Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.lepoint.fr/content/system/media/1/200911/67239_image-general_andre.jpgEn octobre 1904, l'« affaire des fiches » fait scandale. Pour épurer l'armée, le général André, ministre de la Guerre et franc-maçon, a obtenu du Grand Orient des renseignements détaillés sur les opinions politiques de plus de 18 000 officiers de l'armée française ...


En ce 4 novembre 1904, à la tribune de la Chambre, le député nationaliste Jean Guyot de Villeneuve accuse le ministre de la Guerre, le général André, et le président du Conseil Émile Combes d'avoir menti en déclarant tout ignorer des procédés de délation utilisés pour bloquer la carrière des officiers « réactionnaires » et favoriser l'avancement des militaires « républicains ». Pendant les escarmouches qui s'ensuivent, le député Gabriel Syveton, en principe trésorier, en fait véritable dirigeant de la Ligue de la patrie française(1), marche vers le banc du gouvernement et, par deux fois, soufflette vigoureusement le général André. C'est le signal d'un pugilat généralisé au cours duquel s'affrontent la droite et la gauche pendant que les huissiers évacuent le général André et que le président de la Chambre, Henri Brisson, suspend précipitamment la séance. L'« affaire des fiches » vient d'atteindre son point culminant, celui de la lutte aveugle, sans concession ni scrupule, des deux sectarismes qui déchirent la France à l'époque de l'affaire Dreyfus : d'un côté, ceux favorables à la condamnation de 1894 qui refusent d'admettre les preuves accumulées de l'innocence de Dreyfus ; de l'autre, le « parti républicain », qui milite pour la révision du procès et la « défense républicaine ». Toutes les tendances du camp dreyfusard, cimentées par la franc-maçonnerie*, soutiennent le gouvernement de gauche dirigé depuis 1902 par Émile Combes. Celui-ci, aiguillonné par le Parti radical, s'est donné comme objectif d'éliminer l'influence des adversaires de la …

http://www.histoire.presse.fr/content/2_recherche-full-text/article?id=5121


L'« Affaire des fiches » : un scandale républicain

Par Serge Berstein
publié dans Les Collections de L'Histoire n° 33 – 10/2006

Acheter Les Collections de L'Histoire n° 33  +


Articles du même auteur :

A quoi sert le RPF
Par BERSTEIN Serge dans L'Histoire n°239 | p. 114

Voir tous ses textes >>>



http://www.decitre.fr/gi/32/9782358150132FS.gifFigure de la Belle Époque, le général André a connu une grande popularité par l'attention qu'il a portée à la condition du soldat.

Alors qu'il est ministre de la Guerre, ouvertement républicain, André conduit l'affaire Dreyfus à son dénouement. Il démonte pièce par pièce le dossier d'accusation, conclut à l'innocence d'Alfred Dreyfus et sauve ainsi l'honneur de l'armée. Mais un scandale va permettre aux conservateurs et aux nationalistes de l'abattre : l'affaire des fiches, système de renseignements sur les opinions politiques des officiers.

Cette affaire ne le lâche pas, et il sera frappé d'ostracisme pendant tout le XXe siècle, par les journalistes, puis par les historiens. Il tiendra le rôle de bouc émissaire commode, et on lui attribuera même les échecs de l'armée en 1914. L'auteur montre ici que l'affaire des fiches, aussi condamnable soit-elle, n'a pas eu les conséquences néfastes que l'on a dites, et que le général André a bien préparé l'armée aux épreuves qui l'attendaient.

Il a promu au grade supérieur, entre 1900 et 1904, la grande majorité des généraux qui allaient se distinguer pendant la Grande Guerre. Ce livre est l'occasion de brosser le portrait d'une personnalité reconnue dans le milieu scientifique lorsqu'il commandait l'École polytechnique, patriote attaché par-dessus tout à la République …

Le général André - De l'affaire Dreyfus à l'affaire des fiches

Serge Doessant

Broché

Paru le : 01/07/2009

Editeur : Glyphe


L'auteur en quelques mots ...


Diplômé de Sciences Po Paris, auteur et conférencier, Serge Doessant est un spécialiste de la Troisième République.


Il a construit son livre à partir d'une consultation sans a priori des sources d'archives, étayée par des documents familiaux inédits. Il offre ainsi une vision totalement nouvelle de la personnalité et de l'action du général André.

Commenter cet article