Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://i.ytimg.com/vi/v_YqT55iWyY/0.jpgArchive de presse - Le premier président de l'Algérie indépendante a constitué un mythe comparable à ceux d'Abdel Nasser et de Fidel Castro. Par Jean Daniel.

 

La mort du premier président de la République démocratique et populaire d'Algérie met en évidence des mutations exceptionnelles. Cet homme, dans ce que l'on appelait alors le tiers-monde, a constitué un mythe comparable à ceux d'Abdel Nasser et de Fidel Castro, sauf qu'il n'a été au pouvoir que pendant trois années. Il n'a jamais été un théoricien et n'a jamais écrit de livre, contrairement aux deux autres grands révolutionnaires. Mais il avait cet ascendant des tribuns et ce charisme du chef qui lui ont permis de s’imposer parmi les neuf leaders historiques qui, le 10 juillet 1954, prirent dans la clandestinité la décision de proclamer l'insurrection algérienne, qui devait débuter le 1er novembre de la même année. Trois d'entre eux furent tués, tous les autres furent arrêtés. Entre tous ces hommes – parmi lesquels on avait longtemps cru qu’il ne pourrait jamais surgir une forte personnalité, la colonisation s'étant appliquée à détruire les élites algériennes par tous les moyens - il y avait des différences considérables.

 

Mais celui dont ses amis disaient déjà qu'il était un prodigieux "animal politique", c'était bien lui, Ahmed Ben Bella. A ce moment-là, personne ne soupçonnait qu'un Brutus de grande envergure, Houari Boumédiène, n'attendrait pas longtemps avant d'abattre ce jeune César.

 

La supériorité politique de Ben Bella n'allait cependant pas être sans conséquences pour le destin de l'Algérie. Le fait le plus important, dès le départ, c'est qu'il s'était évadé d'une prison française, où il subissait une peine légère, pour s'enfuir au Caire. La grande Egypte n'était plus seulement celle des pharaons ou des Ptolémée, elle était depuis longtemps le cœur du monde arabe, la puissance qui s'était imposée face aux Perses devenus iraniens et aux mésopotamiens qui vivaient en Irak. L'Egypte était en fait et surtout le pays où un officier, meurtri par la victoire du petit Etat israélien sur les armées arabes, avait renversé une monarchie corrompue et pris la tête d'une révolution.

 

Et cet homme, Gamal Abdel Nasser, après avoir provoqué l'intervention militaire de la France, de la Grande-Bretagne et d'Israël, avait trouvé le moyen de se faire protéger par l'Union soviétique et par les Etats-Unis. C'est cet Arabe prestigieux et vainqueur, adoré de toutes les foules arabes au-delà de ses frontières, que Ben Bella est allé rencontrer. Il avait été, de loin, l'admirateur. Sur place, il va en devenir le disciple. Pendant la guerre d'Algérie, il coordonne epuis l’Egypte toutes les organisations destinées à fournir à ses frères en insurrection les armes et les fonds.


Les intellectuels français théorisent, soutiennent et s'engagent 

 

Où en est le monde à cette époque ? Il est celui de la guerre froide mais aussi celui du soulèvement des peuples colonisés, de l'insurrection des "damnés de la terre", de la "révolution dans la révolution". C'est le monde des non-alignés, des révolutionnaires indépendants, de l'hostilité à l'Occident et, bientôt, de la haine des Etats-Unis.

 

Dans chaque mouvement et dans chaque pays, un homme incarne ce nouveau grand soulèvement. Il ne faut pas oublier que ce soulèvement a des soutiens dans les pays occidentaux. C'est à Paris que s’organisent les mouvements marxistes, léninistes, maoïstes, pol potiens. Les intellectuels français théorisent, soutiennent et s'engagent. Mais c'est aussi à Paris que le combat anti-colonialiste suscite une justification de ce qui va devenir le nationalisme autoritaire des Arabes. Un certain nombre de futurs leaders vont emprunter, et élargir aussi, les méthodes autoritaires de la révolution socialiste et la mystique de l'arabisme. Il peut paraître aujourd’hui singulier mais il est remarquable qu’il ne soit jamais question, à l’époque, de l'islam. Dans les sociétés jadis formées par la France, on associe alors l'héritage de la Révolution française et la contagion des nationalismes arabes.


"Mais on ne peut être en permanence en révolution !"

C'est dans cet univers qu'Ahmed Ben Bella va se cultiver, s'épanouir, se former. Il fait partie de la secte du Caire, opposée à celle des maquis, souvent kabyles. Il combat pour l'Egypte de Nasser et il gagne, pour son Algérie et il en devient le chef, mais il n’oublie jamais non plus le combat pour les Palestinien. Pour les "maquisards" de l’intérieur, en revanche, c'est l'Algérie souveraine, démocratique et diverse qui compte le plus. Ils sont des patriotes algériens bien plus que des nationalistes arabes.

