Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/8/6/2/9782753803268.jpg

Né esclave à Saint-Domingue des amours d'un fugitif normand, le marquis de La Pailleterie, et d'une « négresse », Césette, le magnifique Thomas-Alexandre devient général en chef de la Révolution sous le pseudonyme d'Alexandre Dumas. Droit sur ses étriers, sabre au clair, bravant les préjugés, assumant sa sensibilité, le général Dumas, jusqu'aux sommets enneigés des Alpes, va mener à la victoire ses soldats de l'an II et poursuivre dans le Nord, les Pyrénées, en Vendée, en Belgique, en Italie, au Tyrol, en Egypte, les adversaires de la jeune République, au nom d'une idée encore neuve : les droits de l'Homme.


Mais pour l'ambitieux Bonaparte, qui lui voue une haine implacable, c'est un concurrent dangereux qu'il faut abattre à tout prix.


Dans ces combats de géants qui inspireront ses plus célèbres pages au fils du général, l'écrivain Alexandre Dumas, le héros est soutenu par une femme d'exception et par l'amitié de trois intrépides et sympathiques compagnons - un Creusois, un Lyonnais, un Picard - qui pourraient bien être les modèles d'Athos, Porthos et Aramis.


En étayant solidement cette biographie sur des documents d'archives inédits et exceptionnels, dont l'étonnant journal de captivité du général dans les geôles du roi de Naples, retranscrit en annexe, Claude Ribbe révèle enfin tous les mystères du Diable noir. L'histoire vraie de ce d'Artagnan américain, est plus époustouflante, plus romanesque encore, que tout ce que son fils a pu ou bien voulu nous en dire.

Claude Ribbe, ancien élève de l'École normale supérieure, historien, philosophe, écrivain, auteur notamment d'une biographie, Le chevalier de Saint-George, et d'un pamphlet, Le Crime de Napoléon, se bat depuis longtemps pour rendre sa place au général Dumas.

Extrait du livre : Devançant le crépuscule du matin, le mardi 9 avril 1895, un Européen déjà âgé s'échappa précipitamment de l'élégante demeure où il se morfondait depuis huit jours que le steamer assurant la liaison maritime avec Port-au-Prince, le Rivière, l'avait débarqué sur le quai de Jérémie, à l'ouest d'Haïti. Le plus lestement qu'il put, l'impatient sexagénaire se hissa sur la fringante monture qu'un palefrenier autochtone tenait prudemment par la bride.


Préférant faire cavalier seul, par coquetterie sans doute, il n'avait pas voulu emprunter comme son épouse l'élégante Victoria mise à leur disposition par le consul de France qui roulait derrière lui, soulevant un épais nuage de poussière.


C'était un homme de théâtre alors fort célèbre en son pays, bien qu'aujourd'hui totalement oublié. Venant de prendre sa retraite de la Comédie-Française, Frédéric Febvre, le «grand Frédéric», la coqueluche du second Empire, réalisait enfin son rêve : visiter les Antilles.


Parvenu sur la place de la cathédrale où il avait rendez-vous avec quelques amis, sa stupéfaction ne fut pas mince de constater que cinquante autres cavaliers l'attendaient. D'autant que pour finir de le surprendre, tous s'étaient découverts à son approche, silencieusement, respectueusement. Le vieil acteur, saisi d'une émotion plus vive encore que tout ce qu'il avait pu éprouver au cours d'une carrière pourtant longue, comprit que ce n'était pas lui qu'on saluait mais son dernier rôle. Cette fois, il incarnait une légende, encore vivante. C'était elle qui rattachait encore Haïti, l'ancienne colonie, à cette France qui lui suçait le sang depuis deux siècles. Un million d'hommes, de femmes et d'enfants, arrachés de l'Afrique, y avaient été transportés et y étaient morts d'épuisement pour que là-bas, chaque matin, d'insouciants Européens puissent simplement sucrer leur café. Les esclaves s'étaient révoltés et ils étaient devenus citoyens. Les Français étaient venus les asservir à nouveau. Les Haïtiens les avaient taillés en pièces et avaient proclamé l'indépendance. Quelques années plus tard, lassés des menaces de reconquête, ils avaient dû se résigner à payer une faramineuse rançon destinée à rembourser les anciens colons de la perte de leur cheptel humain.

 

Le diable noir , Biographie du général Dumas (1762-1806)

Claude Ribbe (Auteur) - Biographie (broché). Paru en 12/2008

 

 

Monument rendant hommage au général Dumas - Vidéo Dailymotion

► 2:35► 2:35
www.dailymotion.com/video/x8vpr2_monument-rend...4 avr. 2009 - 3 min
News, politique, actualité, international, culture, loisir, rumeur, people... Suivez l' actualité politique française et ...

HOMMAGE AU GENERAL DUMAS - YouTube

► 8:18► 8:18
www.youtube.com/watch?v=tLv9lbqQ4J817 août 2010 - 8 min - Ajouté par JARDINSDISIS
Extraits de leurs discours. La vidéo complète se trouve à la page suivante : http:// www.jardinsdisis.org/HOMMAGE ...

 
 
éditeur Alphee
Date de parution décembre 2008
Collection Documents

Commenter cet article