Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782704811168.jpgDocument 25/11/2011 - Ira Chichkina de Puiff est une authentique russe qui a déjà publié, dans son pays, un roman à succès intitulé L'ange Putain.


Dans ce nouvel ouvrage, son premier roman écrit et publié en France, elle fait renaître avec une grande originalité, ce qu'ont été les trente dernières années de la Russie. Plus qu'un roman, c'est un témoignage inattendu et personnel, quasiment autobiographique, sur la découverte d'une certaine forme de liberté accordée à tout un peuple qui en avait été privé pendant soixante-dix ans. Or, il est intéressant et touchant, dans cette confession d'une rescapée de la perestroïka, de découvrir, au-delà des premiers émois de la jeunesse, l'émergence d'une nouvelle sensibilité, avec ses rêves et ses frustrations, ses nostalgies et ses chimères. Ce qui est nouveau et original également, c'est la prise de conscience pour un occidental des fausses impressions que nous avons retenues de cette époque qui ne s'est pas exactement passée comme nous l'imaginions, ni comme on nous l'a racontée.


Pour la première fois, les illusions résultant de la fausse propagande s'évanouissent. La Russie apparaît sans masque et le nouveau régime sans faux semblant.

Ira de Puiff, avec sa sensibilité d'artiste et de jeune femme, détruit plusieurs mythes avec courage et lucidité. Mieux qu'un livre de géopolitique, ce témoignage laisse parler le coeur et nous aide à percer ce mystère de la Russie éternelle au-delà des trois tranches de vie de la romancière. Nul doute qu'elle n'a pas dit son dernier mot.


  • Les courts extraits de livres : 25/11/2011

 

 

Extrait de l'introduction - L'année 2011 a été marquée par le vingtième anniversaire de la chute de l'Union soviétique.


Après plus de sept décennies d'existence, l'URSS disparaissait, laissant vide un pan politique et la place de contrepoids international face au capitalisme.


Que reste-t-il, vingt ans après, de l'Union soviétique dans la culture générale ?


La première image qui vient à l'esprit est le rideau de fer. Soit !


Ensuite ?


Le communisme. Lénine, Trotski, Staline. Répressions, goulags.


Pour certains, les goulags ont existé jusqu'à l'avènement de Gorbatchev, même si, historiquement parlant, c'est loin d'être exact.


Autre chose ?


Ah, si ! Nikita Khrouchtchev, célèbre pour ses prises de parole à l'ONU en tapant sur la table, comme un forcené, avec le plat de sa chaussure. On l'appelait « le roi du maïs » ! Ou encore. Brejnev qui est resté dix-huit ans au pouvoir et est devenu une vieille ruine arborant une poitrine couverte de médailles d'honneur.


A-t-on oublié quelque chose ? Le plus important ?


Trois lettres qui incarnent l'organisme d'espionnage le plus connu et le plus méprisé : le KGB. Les employés du KGB étaient par conséquent, tous, des espions ; donc, les TRÈS TRÈS méchants. Si les services de renseignements russes ont évolué, allant jusqu'à changer de nom - aujourd'hui le FSB -, la vision et les a priori que les non-russes retiennent de cet organisme et de ceux qui y travaillent demeurent les mêmes que pour le KGB.


Rien à voir avec l'image de la CIA - même si elle est controversée -, du Mossad ou de la DGSE qui affichent des idéaux comme la lutte contre le terrorisme - très à la mode durant la période Bush et qui a permis de violer bien des conventions internationales au passage - en oeuvrant pour le bien de leurs nations.


Lorsque Vladimir Poutine, ancien agent du KGB, a succédé à Boris Eltsine en tant que président, la presse étrangère s'est déchaînée en prédisant un avenir sombre à la nouvelle démocratie russe, déjà mise à mal lors de la gouvernance d'Eltsine. Pourtant, Poutine a donné un nouvel élan à la Russie en l'éloignant peu à peu de l'image d'un pays contrôlé par la mafia - il y a encore beaucoup à faire -, pour la positionner de nouveau au premier plan de la communauté internationale...


Selon certaines sources, l'URSS était un pays où l'on ne trouvait pas grand-chose, peuplé de malheureux étouffés par le système. Et c'est Mikhaïl Gorbatchev qui en a ouvert les portes et libéré son peuple.


Il y a certes une part de vérité dans tout cela, mais une part seulement.


Il est probable qu'après le partage du monde par les Grands, les pays qui ont formé le bloc de l'Est autour du communisme, par obligation, ont amèrement regretté de s'être retrouver du mauvais côté du mur. Mais, au-delà du rideau de fer, il se trouvait une vie qui s'était organisée malgré le marasme politique. L'URSS était aussi l'initiatrice de grands projets : agricoles, énergétiques et nucléaires, scientifiques.


N'est-ce pas l'Union soviétique qui a placé sur orbite le premier satellite artificiel, Spoutnik, le 4 octobre 1957, lors de sa course aux étoiles avec les États-Unis ?


Une fois les goulags abolis par Nikita Khrouchtchev - après la mort de Staline -, il s'est produit la période du dégel, pleine de joie et d'espoir. Le communisme pur et dur a disparu pour laisser place au socialisme.


Sous Brejnev, les gens disposaient d'un minimum vital : stabilité d'emploi, salaires fixes, logement, éducation, soins médicaux gratuits, congés payés au bord de la mer Noire, retraites.


  • Le courrier des auteurs : 25/11/2011

 

 

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis journaliste - écrivaine d'origine russe, vivant entre la France et la Russie

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La liberté, est-elle capable de rendre heureux en nous privant du minimum vital ?

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"Tout raser pour tout reconstruire n'était pas une si bonne idée. Le capitalisme rampant nous a avalés, gobés et vomis, pour mieux nous retirer nos dernières illusions. Nos rêves ont été balayés comme poussière par le vent."

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
"Back in the USSR" des Beatles. Mais aussi le rock russe de Boris Grebenschikov et Andrei Makarevitch.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Une autre vision de la Russie, loin des stéréotypes existants. Celle d'une Russie sans masque ni faux semblant.


 

Back in URSS : mémoires d'une jeune femme russe

Auteur : Ira de Puiff

Date de saisie : 09/11/2011

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : France-Empire, Paris, France

ISBN : 9782704811168

 

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/34/Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpg/220px-Jean_Morzadec_photographi%C3%A9_par_Oleksandra_Yaromova.jpgLechoixdeslibraires.com a été créé par Jean Morzadec et son équipe, afin de rendre hommage à la compétence des libraires, qui sont les ambassadeurs du livre.

De nombreux libraires ont ensuite demandé à ce que le site devienne le grand portail de l’actualité du livre.

Lechoixdeslibraires.com a donc deux vocations principales : valoriser les choix, les recommandations des libraires, et permettre aux éditeurs et auteurs de mieux communiquer avec les libraires.

C’est une mission exaltante.

Jean Morzadec a travaillé plus de trente ans à France Inter, dont il fut directeur des programmes de 1999 à 2005, sous la présidence de Jean-Marie Cavada. Il se consacre aujourd’hui, avec passion, au développement de sites culturels dédiés particulièrement à l’amour des livres.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

belle russe 23/04/2013 12:40

ce livre à l'air très intéressant !