Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Document archives du 1er novembre 2006 - L'imperméable qui sied si bien à l'infortuné Humphrey Bogart poireautant sous des trombes d'eau dans "Casablanca" est un modèle d'élégance et de confort. Voici 150 ans, un jeune homme rhumatisant invente un vêtement appelé à briller sous nos cieux humides.

Au coeur de l'été 2004, une dépêche de l'AFP fait sensation dans la rubrique mode des magazines féminins : « Deux pubs de Leicester [au centre de l'Angleterre] ont décidé de refuser l'accès aux clients habillés en Burberry, Henri Lloyd, Stone Island ou Aquascutum, afin d'écarter les potentiels fauteurs de troubles et notamment les hooligans. » L'illustre tartan beige et noir de la marque Burberry - fournisseur attitré de la reine d'Angleterre et du prince de Galles, excusez du peu - devient le symbole de ralliement des gangs des quartiers blancs déshérités et des clubs de hooligans. So Shocking !

Sur la planète textile britannique, la nouvelle fait tache. Même s'il en faudrait bien davantage pour ébranler les fondations de cette institution du prêt-à-porter de luxe, qui souffle cette année ses cent cinquante bougies, avec un bénéfice net de 155 millions d'euros pour le dernier exercice 2005-2006. Mais, avant de parader sur les podiums du monde entier et de briller dans les salons de Buckingam, Burberry a connu l'acte fondateur de son histoire dans un des lieux les plus discrets qui soient : un cabinet médical.

Au cours de l'hiver 1856, Thomas Burberry, un jeune homme de 21 ans originaire de Brockham Green (Surrey), consulte son médecin pour un problème de rhumatismes précoces. Le praticien lui recommande vivement de ne plus porter son imperméable en caoutchouc, lequel protège de la pluie mais ne permet pas d'évacuer la transpiration. Un conseil en forme d'heureux présage.

Apprenti drapier, l'ambitieux Thomas ne tarde pas à s'installer à son compte dans une petite boutique de Basingstoke (Hampshire) et se met en tête de créer une matière imperméable à la pluie mais perméable à l'air. Pas moins de vingt-trois années de recherches avec un ami filateur vont lui être nécessaires pour mettre au point en 1879 un procédé révolutionnaire d'imperméabilisation. L'un de ses secrets résiderait en partie dans le tissage des étoffes : « Il s'agit de faire pénétrer le plus anti-absorbant des produits dans les brins composant le fil, puis dans le fil lui-même et enfin dans l'étoffe une fois tissée, dont chaque atome ainsi traité est imprégné du produit imperméabilisant et forme un centre de résistance contre l'humidité. [...] Des étoffes minces et légères comme l'air, dans lesquelles la chaîne et la trame sont entrelacées [...], laissant libre passage à l'air nécessaire pour assurer une ventilation hygiénique. » Le couturier baptise son invention Gaberdinee, un nom tout droit inspiré des écrits de William Shakespeare : « I hid me under the garbardine for fear of the storm. » (Je me suis caché sous la gabardine parce que j'avais peur de l'orage.)

Amateur de littérature, Thomas Burberry est aussi réputé pour son engagement contre la consommation d'alcool et de tabac en Angleterre. Passionné de sport et de nature, il s'applique à créer des lignes de vêtements pour les amateurs de golf, de ski, de tennis, d'équitation, de tir à l'arc mais aussi de chasse et de pêche. Fonctionnalité, confort et protection caractérisent tous ses modèles destinés à des activités de plein air. Le sportswear connaît sa première heure de gloire. A la ville, les lignes classiques et élégantes des imperméables et manteaux Burberry's - le « s » fait référence à Thomas Newman et Arthur Michael, les deux fils de Thomas qui rejoignent la société à la fin des années 1880, dès lors appelée Thomas Burberry & Sons - séduisent de plus en plus les représentants de la bonne société. Au tournant des années 1890, le G.W.B. et le L.W.B. (Gents-Ladies Walking Burberry) connaissent un énorme succès.

Dans les ateliers, les métiers à tisser ne cessent de tourner, et même sans fil d'or, le précieux métal commence à rentrer dans les caisses. Désormais à la tête d'une entreprise prospère, l'alchimiste du textile ouvre sa première boutique à Londres au 30 Haymarket, l'actuel siège social de la marque, près de Picadilly Circus et de Trafalgar Square. La consécration intervient vers 1900 lorsque le roi Edouard VII fait de Thomas Burberry son habilleur officiel. Dans les corridors du château de Windsor, résonne encore la voix de Son Altesse royale ordonnant à ses domestiques avant chaque escapade « de lui donner son Burberry ».

A une époque où le sponsoring n'existe pas, Burberry's s'érige en partenaire privilégié des grands défis humains et technologiques. Dans les années 1890, les pionniers des vols en ballon emportent dans leur nacelle l'indispensable gabardine ; l'avènement des premières automobiles, ouvertes à tous les vents, attise la demande des fous du volant à la recherche de vestes protectrices ; en 1911, les explorateurs Amundsen et Scott atteignent le Pôle Sud et rendent grâce au tissu Burberry sans lequel ils n'auraient pu se préserver du froid polaire ; hommage tout aussi appuyé des chevaliers de l'aéronautique John Alcock et Arthur Whitten Brown, les premiers pilotes à avoir effectué un vol transatlantique les 14 et 15 juin 1919 revêtus de leur Burberry Air-Warm.

