Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L’assassinat de Marat, « l’ami du peuple », par Charlotte Corday constitue un véritable « événement-traumatisme ». Guillaume Mazeau lui restitue toute sa place, et surtout toute son ambiguïté et sa conflictualité, dans l’histoire de la Révolution bien sûr, mais aussi plus globalement dans notre histoire nationale.

Télécharger ce(s) document(s) :

Recensé : Guillaume Mazeau, Le Bain de l’histoire. Charlotte Corday et l’attentat contre Marat. 1793-2009, Seyssel, Champ Vallon, 2009.

C’est à un bain original que Guillaume Mazeau invite le lecteur. Un bain en eau trouble : celle, sanglante et bouillonnante, de la célèbre baignoire de Marat. L’assassinat de « l’ami du peuple » par Charlotte Corday, image d’Épinal de la Révolution, est un attentat politique, de dimension quasi religieuse, par lequel une jeune noble normande pensait naïvement arrêter la Révolution devenue à ses yeux une tyrannie. Mais par delà les figures fantasmatiques – et inversées – de Corday et de Marat, c’est un événement considérable dans l’histoire de la Révolution, d’abord indéchiffrable, puis sans cesse recomposé depuis deux siècles.

Toutes ses manifestations, toutes ses traces (notamment iconographiques), tous ses usages sociaux sont traqués dans ce livre. C’est la multiplicité des expériences possibles de l’événement, survenu le 13 juillet 1793 mais envisagé sur plus de deux siècles, que vise Guillaume Mazeau. Par là-même, il cherche à faire éclater les frontières, à ses yeux artificielles, de l’histoire et de la mémoire. Longtemps abandonné à l’anecdote ou à l’érudition locale, l’attentat de Corday a été refoulé depuis la fin du XIXe siècle d’une histoire républicaine soucieuse de gommer certaines aspérités du conflit civil. Guillaume Mazeau lui restitue ici toute sa place, et surtout toute son ambiguïté et sa conflictualité, dans l’histoire de la Révolution bien sûr, mais aussi plus globalement dans notre histoire nationale. Son objectif est clair : « déplier l’événement » (p. 23), sans chercher à en extraire une « vérité » univoque. La méthode, depuis le Dimanche de Bouvines jusqu’à l’ouvrage de Thomas Bouchet sur l’insurrection de juin 1832 [1], pourra sembler familière : esquisser la naissance et la réception éclatée d’un événement, remonter à ses « sources » – sinon à ses causes – (p. 186), puis saisir ses reconfigurations par la mémoire. L’ampleur de la documentation utilisée, le rejet de toute exclusive de genre, l’engagement de l’auteur dans son écriture, font pourtant de ce livre un ouvrage singulier, inclassable car ouvert à toutes les formes d’histoire possibles. En atteste notamment le foisonnement des références aux diverses sciences sociales ...

Bain en eau trouble

par Emmanuel Fureix [30-09-2009]

http://www.laviedesidees.fr/Bain-en-eau-trouble.html


 



 

Le Mot de l'éditeur : Le bain de l'histoire

Marat a-t-il été assassiné par Charlotte Corday, ou par les historiens eux-mêmes ? Lorsque David livre son Marat assassiné en octobre 1793, trois mois après la mort de l'Ami du peuple, il est déjà trop tard pour espérer éliminer l'assassin de l'histoire, comme cela fut fait après l'assassinat de Le Peletier de Saint-Fargeau. L'événement, pris dans les tourbillons de la mémoire, n'est plus ressenti qu'à travers la figure de Corday. Ce sera le cas pendant plus de deux cents ans. Ballotté par des courants contraires puis rejeté par les historiens universitaires, il finira par s'échouer sur les rives incertaines du patrimoine antirépublicain. Au XXe siècle, Marat est donc mort une seconde fois, noyé sous la popularité de Charlotte Corday.


Récrire l'histoire de l'assassinat de Marat, c'est assumer de proposer une histoire non partisane mais résolument engagée d'un événement aux conséquences longtemps sous-estimées. Ce livre tente de montrer qu'on ne peut comprendre l'événement à travers ses seules causes. Si l'on veut mieux saisir son impact, il faut provisoirement accepter de déplacer le regard sur ses effets et sur la figure de Charlotte Corday. Le lecteur est ainsi invité à remonter le cours de la mémoire et à accepter de plonger, avec Corday, Marat et leurs historiens, dans le grand bain de l'histoire.

GUILLAUME MAZEAU, ancien élève de l'ENS-Lyon, est Docteur en histoire.

Fiche détaillée : Le bain de l'histoire

Auteur

Guillaume Mazeau

Editeur

Champ Vallon

Date de parution

mai 2009



 

Commenter cet article