Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.historia.fr/sites/default/files/imagecache/article_web_image_paysage_full/content/image/paysage/tabatiere.jpgUne exceptionnelle collection de boîtes précieuses est mise en scène au musée Cognac-Jay. Un havre de paix en plein Paris.

 

Tabatières, étuis, boîtes à poudre, à rouge, à mouches, nécessaires de toilette ou à écrire, bonbonnières et drageoirs aux formes variées : tous ces petits objets luxueux du XVIIIe et du début du XIXe siècles, illustrant le mode de vie et les usages de la société aristocratique européenne sont des chefs-d’œuvre d’ingéniosité et de technique. Ils ont été réalisés par d’habiles orfèvres et émailleurs essentiellement français, anglais, allemands ou suisses, dans les métaux et les matières les plus précieux. Le musée Cognac-Jay en conserve l’une des collections les plus belles et les plus importantes : 240 pièces dont 180 sont montrées au public à l’occasion de la parution du catalogue raisonné qui les recense. Enrichis de pierres dures ou précieuses, incrusté d’émail, de porcelaine, de laque ou de nacre, finement ouvragés ou décorés de miniatures, ces trésors sont à découvrir jusqu’au 6 mai 2012 dans le cadre d’une scénographie raffinée en lien avec des gravures d’ époque. L’occasion de découvrir, si ce n’est déjà fait, l’un des plus délicieux musées de la capitale, situé dans une demeure du XVIe siècle, l’hôtel Donon. Il renferme l’exceptionnelle collection XVIIIe siècle constituée par Ernest Cognacq et son épouse Marie-Louise Jay, les fondateurs des grands magasins de La Samaritaine, entre 1900 et 1925. De nombreuses activités pour toute la famille sont organisées autour de cette exposition.

 

Légendes illustrations et crédits :


1 - Quinze tabatières, drageoirs, étuis, étuis à tablettes, pistolet à parfum... France, Suisse, Angleterre et Allemagne, XVIIIe siècle Or, émail, pierres dures, nacre, porcelaine, ivoire... © Fr. Cochennec et A. Llaurency / Musée Cognacq-Jay / Roger- Viollet


2 - Charles Le Bastier, orfèvre ( ? – 1783 ; maître en 1754) Paris, 1774-1775 Tabatière Or ciselé, guilloché et émaillé Miniature en émail : Le Bal paré d’après Augustin de Saint- Aubin © Fr. Cochennec et C. Rabourdin / Musée Cognacq-Jay / Roger- Viollet - Par Véronique Dumas

 

Boîtes en or et objets de vertu

 

Commenter cet article