tandis que l'officier allemand roule vers le front de l'Est…

 


LA CHATTE (Film)

France

Drame de 1958 -  Sortie le 18 avril 1958

Réalisation de Henri DECOIN

Scénario et dialogues de Jacques REMY

Directeur de la photographie Pierre MONTAZEL

Musique de Joseph KOSMA

 

 

Commenter cet article