Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.images-chapitre.com/ima2/original/530/1153530_3089833.jpgQUAND LES ENFANTS PARLAIENT DE GLOIRE - Les baïonnettes luisent, les canons tonnent et la cavalerie charge sur des airs d'opéra. En plein champ de bataille, le reporter affûte sa plume, le peintre pose son chevalet. Dans les rues et sur le parvis des églises, au théâtre, au Louvre ou dans les couloirs des lycées, les pères discutent de tactique et les enfants parlent de gloire... Pour la première fois, un historien explore le coeur et l'esprit des Français au temps où Napoléon les gouvernait par le verbe et par l'épée.

Jean-Paul Bertaud est l'un des grands spécialistes de la Révolution et de l'Empire, auxquels il a consacré plus d'une dizaine d'ouvrages.

 

 

Extrait de l'introduction : L'Empereur de guerre

Napoléon Bonaparte, un homme, des personnages. D'abord, il fait figure de dictateur de Salut public. Pre­mier consul, « le plus civil des généraux » ne dégaine l'épée que pour sauver et pacifier le pays. Avant son accession au pouvoir, la France n'en finissait pas de combattre les rois coalisés pour la détruire. En 1800, les victoires remportées gagnent la paix. Pour un temps, les portes de la guerre se referment. En France même, royalistes et jacobins s'opposaient depuis plus de dix ans dans une lutte sans merci. Bonaparte, se plaçant au dessus «des partis», les invite à se réunir autour de lui. Il fait taire ou emprisonne ceux qui s'y refusent. Sur le parvis des églises, « blancs » et « bleus » se disputaient ; le Premier consul, en signant avec le pape le Concordat, établit la paix religieuse. Sans associer l'Etat à un culte, il impose à tous la liberté des croyances. La Révolution agitait encore les esprits, Bonaparte la termine. Il en préserve les acquis essentiels - liberté des personnes et des biens, égalité de tous devant la loi - et pérennise aussi le considérable transfert de terres que fut la vente des biens nationaux. A la République directoriale où la patrie était trop souvent mise aux enchères, succède une autorité qui allie l'ordre et la liberté, reconnaît la souveraineté nationale et rétablit le suffrage universel.

Despote, Napoléon le devient avec la création d'une monarchie héréditaire où la personnalisation du pouvoir entrave le fonctionnement régulier des institutions politiques. Consul, Bonaparte truquait les plébiscites ; Empereur, Napoléon transforme les élections en comédie et les représentants de la nation en fonctionnaires serviles. Il gouverne un peuple qu'il ne consulte plus guère. Entre ses mains, « toute liberté expire ». L'Empereur laisse, certes, aux Français la liberté individuelle et la libre disposition de leurs propriétés : le cultivateur et l'artisan travaillent sans entrave, le commerçant et l'industriel sans contrainte. Mais partout, des foires aux marchés, des places publiques aux salons des particuliers, s'affairent «l es mouches » : les indicateurs dénoncent, les policiers arrêtent, les juges condamnent ceux dont la parole critique le régime et blâme son chef...

Quand les enfants parlaient de gloire : L'armée au coeur de la France de Napoléon 

Broché: 460 pages 

Editeur : Editions Aubier (24 octobre 2006) 

Collection : Historique 

Langue : Français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article