Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.bfmtv.com/i/580/290/436038.jpgDocumentaire. A voir ce mercredi à 20h45 sur France 3

 

 

Il y a un an déjà, Mohamed Merah, assassinait de sang-froid sept personnes, dont trois enfants. Tout le monde se souvient de la traque policière qui s’ensuivit. Le 21 mars 2012 à Toulouse, soit dix jours après le premier meurtre, l’appartement du tueur est encerclé par les hommes du Raid. Les policiers tentent de négocier sa reddition durant trente-deux heures. En vain : Mohamed Merah sera finalement abattu.

 

On apprend alors que ce petit délinquant de culture musulmane s’était radicalisé lors d’un séjour en prison, qu’il avait été placé sous surveillance par la police après plusieurs voyages au Moyen-Orient, et que son frère aîné, Abdelkader, fréquentait des islamistes français.

 

Le film de Jean-Charles Doria, suivi, à 22h30, d’un « Pièces à conviction » sur le même thème, reconstitue l’itinéraire du « tueur au scooter », tout en pointant les failles de l’enquête de police. Y apparaissent les deux visages d’un même individu. Le gamin de banlieue aimant la vie, la frime, les virées entre potes – il skiait encore dans le Jura avec deux copains un mois avant de viser sa première victime. Et le solitaire en quête de religiosité qui se serait autofanatisé en passant des jours entiers à visionner des images de propagande sur internet. Il part, toujours seul, chercher dans une dizaine de pays musulmans des « frères » susceptibles de l’initier à la guerre sainte.

 

Mais de cette part sombre, sa mère, Zoulhika Merah, n’aurait rien su. Elle raconte ici un aspect probablement essentiel de la personnalité de son fils en se souvenant qu’à partir de l’âge de 6 ans, celui-ci lui disait souvent : « Maman, j’ai un petit bonhomme dans la tête qui me parle. » Une voix qui encombrait le cerveau de l’enfant. Le signe précurseur d’une schizophrénie ? Pathologie qui expliquerait la folie meurtrière d’un garçon décrit par son avocat comme quelqu’un dont l’engagement religieux servait surtout de faire-valoir.

 

Sylvie Véran

 

Commenter cet article