Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le bagne pour soldats-marins pose des problèmes d'insécurité et d'insalubrité depuis son ouverture au Havre. Le pouvoir tente de trouver des solutions pour améliorer la situation.

 

Les punitions étaient fréquentes au bagne maritime du Havre

Les punitions étaient fréquentes au bagne maritime du Havre


 

Les bagnards se voient offrir une proposition : « Cent cinq individus, qui sont au bagne du Havre, viennent d’obtenir leur grâce et doivent servir plusieurs années aux colonies », écrit le ministre de la Guerre Berthier le 11 frimaire an XI.


1802, Bonaparte décide de séjourner quelques jours au Havre, lors d’une tournée dans la région. Mis au courant des conditions de vie et de gestion intolérables au bagne maritime, il signe un décret autorisant la fermeture définitive du lieu.


Pour autant, le bâtiment ne peut être détruit comme le souhaite le maire du Havre en 1823. Une obligation est posée par le ministre de la Marine : « Que la ville du Havre mette à la disposition de l’administration de la Marine sans aucune réserve, ni restriction pour l’avenir un lieu convenable pour le dépôt de ses prisonniers ». Ce sont donc quatre cellules qui doivent être réservées au seul usage de la marine dans la maison d’arrêt.


Ces militaires ne bénéficieront d’aucun traitement de faveur, tout juste si en place de la deuxième ration de pain, on leur délivre la somme de 20 centimes pour cantiner et améliorer l’ordinaire.


Leurs cellules ne sont pas mieux aménagées et le commandant de la place du Havre l’apprend et envoie une missive officielle au maire le 12 janvier 1838. Le gradé exige que ces hommes aient des lits convenables et non « une poignée de paille étendue sur un pavé froid et humide ». Le commandant en profite pour contester les possibles contacts entre détenus militaires et femmes détenues, comme il réprouve que les militaires aient un contact avec les mineurs, car « il peut en résulter des choses contraires aux bonnes mœurs ».


Le bagne du Havre est définitivement détruit le 31 octobre 1837.

 

Commenter cet article