Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.spem.org/0_content/Imagens/ana_moura.jpg

Elle est la nouvelle figure marquante du fado portugais. Déjà remarquée par les Rolling Stones et Prince, la revoici à Paris. - Le 13 mai 2009, Ana Moura chantait à Paris, dans la salle de La Cigale. Nous n'y étions pas, mais un spectateur, tapi dans l'ombre, ne perdit pas une miette de la performance de la chanteuse. Son nom ? Prince. Le musicien américain s'était déplacé à Paris uniquement pour découvrir cette jeune artiste prometteuse. « Il m'avait contactée par l'intermédiaire de mon agent, se souvient-elle. Il a commencé à parler de moi dans la presse, puis nous sommes devenus amis. Il lui arrive même de jouer certains de mes morceaux sur scène ! » Ana Moura n'en revient pas. Deux ans après, elle fait figure de personnalité phare du renouveau de la scène fado. Un peu plus de dix ans après la disparition d'Amalia Rodrigues, qui incarna cette musique traditionnelle portugaise, plusieurs artistes ont repris le flambeau : Misia, Cristina Branco ou Mariza. Si elle est la plus jeune d'entre elles, Ana Moura est aussi la plus respectueuse d'un style enraciné dans l'identité profonde du Portugal. Ana Moura a commencé à chanter à l'âge de 4 ans, en famille. « Mes parents jouaient de la musique tous les week-ends avec leurs amis. Ma mère chantait et toute sa famille aussi, mais elle n'en a jamais fait son métier. » Pour sa part, elle a toujours su que le chant était son avenir. À 16 ans, elle forme un groupe de rock, reprenant des chansons de Tina Turner ou Whitney Houston, tout en maintenant un lien avec le fado. En 2007, déjà reconnue au Portugal, elle accède à une plus grande notoriété sur le plan international en enregistrant une reprise des Rolling Stones, No Expectations, accompagnée par Charlie Watts. « J'ai adoré cette expérience », dit-elle. Lors de leur passage en concert à Lisbonne, elle chante devant le groupe au complet dans une maison de fado traditionnelle. Séduits, ils l'invitent le lendemain à assister à leur concert en stade. « Ce n'est qu'en arrivant au stade que j'ai appris qu'ils voulaient que je monte sur scène avec eux. J'étais si nerveuse ! Mais quand je suis montée sur les planches, les gens dans le public m'ont reconnu et se sont mis à crier mon nom », raconte-t-elle en souriant. Mais Ana Moura n'a besoin ni de Prince ni des Stones pour épater l'auditoire, captivant avec sa voix et son intensité sidérantes, dans un genre où l'excellence est de mise.


  Misia , fadista atypique


La chanteuse revient aujourd'hui avec son nouveau spectacle, Senhora Da Noite. Pour cette création, Misia a eu l'idée de rassembler autour du fado des textes écrits exclusivement par des femmes : les poètes ou écrivains Agustina Bessa Luis, Helia Correia, Lidia Jorge ou les chanteuses ou fadistes, Amalia Rodrigues, Amélia Mudge, ou tout simplement elle-même. La diva sera accompagnée d'un trio composé d'une guitare, d'un accordéon et d'un violon.

 

Du 15 au 20 février aux Bouffes du Nord (Xe).

 

Ana Moura, le fado comme il faut

Mots clés : , ,


Par Olivier Nuc Mis à jour le 08/02/2011 à 19:13 | publié le 07/02/2011

 

  1. Ana Moura - Fado das Águas

    ► 3:35► 3:35
    www.youtube.com/watch?v=nOgrs2OiAbA13 juil. 2011 - 4 mn - TVmareterraniu
    Album : Leva-Me Aos Fados (2009)
  2. Ana Moura - Os Búzios

    ► 3:36► 3:36
    www.youtube.com/watch?v=zreA3NgiPYE26 juil. 2007 - 4 mn - anamourafado
    Album : Para Alem da Saudade (2007)
  3. Ana Moura - Leva-me aos fados

    ► 3:00► 3:00
    www.youtube.com/watch?v=ke6Ss4g3Pt429 sept. 2009 - 3 mn - wwwfnacpt
    Album : Leva-Me Aos Fados (2009)

timekiwi.com/philippepoisso

il y a 5 jours – I'm squeezing kiwis on @timekiwi. Here's my new timeline ... Le blog de Philippe Poisson ( 4 mars 2012 ). 1587 502 pages vues à la date du ..

Commenter cet article