Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le lundi 5 octobre 2009 à 20h35 : Téléfilm dramatique réalisateur : Fabrice Cazeneuve

avec : Jean-François Balmer (Sacha Guitry) , Gérard Lartigau (Taittinger)

durée : 1h35 tout public – France 5

23 août 1944. Au petit matin, Paris se libère. Cinq hommes armés surgissent chez Sacha Guitry et l'obligent à le suivre. C'est le début d'une captivité de soixante jours. Aucune charge précise n'est retenue contre le dramaturge, mais la rumeur dit qu'il a fréquenté les Allemands et travaillé pour eux. Emmené à la mairie du VIIe arrondissement, au Vel d'Hiv, puis à Drancy et à la prison de Fresnes, il est couvert d'injures, inculpé pour « intelligence avec l'ennemi ». A 60 ans, Sacha Guitry doit se défendre de ces accusations de collaboration pendant un procès en bonne et due forme dont il ressortira blanchi. Mais à l'issue de l'instruction, il se retrouve seul...

année de réalisation : 2006
Réalisateur : Fabrice Cazeneuve

Acteurs : Jean-François Balmer (Sacha Guitry) , Gérard Lartigau (Taittinger) , Marie Desgranges (la soeur) , Bernard Alane (maître Delzons) , Vincent Rottiers (Jean) , Bernard Waver (Willemetz) , Olivier Claverie (maître Chresteil) , Bernard Nissile (Berthelot)

http://tv.voila.fr/programme/france-5/2009-10-05/l-affaire-sacha-guitry-31499452.html

 


 

L'arrestation de Sacha Guitry

 

Le 23 août 1944 à 10 heures du matin Sacha Guitry est arrêté à son domicile par deux hommes armés. On ne lui laisse pas le temps de s'habiller et on l'entraîne dehors. Pour un spectacle, c'est un spectacle!


L'auteur dramatique se décrira lui même: Mon pyjama se compose d'un pantalon jaune citron et d'une chemise à larges fleurs multicolores. Je suis coiffé d'un panama exorbitant, et quant à mes pieds, qui sont nus, ils sont chaussés de mules de crocodile vert jade.


Il est conduit ainsi vêtu, par les rues, jusqu'à la mairie du VII" arrondissement où il est brièvement interrogé dans la cellule 117. Ce 23 août commencent les épreuves de Sacha Guitry en prison et ses démêlés avec la justice. Il racontera d'ailleurs tout cela dans un ouvrage édité en 1949 qui s'intitule Soixante jours de prison et qui succède à Quatre ans d'occupations paru en octobre 1947.


On l'accuse d'antisémitisme lui qui, dénoncé par le Pilori, est obligé de se disculper de l'être alors même qu'il vient en aide à des amis juifs. De là à l'arrêter... Depuis 1942, Radio Londres et les journaux de la Résistance font circuler des listes noires de collaborateurs. Dans l'un de ces journaux, Guitry est condamne a mort. L’époque de souffrance se prête à la revanche. Le seul fait d'avoir fréquenté l'ennemi est considéré comme suspect. Guitry ne peut nier ses fréquentations et tous les arguments développés dans ses livres de souvenirs écrits après l'occupation ne peuvent occulter certains faits accomplis au moment où des hommes et des femmes mouraient sous la torture, les balles et la hache,dans des camps.

 

Pendant l'Occupation, Sacha Guitry ne va pas manquer d'occupations et ce sont elles qui vont le mener, en fonction de l'interprétation qu'on leur donne, au respect ou au déshonneur. Lorsqu'il arrive à Paris il fait des démarches auprès du préfet Jean Chiappe et du recteur de l'Académie de Paris chargé des affaires culturelles pour obtenir la réouverture des théâtres, et il reprend dans son théâtre de la Madeleine une pièce créée en 1919 : Pasteur. Le voilà aux prises avec les autorités allemandes qui, devant le nationalisme de la pièce, veulent la censurer. Encore une fois des démarches. Encore une fois il obtient gain de cause. L'homme est habitué aux succès. Il n'a connu que la gloire. Tout cela lui paraît naturel. Tout au long de la guerre, les interventions, les sollicitations auprès des Allemands vont se succéder. Sacha en a les moyens, il a l'impunité des gens célèbres, il a les relations et les occasions ne manquent pas.


A la prison de la Santé, il est enfermé dans la cellule 42 avec ex-ministre de l'Education de Pétain. Prisonnier, il subit menaces, insultes et aussi... demandes d'autographes. Pour qui est habitué au confort de l'hôtel particulier, la promiscuité, la saleté, le manque d'hygiène...tout cela n'est pas très réjouissant. Le prisonnier reçoit quelques colis apportés par son chauffeur.


Bientôt Tristan Bernard intercède auprès du juge d'instruction en faveur de celui qui l'a sauvé en 1943. Le 24 octobre 1944, deux mois après son arrestation, Sacha Guitry est libre. Le 8 août 1947, le commissaire du gouvernement rend une décision de non lieu, rien n'ayant été trouvé au cours de l'enquête et beaucoup d'accusations ayant  été reconnues comme fausses.

http://www.histoire-en-questions.fr/deuxieme%20guerre%20mondiale/epuration%20sachaguitry.html

 


Actrices et Acteurs de cinéma (33)

Guerre 1939 -1945 - Vichy (100)

Cinéma - Téléfilms (115)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article