Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 http://www.images-chapitre.com/ima3/original/766/30945766_7925288.jpg

 

Document 27/04/2011 - Manet fit d'elle ses plus beaux portraits, elle conquit les impressionnistes par son talent et devint la première femme du groupe. Son oeuvre, intacte et sans une ride s'affirme aujourd'hui comme l'une des plus hautes de son temps, et révèle qu'elle fut souvent en avance et sut ouvrir la peinture à des voies nouvelles. Jean-Dominique Rey, écrivain et critique d'art pose un regard sensible sur «la belle peintre» et réunit une anthologie commentée de grandes plumes de l'époque, Mallarmé, Fénéon, Huysmans, Valéry qui reconnurent très tôt son talent.

Sylvie Patry, conservateur au musée d'Orsay, confronte son oeuvre à celles de Renoir, Monet, Degas et Manet, et met en lumière la modernité et l'originalité de ce «peintre singulièrement peintre».

Berthe Morisot est une des peintres impressionnistes les plus reconnues aujourd'hui. Élève de Corot, elle fut un modèle pour Manet (Le Balcon, Portrait au bouquet de violettes) dont elle épousera le frère, Eugène Manet. Elle participa aux sept expositions impressionnistes au côté de Monet, Pissarro, Degas, Renoir, dont elle restera l'amie et la confidente. Cette nouvelle édition entièrement revue est augmentée d'une introduction de Sylvie Patry axée sur l'originalité de la touche de Morisot. Jean-Dominique Rey a ajouté, à son texte rétrospectif, un long chapitre sur la relation de Berthe Morisot avec les écrivains. Les plus beaux extraits des textes de Huysmans, Fénéon, Zola, Paul Valéry, Mallarmé seront réunis ici pour la première fois. En 1876 Zola écrit : «Mademoiselle Berthe Morisot a des petits tableaux dont les notes sont d'une vérité exquises» ; en 1896 Georges Lecomte déclare : « Madame Morisot s'inquiète de l'au-delà des impressions ; elle pénètre l'intimité des êtres et des choses ». Une biographie illustrée de lettres et de photos complète cette monographie.

Jean-Dominique Rey est écrivain, critique d'art et commissaire d'exposition. Il a écrit de nombreux textes sur les peintres impressionnistes. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Monet - les Nymphéas (Flammarion). Sylvie Patry est historienne de l'art, conservateur au musée d'Orsay. Elle fut commissaire de la dernière rétrospective Morisot au Musée des Beaux Arts de Lille et sera commissaire de la prochaine rétrospective Monet au Grand Palais.

 

  • Les courts extraits de livres : 27/04/2011
  •  
  • Berthe Morisot, « ce peintre singulièrement peintre »


Sylvie Patry en hommage à Sylvie Patin

« Je voulais faire concevoir qu'une vie vouée aux couleurs et aux formes n'est pas a priori moins profonde, ni moins admirable qu'une vie passée dans les ombres "intérieures". » (Paul Valéry)

« La profondeur, il faut la cacher. Où ? A la surface» : ouvrant en 2002 le catalogue d'une rétrospective qui marquait en France le retour de Berthe Morisot aux premiers rangs des impressionnistes, Jean-Dominique Rey voyait dans l'injonction du poète autrichien Hugo von Hofmannsthal la meilleure définition de l'art de Berthe Morisot. Son ouvrage, Berthe Morisot. La Belle Peintre, reparu la même année et aujourd'hui réédité, se distinguait ainsi d'une tradition critique qui ne voit chez Berthe Morisot que charme et raffinement : «La touche, légère à coup sûr,/ Fait valoir la palette fine./ L'oeil satisfait s'arrête sur/ La touche, légère à coup sûr./ Toilettes, fleurs, mer, grève, azur,/ Un art féminin s'y devine./ La touche, légère à coup sûr,/ Fait valoir la palette fine .»

Rimé en 1876, au plus vif des attaques contre les impressionnistes, ce «triolet d'actualités» résume, sans véritable poésie mais non sans efficacité, les caractéristiques le plus généralement et le plus durablement accordées à l'art de Berthe Morisot : légèreté, finesse, délicatesse. Près de vingt ans plus tard, alors que l'artiste bénéficie de sa première exposition personnelle dans une importante galerie parisienne, chez Boussod et Valadon, une amie, Louise Riesener, devenue Léouzon-le-Duc, lui écrit avec émotion : «J'ai été voir votre exposition, j'en suis revenue enthousiaste. [...] Quel art ravissant que le vôtre chère Madame ! Ce qui le distingue, c'est la grâce et la vie, il exprime tous les charmes, ceux de la campagne, de l'enfance, les charmes féminins surtout.» Ces qualités entrent encore aujourd'hui dans la séduction qu'exercent, selon les beaux mots de Mallarmé, les «clairs tableaux, irisés,/ ici, exacts, primesautiers» de Berthe Morisot, mais elles n'épuisent pas le sens et l'emprise d'une oeuvre qu'elles ramènent bien souvent à un «art féminin» aux charmes «féminins». Le raffinement, l'élégance et la légèreté ne siéent-ils pas particulièrement aux femmes de cette haute bourgeoisie parisienne de la seconde moitié du Xixe siècle dont Berthe était issue ? On ne peut mieux l'exprimer que Théodore Duret dans l'édition de 1906 de son Histoire des peintres impressionnistes, l'un des tout premiers panoramas du mouvement impressionniste : Berthe Morisot «allait faire apparaître, dans l'ensemble de l'oeuvre impressionniste, à côté des caractères de force et de puissance, qui appartiennent aux hommes, de ces traits qui n'appartiennent qu'aux femmes, un charme délicat, une grâce pleine d'abandon, une distinction à la fois naturelle et raffinée», en résumé «les plus appréciables qualités féminines», ajoute Georges Lecomte, un autre important critique de l'époque, défenseur des impressionnistes.

 

Berthe Morisot

Auteur : Jean-Dominique Rey

Préface : Sylvie Patry

Date de saisie : 20/11/2010

Genre : Art - Peinture

Editeur : Flammarion, Paris, France

 

 

 

Berthe morisot , la secret de la femme en noir

Berthe morisot , la secret de la femme en noir

article - 01/05/11 - Berthe Morisot , La secret de la femme en noir - Document 2002 - Dans son visage devenu célèbre grâce aux portraits qu'elle a inspirés à Manet, ce sont les yeux qui marquent…

Berthe morisot. La belle peintre

Berthe morisot. La belle peintre

article - 14/05/11 - Berthe Morisot. La belle peintre - Document mars 2002 - Manet fit d'elle ses plus beaux portraits, elle conquit les impressionnistes par son talent et devint la première femme…

Commenter cet article