Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bordeaux-Bastide (33) - Conférence le 22/10/2009 à 18h00

De l'Hôpital des Fous au Cimetière des Oubliés ou l'histoire de l'enfermement à Cadillac-sur-Garonne, avec Michel Benezech

La conférence du professeur Michel Benezech (psychiatre, légiste, criminologue) sera suivie du diaporama de Stephan Ferry
(photographe, écrivain).

Lieu : Cinéma Megarama ; Quai de Queyries
Entrée : libre, sur réservation
Organisation : Histoire(s) de Bastide
Information : Colette Lièvre
Téléphone : 06 30 61 93 43

 


 

Sous le titre Le cimetière des fous, Cadillac, France, 2003/05, Loïc Le Loët en propose de superbes photographies.

Lire également l'article de Grégory Lassus-Debat paru dans le Journal l'Humanité (7 septembre 2005).

Un très beau texte : Les croix en fer, d'Erwan Tanguy.


Sur le même thème, il faut aussi écouter Soixante-quatre, la Chanson à la mémoire des mutilés du cerveau de Cadillac... de Bleu Origine.
L'excellent site -officiel- Chemins de mémoire consacre plusieurs pages à ce cimetière, qui sort de l'oubli (un grand merci à CAMINAREM), au sujet des 98 «mutilés de la face et du cerveau» de la Première Guerre mondiale accueillis à Cadillac :

 

- Le Cimetière des "gueules cassées" de Cadillac (33)


- Une
Galerie photo


-
Les gueules cassées et les oubliés (Liste nominative de "gueules cassées" et parcours de ces hommes avant leur admission à l'hôpital).

Des photographies du Carré des fous peuvent être admirées sur le site personnel de leur auteur Stephan Ferry, photographe, créateur. Elles sont exposées cet automne au château de Cadillac. Le vernissage a eu lieu le samedi 25 octobre 2008, salle du navire. Une conférence du Pr Bénézech, a évoqué l'histoire de l'hôpital et du cimetière des aliénés.

 

Le «carré des fous»


L’exposition «Le carré des fous», qui comprend trente photographies noir et blanc, sera présentée au château de Cadillac du 26 octobre au 30 novembre (vernissage le 25 octobre, à 17 heures).


Elle est consacrée à un lieu encore méconnu, bien que librement accessible au public :  le cimetière des aliénés de Cadillac, ensemble de quelque neuf cents tombes disposées entre l’UMD Boissonnet et le cimetière communal

La décision, survenue en 1920, d’inhumer les indigents et les aliénés à l’écart du cimetière communal n’est sans doute pas étrangère à cette méconnaissance, non plus qu’au sentiment d’abandon qui règne aujourd’hui parmi les croix en fer.

Le «carré des fous», comme on le nommait autrefois, véhicule une mythologie qui lui est propre, constituée de préjugés, de fantasmes et de peurs sans nombre ; le plus souvent fondés sur une ignorance que ne parvient pas seule à expliquer l’existence d’un haut mur de séparation. Car ce mur est doté d’une ouverture, et rien n’interdit de la franchir.

En 2004, j’ai décidé d’aller y voir de plus près, muni du seul outil qui me semblait approprié pour témoigner de ce qu’est vraiment cet étrange cimetière : un appareil photographique. Au cours des quatre dernières années, j’ai effectué de très nombreuses visites au «carré des fous». Peu à peu, je me suis imprégné de l’atmosphère si singulière qui s’y est installée, de ce curieux sentiment de fragile quiétude qui se dégage du vaste ensemble de sépultures désolées.

Elles ne sont certes guère engageantes ces lugubres enfilades de croix rouillées, mais elles ne parviennent pas à faire totalement oublier que l’endroit ne recèle finalement que des dépouilles d’hommes (et de femmes) dont le seul tort fut de perdre un jour la raison. Le passage du temps, la sinistre réputation du lieu, les préjugés, n’ont finalement pas réussi à priver le «carré des fous» de son humanité. Fragmentaire, ténue, fragile, elle subsiste ; touchante dans sa simplicité.

A travers ma recherche photographique, j’ai cherché à restituer tout à la fois cette fragilité et cette humanité, qui font du «carré des fous» un lieu de mémoire à part entière.

S. Ferry

psychiatrie.histoire.free.fr/vieasil/cim.htm

Commenter cet article

snoring solutions 06/05/2014 13:44

i am indeed shocked and speechless to read and witness the ruins of such places that was once as house where the mentally ill persons were treated and cared. i hope the officials will take measures to cleanse the area.

Patricia 13/11/2011 18:07


A propos de cette histoire, le maire disait ceci:
" On a d'autres chats à fouetter et d'autres choses plus intéressantes à montrer. Moins en parle, mieux je me porte car entre l'ancien asile d'aliénés, les filles perdues du château, les
prisonnières et maintenant le cimetière, cette délectation pour le morbide et l'enfermement exaspère les habitants ".

C'est quand même incroyable... Faire disparaître ce cimetière aurait été la pire des choses. C'est un lieu bien particulier puisqu'il y abrite des " fous " des gens qui ont perdu la raison en
chemin. Peut-être pourrions-nous la perdre nous aussi un jour. Est-ce que nous aimerions être enterré comme des chiens? Je ne le crois pas un instant. Je suis très touchée que des gens se soient
battus pour cette noble cause. N'oublions pas que pendant l'occupation allemande des gens ont été abandonnés, sans manger, au froid et en étant malade. Une honte!
Ce sont des êtres humains, pas des bêtes qui reposent là.

Il y a aussi ceux qui choisissent délibérément des tombes pour leur basse besogne. C'est inacceptable. Il n'y a pas assez de mots pour qualifier ce geste imbécile et ignoble. Ceux qui font ça
devraient avoir honte. De tout temps, il y a eu des tordus pour se venger sur des tombes.
Commettre des dégradations et souillures qui ne réveleraient rien d'autre que la bêtise ou la provocation. Pour moi, ce sont des ' petits cons " désoeuvrés qui profanent. C'est triste et
déplorable. Cela témoigne d'un profond manque de respect envers les êtres endeuillés. Les auteurs de ces gestes en veulent moins aux morts qu'aux vivants. Je suis écoeurée de temps de bassesse.
Il existe encore des gens pour porter de l'intérêt à des lieux délaissés. Je suis particulièrement très attachée à la mort.

Soeur d'une schizophrène.


20/11/2011 09:40



Laissé par : Patricia le13/11/2011 à 18h07



Email : decoupatricia@yahoo.fr




BAJOLLE 26/11/2009 18:57


Communiqué pour info :
http://www.bordeauxactu.com/PATRIMOINE-Le-Cimetiere-des-fous.html


27/02/2010 07:14


Merci - Je valide à l'intention des lecteurs du blog - PP