Jouissant d'une immense notoriété dans la société civile, Thomas Burberry gagne des galons honorifiques lorsque le ministère des Armées le sollicite dès 1901 pour dessiner l'uniforme des troupes britanniques, The Slipon, commandées par Kitchener et Baden Powell, lors de la guerre des Boers en Afrique du Sud. Le couturier patriote récidive au cours de la Grande Guerre en adaptant son célèbre imperméable en gabardine aux besoins des combattants. Rebaptisé Trench-Coat (littéralement manteau de tranchée), il se distingue par ses épaulettes et ses pattes de resserrage, ses anneaux (D-rings) à la ceinture pour attacher les grenades sur le devant et un sabre à l'arrière, ses bavolets (rabats flottants) pour cacher la crosse du fusil. Tout au long de ces cinq années de guerre, plus de 500 000 hommes vont endosser cet uniforme.

Au sortir de la guerre, la société Burberry's est bien décidée à voir plus loin, fidèle à la devise de son logo créé en 1904, le chevalier en armure Prorsum, signifiant en latin « je vais de l'avant ». Et c'est en 1924, soit un an avant sa mort à l'âge de 90 ans, que Thomas Burberry double ses gabardines du tartan écossais aux couleurs camel, rouge, noir et blanc. Le Nova Check, éternel symbole de la marque, s'exporte aux quatre coins du monde. Affaire familiale à ses origines, Burberry's passe en 1951 aux mains du groupe vépéciste Great Universal Store Limited détenu par les familles Wolfson et Peacok. Sûre de sa renommée, la marque semble dès lors se satisfaire de ses acquis et végète dans un classicisme dont se détournent les plus jeunes. Et ce, malgré la formidable publicité que lui font les stars de cinéma, arborant la mythique gabardine dans des films de légende : Humphrey Bogart dans Casablanca, Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany's, Jacques Tati dans Mon oncle ou bien encore Meryl Streep dans Kramer contre Kramer, sans oublier Peter Sellers, l'inoubliable inspecteur de La Panthère rose.

En 1999, Burberry perd son « s », synonyme d'une page d'histoire familiale révolue, mais reconquiert la scène de la mode sous l'impulsion de l'Américaine Rose Marie Bravo, présidente du grand magasin Saks Fifth Avenue à New York de 1992 à 1997. Elle s'entoure de designers à l'affût des nouvelles tendances - Roberto Menichetti jusqu'en 2001, puis Christopher Bailey, qui s'appliquent à conjuguer dans leurs collections de vêtements et d'accessoires tradition et modernité. Résultat : une entrée en Bourse réussie en 2002, 61 boutiques à travers le monde et un chiffre d'affaires dépassant le milliard d'euros pour 2005. Des ventes toutefois en deçà des résultats affichés par la concurrence. Pas de quoi inquiéter Angela Ahrendts, aux commandes de Burberry depuis juillet dernier, et bien décidée à ne pas prendre l'eau. L

Par Eric Pincas

Burberry : la pluie sans impair

01/11/2006 – Historia

http://www.historia.fr/content/recherche/article?id=18025

 

Repères

 

1835

Naissance de Thomas Burberry.

1856

Il ouvre sa première boutique à Basingstoke.

1879

Dépôt du nom Gabardine.

1904

Le chevalier en armure Prorsum devient le logo.

1914

Création du Trench-Coat.

1924

Apparition du tissu écossais Nova Check.

1925

Décès de Thomas Burberry.

1951

Great Universal Store propriétaire de la marque.

2002

Première cotation en Bourse.

 

Barbie : le triomphe de la femme objet

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-36330655.html

 

Déshabillés et nuisettes : un souci d'élégance à la fin du Moyen Âge

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-36351497.html

 

Jeanne Lanvin, « la Petite Omnibus » de la mode

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35934660.html

 

Gabrielle d'Estrées lance la mode des seins nus

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-35448346.html

 

Les dessous de l'Histoire... le porte-jarretelle

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-32409369.html

 

L’histoire des bas jarretelles

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-33493178.html

 

L'histoire de la cravate

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-32890282.html

 

La petite histoire du corset

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-32989488.html

 

2009 : l'année Coco Chanel

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-30623373.html

 

Coco Chanel, un parfum pour l'éternité

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-28012159.html

 

Les femmes à la conquête du pantalon

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-33152591.html

 

L'histoire du maillot de bain

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-33308444.html

 

Histoire vestimentaire : le Soutien-gorge

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-33199293.html

 

L’histoire de la chemise

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-33348505.html

 

Mode et débrouille vestimentaire sous l'Occupation allemande

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-33919861.html

 

Crédit photographique:

 

Thomas Burberry

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d2/Burberry_thomas.jpg

 

Humphrey Bogart dans Casablanca

http://tcmcinema.fr/photos/files/2008/12/casablanca-humphrey-bogart-1.jpg

 

Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany's

e-l-i-s-e.blogspot.com/2008/12/breakfast-at-t...

Commenter cet article