 

J'ai eu l'occasion de rencontrer Ben Bella au Caire, à Tunis et enfin Alger dès après l'indépendance. Pour célébrer ces fêtes, l'un des invités était Che Guevara lui-même, que le romancier Juan Goytisolo m'avait fait rencontrer. J'ai ensuite accompagné Ben Bella, lors de son premier voyage comme président, en Egypte. Dans l'avion, il m'a confié que Guevara était l'un des hommes dont il se sentait le plus proche. J'ai déjà écrit cela. Et surtout que Ben Bella avait ajouté : "Mais on ne peut être en permanence en révolution !"


 

Jean Daniel - Le Nouvel Observateur


 

Ahmed Ben Bella : histoire d'un mythe exemplaire

Créé le 12-04-2012 à 19h47 - Mis à jour à 20h58

Ahmed Ben Bella, chef historique du FLN

"Chef historique" du FLN puis premier Président de la République algérienne, Ahmed Ben Bella est décédé.


Jeunes, de souche rurale, les fondateurs du FLN venaient pour la plupart de l'est du pays. Tous avaient rompu dès 1945 avec l'ordre établi, et connu la clandestinité. Guy Pervillé retrace leurs parcours au moment où l'un d'entre-eux, Ahmed Ben Bella vient de décéder.

 

"Les chefs historiques du FLN" par Guy Pervillé

 

  1. Vidéo : Enlèvement de Ben Bella et des dirigeants du FLN ...

    www.curiosphere.tv/video...videos/109597-reportage-...11 janv. 2011
    Les archives des Actualités Françaises (INA) du 31 octobre 1956 illustrent l' arrestation d'Ahmed Ben Bella et ...
  2. Le putch de Ben bella (et le Clan d'Oujda) sur le GPRA été 1962 ...

    ► 10:50► 10:50
    www.youtube.com/watch?v=SWy_ivKPVHU25 déc. 2009 - 11 min - Ajouté par aghrive06
    You need Adobe Flash Player to watch this video. ... FFS MDA Ait Ahmed Ben Bellaby ...
  3. ripouxblik : les funérailles du despote ben bella 2/2 - YouTube

    ► 2:32► 2:32
    www.youtube.com/watch?v=vHHpUemuIEY13 avr. 2012 - 3 min - Ajouté par AlgeriaSon
    Alert icon. Loading... Ratings have been disabled for this video. Published on Apr 13, 2012 by AlgeriaSon ...
  4. Vidéo Ina - Rushes : interview Ben Bella, vidéo Rushes : interview ...

    ► 1:32► 1:32
    www.ina.fr/.../video/.../rushes-interview-ben-bella.fr.ht...10 juil. 2009 - 2 min
    ... A LA UNE, sans origine, ni date. ITW Ahmed BEN BELLA après son arrivée à ORAN, en juillet 1962 ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe 27/04/2012 14:44

Bonjour M. Poisson,

A propos du Président Ben Bella.
Juste pour dire, à l'occasion de son décès, qu'il y a quelques mois est paru en littérature jeunesse un récit chez Oskar Jeunesse.

http://www.oskareditions.com/Livre.php?nom=Ben%20Bella%20et%20la%20lib%E9ration%20de%20l'Alg%E9rie

Ben Bella ( de la libération de la France à celle de l'Algérie ) et la libération de l'Algérie
Gérard Streiff
Oskar, novembre 2011

Ce livre parle du jeune Ahmed Ben Bella, engagé dans les FFL ( Forces Françaises Libres ), combattant au Monte-Cassino ( comme le futur acteur Jean-Pierre Aumont ), décoré pour ces faits par De
Gaulle, et aussi milieu de terrain à l'OM à un moment.

http://www.ricochet-jeunes.org/livres/livre/44345-ben-bella-et-la-liberation-de-l-algerie

Voici le blog de l'auteur Gérard Streiff :

http://www.gerardstreiff.fr/spip.php?rubrique96

D'après Oskar Jeunesse : c'est un auteur surtout de romans policiers et de biographies, qui écrit des romans engagés, souvent en prise directe avec l'Histoire.
En effet, toujours chez Oskar, il a écrit sur Guy Môquet, le jeune résistant fusillé à Châteaubriant ; Richard Sorge, l'agent secret contre Hitler ; l'histoire peu connue d'un soldat allemand dans
la Résistance française.

Cordialement

27/04/2012 14:46



Laissé par : Philippe aujourd'hui à 14h44



Email : php-duong@wanadoo.fr