Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

INAUGURATION PLAQUE POUR LE SOLDAT LEYMARIE


Aux membres de la famille de M LEYMARIE qui pour la lère fois venaient sur  cette terre de Fontenoy,  M le Sous-Préfet, M Alain VACHER vice président du Conseil général de Corrèze représentant le Président  du CG François HOLLANDE, M le Maire de SEILLAC, M le Vice président du C Régional , Alain Reuter,   M le Maire de Fontenoy,  Mesdames Messieurs les élus, Conseillers généraux, maires, conseillers municipaux, M  le Président de l’association 14/18 J Luc Pamart,  ,  M Denis Rolland, historien, , Mesdames, Messieurs les représentants de la gendarmerie, des pompiers, des porte drapeaux , Mesdames, Messieurs

Je dois excuser M Y ves DAUDIGNY président du CG et JL Lanouilh vice président qui n’ont pu se joindre à nous, mais qui vous témoignent toute leur amitié.

Le 12 décembre 2008 une délégation du Conseil général de l’aisne se rendait à SEILLAC en Corrèze afin de rendre hommage au soldat LEYMARIE fusillé pour l’exemple et permettre ainsi  avec la municipalité de SEILLAC que son nom apparaisse enfin   sur le monument aux morts. C’était aussi pour nous une reconnaissance que nous devions à sa famille. Aujourd’hui la famille de Léonard LEYMARIE a souhaité pour la lère fois se rendre sur les lieux mêmes où un de ses siens  a été exécuté, ici à Port Fontenoy)à quelques mètre de cet endroit, il repose au cimetière militaire d’AMBLENY aux côté de 11 233 soldats et  porte cette inscription, mort pour la France le 123/12/1914

 Yves Daudigny avait appuyé la démarche de la municipalité de Seillac  en précisant que dans l’aisne 56 soldats avaient été fusillés pour l’exemple et indiquant aussi  que c’était un acte de clairvoyance de la municipalité de Seillac d’inscrire le nom de Léonard Laymarie sur le monument aux morts de la commune où il était né

Qui était Léonard Leymarie. ? Quel crime a –t-il commis ?

Léonard Leymarie ést né le 4/01/ 1880N au hameau de Champeil, commune de Seillac ; Marié le 22/06/1911, il est père de 2 enfants André Louis âgé de 2ans et demi lorsque son Père est exécuté et Marie Louise  qui n’a qu’un l an au moment de son exécution ; dans un silence impressionnant, il précisait : "  quand chez moi, j’avais besoin d’argent, je prenais un mouton au hasard, pour aller le vendre à la foire. Ici on a  voulu faire un exemple, et c’est moi qu’on a choisi. Mais mes camarades qui vont me tuer sauront un jour, et tout le monde saura, que j’étais innocent."

Quel crime a-t-il commis ? Dans la nuit du 10 au 11 Novembre 1914, de garde dans une tranchée du plateau, en première ligne, face aux allemands, il se blesse à un doigt de la main gauche avec une ferraille cachée dans la terre qu’il avait dégagée pour caler son fusil sur le haut du parapet. Il eut le malheur de suivre les conseils de ses camarades craignant une infection et d’aller se faire soigner à l’ambulance. Le médecin major considérant  qu’il avait voulu se mutiler volontairement  le fait traduire devant une cour martiale réunie à Saint Bandry. Malgré les témoignages favorables de ses camarades de combat présents au moment de l’accident, il fut condamné à mort le lendemain pour servir d’exemple. IL fut reconnu innocent mort pour la France en 1922

En novembre 1994, René GERBAULT, marie de FONTENOY fait ériger une stèle près du stade en mémoire de L Leymarie et Lucien BERSOT originaire de Besançon et lui aussi fusillé pour l’exemple, comme 600 autres soldats durant la guerre de 1914 1918. Je tiens aussi à souligner la présence d’Alain Gerbault son Père et le remercier des notes de son Papa.

Aujourd’hui après René GERBAULT, après le travail inlassable de l’association 14/18, après la déclaration faite à Craonne en 11/98 par le ler Ministre Lyonel Jospin, pour que les fusillés pour l’exemple qui refusèrent d’être sacrifiés puissent réintégrer pleinement notre mémoire collective nationale, après  les recherches de Michel Agnoux secrétaire adjoint de l’association républicaine des anciens combattants de Saint Jal, les prises de position des conseils généraux de l’aisne, et de Corrèze, puis le 11/Nov dernier la déclaration du  Président de la République  « je veux dire au nom de la nation que beaucoup de ceux qui furent exécutés alors n’avaient pas été des lâches mais que simplement ils étaient allés jusqu’à l’extrême limite de leurs forces ». il est de notre devoir de nous souvenir et aussi de rendre hommage à cette famille pour qui l’émotion même 90 ans après est encore très forte. Merci d’avoir accepté notre invitation, d’avoir bien voulu retourner sur les pas de Léonard Leymarie. Pour vous ces 6 petits enfants, ces 7 arrières, ces 14 arrières, arrières petits enfants et toute sa famille,  aujourd’hui la population de Fontenoy, le département de l’aisne, souhaitent que cette plaque qui sera dévoilée dans quelques instants soit le symbole de notre reconnaissance envers sa famille et que demain d’autres LEYMARIE ou BERSOT  aussi injustement condamnés puissent enfin être aussi  reconnus innocents  C’est un  devoir pour notre génération, épargnée par la guerre, de témoigner mais aussi de rendre hommage à ceux et celles qui ont lutté pour que nous puissions connaître la liberté et de permettre aussi à  leurs familles de pouvoir enfin être apaisées ...


De : Michel AGNOUX (mich.agnoux@orange.fr)

Envoyé : mer. 30/09/09 15:09 À : philippepoisson@hotmail.com


UN ENFANT DE SEILHAC « FUSILLÉ POUR L’EXEMPLE »

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-36699862.html

 

 



Commenter cet article