Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

http://www.decitre.fr/gi/55/9782296039155FS.gifDocument 2007 - En 1948, la Gendarmerie Nationale Française revit pleinement après cinq années de guerre et d'occupation, mais l'élève-gendarme est encore revêtu de l'uniforme kaki de 1938 avec culottes-molletières.


Il est coiffé d'un calot à pointes en attendant d'avoir un képi. Le crayon à billes n'est pas encore connu. L'on utilise le stylo ou le porte-plumes avec encrier et le crayon fuschine. Au Maroc, où l'auteur est affecté, certaines brigades sont encore à cheval. Le gendarme porte le casque colonial mais la chemise à manches longues avec cravate. Les premières jeeps du " surplus américain " apparaissent, mais bientôt, c'est la rebellion et un rétablissement de l'ordre douloureux.


La gendarmerie devient royale et marocaine... Rapatrié en France, l'auteur découvre une brigade de chef-lieu de département avec quinze gendarmes alors qu'il en faudrait le double. Toute la législation judiciaire et la procédure pénale sont modifiées en 1959. Il est ensuite affecté dans une école préparatoire de gendarmerie où il devient officier-instructeur puis rédacteur à la section d'études du commandement des écoles.


En 1981, il est démobilisé comme chef d'escadron et placé dans les réserves jusqu'en 1986. Nous assistons ainsi à la gestation de cette gendarmerie du troisième millénaire qui sera le prolongement de celle qui a vécu après la guerre de 1939-1945. L'auteur est un ancien gendarme qui a terminé sa carrière comme chef d'escadron. Il a donc vécu tout ce qu'il raconte dans ce livre.

C'était la gendarmerie de papa (1948-1986)

René Valentin

Broché

Paru le : 01/07/2007

Éditeur : L'Harmattan

Collection : Rue des Ecoles

 

Commenter cet article